Atelier #16

ATELIER #16 L’échec au travail. Crises et ratés chez les professionnels de terrain

Dorothée Delacroix (IHEAL – CREDA) | dorothee.delacroix@sorbonne-nouvelle.fr

Sébastien Plutniak (UMR CITERES / CNRS) | sebastien.plutniak@posteo.net

Les contributions à cet atelier porteront sur la relation au travail et au savoir-faire de professionnels lorsqu’ils sont confrontés à l’échec, à l’erreur ou à l’impossibilité d’exercer. Ce sont ainsi les spécialistes des exhumations de restes humains qui ne parviennent pas, suite à des violences de masse, à retrouver les restes ou à les identifier (Aranguren Romero et Fernandez Miranda 2021) ; ce sont encore les professionnels du mortuaire et du funéraire, faisant face à une surmortalité soudaine, lors de pandémies notamment ; ou, encore, les ethnologues rendant compte de leurs « ratés » de terrains (Stavo-Debauge et al. 2017).

Ces situations, et celles similaires chez d’autres professionnels de terrain (archéologues restés bredouilles après des fouilles, militaires face à l’échec, écologues démunis, etc.), supposent pour les acteurs tant de définir ces formes d’empêchements et de ruptures des cours d’action, que de les prendre en charge de manière à agir à nouveau. Ces deux aspects se déclinent sur les plans personnels et collectifs, avec des dimensions tant scientifiques, techniques, politiques, éthiques que déontologiques.

La notion de terrain, laissée ici délibérément ouverte, invite à s’intéresser aux domaines professionnels où l’action a une prise tangible (Chateauraynaud 2004) : les conséquences de l’échec et de ses variations y sont appréciables immédiatement, susceptibles de modifier tant le regard sur soi et sur sa légitimité en tant que professionnel, que la profession elle-même, tant du point de vue de ses normes d’action que de celui de sa perception publique.

Ces situations sont susceptibles de perturber le rapport au travail, d’engendrer des incertitudes, des frustrations et des crises. Elles ouvrent aussi potentiellement vers de nouveaux protocoles de recherche et une adaptation des pratiques professionnelles ou encore vers des échanges d’expériences. Malgré cela, la place des échecs dans les subjectivités professionnelles reste peu documentée. Les travaux présentés lors de cet atelier contribueront à pallier ce manque.

 

Session 1 – Crise dans les métiers du soin des corps et des espaces publics

Jeudi 2 | 10h > 11h30 | Salle 4.14

Pauline Launay (CERREV, Université de Caen Normandie / EREN, CHU de Caen) | L’intrusion du funéraire dans des Ehpad au cours de la première vague de Covid-19

Au cours de la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19, et en particulier lors de la première vague, on observe un bouleversement du rapport à la mort au sein des Ehpad : une surmortalité exceptionnelle (près de 15 000 décès, soit 47 % des décès imputés à la Covid-19 en France) et un bouleversement des trajectoires et rythmicités de fins de vie qui a empêché les pratiques habituelles. Cette crise de mortalité s’est produite dans un contexte de fortes incertitudes : inconnue du virus ; méconnaissance de l’ampleur de la contamination et des modes de diffusion ; incertitude des stratégies à adopter en l’absence de consignes claires des autorités de tutelle.

Du fait de ce contexte, la majorité des Ehpad ont opté pour un principe de précaution qui a pu élargir l’application des protocoles Covid-19 à toutes les personnes décédées. Ainsi, le personnel paramédical n’a généralement pas pu réaliser la toilette « de présentation » habituelle, qui consiste à redonner au mort une apparence soignée et personnalisée avant que ce dernier ne soit transféré vers les services funéraires. À la place, les soignants devaient respecter trois étapes dans un temps très limité : la désinfection du corps, sa mise en housse suivie d’une mise en bière immédiate. À partir des données issues de la recherche COVIDEHPAD*, je me centrerai sur la description et le vécu de ces gestes interdits ou réalisés sur les corps morts tels que mis en récit par les professionnels du secteur paramédical. J’analyserai en particulier comment ces professionnels ont fait face à cette crise de mortalité et à l’interdiction de la toilette mortuaire et comment cela a pu donner lieu à des créations ou des transgressions, individuelles et collectives.

*Coordonnée par la Plateforme Nationale de recherche sur la fin de vie, la recherche collective COVIDEHPAD porte sur l’expérience du confinement, de l’accompagnement des fins de vie et des décès en Ehpad, lors de la première vague de la pandémie. L’enquête a eu lieu dans six régions françaises entre avril et juillet 2020, dans une approche monographique en combinant des entretiens avec différents professionnels, des résidents et des proches au sein d’un même établissement. Au total, plus de 260 entretiens, majoritairement réalisés par téléphone, ont été menés dans 52 établissements.

Isabelle Gobatto (UMR Passages 5319, Université de Bordeaux) | Expériences de soin

Pauvreté structurelle et précarité des malades, restrictions financières, manque de matériel dans les structures de santé, ruptures de stock de médicaments essentiels, autant de traits saillants des systèmes de santé des pays africains à faibles ressources qui fabriquent des situations communément appréhendées en tant que « crise des systèmes de santé » dont il convient de rappeler qu’elles impactent les soignant⋅e⋅s, régulièrement confronté⋅e∕s à l’incapacité à délivrer des soins comme ils.elles l’ont appris et à l’échec des prises en charge, et leurs patient⋅e⋅s trop souvent confronté⋅e⋅s à l’impossibilité d’être soigné⋅e⋅s alors qu’ils ou elles présentent des pathologies aisément guérissables ailleurs. Comment ces situations sont-elles appréhendées et vécues dans l’ordinaire du travail de soin ? Comment marquent-elles les conceptions et les relations de soin, ainsi que certaines catégories du travail ? Ma communication s’attachera à restituer, depuis des expériences de médecins généralistes et spécialistes exerçant dans des structures publiques de santé au Burkina Faso, et à travers leur mise en récits au cœur de mes recherches depuis 2020, comment ces situations structurelles de crise, problématisées en chiffres et en modèles depuis des approches globales, sont mises en significations, contournées, dépassées et/ou intégrées comme un maillon central de leur travail par les médecins. Il s’agira en particulier d’en suggérer les effets en termes de conception de leur rôle, de leur responsabilité face à l’échec et de celle des patient⋅e⋅s, ainsi qu’au regard des dilemmes éthiques qui naissent dans l’action du « travailler avec et malgré la crise » pour des médecins qui s’y confrontent de manière routinière. Il s’agira également d’interroger ce que le caractère routinier et ordinaire des situations de crises des systèmes de santé participe à produire au plus intime du travail de soin et des vulnérabilités qui s’y attachent.

Marie-Pierre Gibert (UMR EVS 5600, Université Lumière Lyon 2) | La crise à ras de trottoir. Prendre soin de l’espace public au prisme du travail des cantonniers et cantonnières

Alors que des crises de différentes natures se déploient dans le monde à très grande échelle, le point de vue micro qu’offre l’ethnographie peut-il permettre à l’anthropologie d’interroger ces crises de manière décalée ? C’est du moins ce que je vais tenter de faire en analysant ce que « les crises », ou plutôt, ce que les solutions et changements mis en place pour faire face à certaines d’entre elles (covid, climat), font au travail des cantonniers et cantonnières de la Métropole de Lyon (France) dans ses multiples dimensions (pratiques, corps, gestes, sensations, émotions, techniques, outils, espaces, temporalités, réglementations, injonctions, représentations, positionnements, etc.). Une participation observante de plusieurs mois en 2015 a mis en exergue certains points (nettoyer sans eau ; évolutions des systèmes de gestion des déchets ; satisfaction au travail) qu’il s’agira ici de déployer, et de mettre en dialogue avec un nouveau terrain envisagé au printemps 2023. Une lecture de ces deux terrains, séparés par huit ans, une pandémie mondiale et une augmentation de prise de conscience de la crise climatique, s’intéressera tout particulièrement aux impacts (positifs et négatifs) des transformations de la gestion de la propreté urbaine qu’entrainent ces différentes crises sur le travail du prendre soin de l’espace public, que mènent les cantonniers et cantonnières d’une métropole française. Grandes conséquences des crises et micro-situations de crise seront donc explorés via un regard particulièrement tourné vers les corps et les sujets au travail.

 

Session 2 – La médecine légale dans l’impasse

Jeudi 2 | 13h > 14h30 | Salle 4.14

Fabien Provost (King’s College London) | L’autopsie dans une impasse épistémologique. Motivations et stratégies des médecins légistes face au risque d’échec professionnel

Comment une institution comme l’expertise médico-légale peut-elle se maintenir aujourd’hui, malgré les crises épistémologiques majeures qui la traversent depuis le milieu du XXe siècle et ses difficultés récurrentes à atteindre ses objectifs ? Ma présentation réfléchira aux enjeux moraux, juridiques et médicaux des situations d’échec de la médecine légale, quand la mise en œuvre des méthodes habituelles d’identification des causes de décès ne permet pas aux médecins de produire des conclusions. Les médecins légistes se retrouvent alors dans une situation dite d’« autopsie obscure » (blank autopsy), un cas de figure qu’ils considèrent comme une forme d’échec et qu’ils cherchent à éviter à tout prix. Selon quels critères les équipes médico-légales, lorsqu’elles sont confrontées à l’autopsie obscure, réorganisent-elles leur activité ? En m’appuyant sur les résultats d’une enquête ethnographique de 12 mois, menée de 2013 à 2014 au sein des morgues de trois hôpitaux universitaires d’Inde du Nord, je m’intéresserai au régime de production-destruction de connaissance que les médecins mettent en place en cas d’autopsie obscure, à la fois pour invisibiliser la situation d’échec, s’en déresponsabiliser, et compenser les conséquences perçues comme indésirables.

Tania Delabarde (UMR Babel, IML) | Quand les experts médico-légaux n’ont pas de réponse, quelles conséquences pour les familles et la société ?

Les sciences médico-légales sont souvent représentées, dans l’imaginaire collectif par le biais des séries télévisées, comme étant infaillibles et pouvant résoudre les affaires les plus complexes. La réalité est bien différente, et si les progrès scientifiques, notamment en biologie moléculaire, ont permis grâce à l’ADN de résoudre des affaires criminelles très anciennes, beaucoup de familles de victime restent dans le désespoir sans savoir où repose le corps de leur proche, ou sans avoir pu mettre un visage sur l’auteur du crime.

Dorothée Delacroix (Université Sorbonne Nouvelle / IHEAL – CREDA) | Tant de terre à retourner. Échecs et doutes autour des fosses du franquisme

Les exhumations ratées demeurent relativement impensées. La recherche des restes humains est pourtant traversée de multiples échecs, affectant directement les professionnels des exhumations (outre les familles). Ces échecs sont de différentes natures (restes introuvables, mise au jour moins importante que prévu et échecs d’identification notamment). À partir de plusieurs cas de fouilles de fosses de la guerre civile espagnole, ethnographiées entre 2015 et 2021, il s’agira d’analyser les crises d’intelligibilité qu’engendrent certaines exhumations. Loin d’apporter une réponse et du réconfort, elles ouvrent parfois de nouveaux doutes et bouleversent les suppositions tenues pour vraies, depuis parfois 80 ans. Comment les professionnels abordent-ils ces situations de double échec, dans le sens où non seulement les corps ou les identités demeurent irrécupérables, mais la fouille elle-même engendre davantage d’incertitudes ? Nous verrons comment l’externalisation de ces problèmes, renvoyés notamment à des limitations techniques, politiques et testimoniales, offre une issue aux crises cognitives et éthiques qui traversent leur travail. L’entente cordiale qu’ils s’efforcent de maintenir sur le terrain avec des familles et des militants aux positionnements politiques extrêmement clivés permet également de dépasser ces crises, mais aussi de renforcer leur position hégémonique et le récit d’un travail irréprochable, voire héroïque.

 

Session 3 – Le poids des institutions dans les crises de reconnaissance

Jeudi 2 | 14h45 > 16h15 | Salle 4.14

Mariajosé Recalde (EHESS) | Les échecs d’un programme en faveur de la paix en Colombie. Le cas du remplacement des cultures de coca depuis les accords de paix avec les FARC

Les accords de paix entre la guérilla des FARC et le gouvernement colombien ont été signés en 2016. Le traité comprenait un programme de remplacement des plantations illicites de coca par des revenus agraires légaux (PNIS), avec l’idée sous-jacente que la coca constituerait un adjuvant au processus de violences. Ce programme se révéla un échec et cette communication propose d’en faire l’analyse. Nous montrerons que la perception de l’échec varie selon l’affiliation politique des fonctionnaires travaillant pour le programme. Perçu par certains comme un programme technocratique, son échec est également imputé par d’autres à sa trop forte « politisation ». Plus souvent encore, cet échec est expliqué par une implémentation jugée maladroite (manque de ressources, de coordination, mauvaise priorisation des éléments du programme, etc.). Par-delà ces éléments concrets et contextuels, nous verrons que jamais ni la conception même du PNIS, ni le paradigme dans lequel il s’inscrivait, n’ont été remis en cause. L’étude de la perception de ces échecs, nous conduira plus généralement à identifier certaines causes du maintien d’un niveau de conflictualité élevé en Colombie.

Sébastien Plutniak (UMR CITERES / LAT | Le « métier » de savant, contre ou avec l’Académie : usages du référent compagnonnique chez les archéologues pré- et protohistoriens français (années 1970–2010)

Si l’histoire des pratiques archéologiques peut être retracée jusqu’à l’Antiquité (Schnapp 1993), l’archéologie n’en est pas moins une discipline académique et une profession jeunes et instaurées comme telles au cours du XXe siècle. Cette période permet par exemple d’observer les possibles ajustements, négociations, ou remises en cause de ces statuts disciplinaires et professionnels ayant eu lieu. Activité de savoir portant avant tout sur les choses matérielles (Olsen et al. 2012) et supposant un engagement important du corps et de ses outils lors des fouilles (Rousseleau 2015), l’archéologie présente des rapports étroits au long de son histoire avec différents domaines liés aux techniques et à l’artisanat. Cette proximité a notamment conduit nombre d’archéologues à s’intéresser au compagnonnage de métier, y décelant une association de l’intellect et du manuel (Sennett 2009) susceptible de répondre à leurs préoccupations. Cette étude porte ainsi sur les différents usages du référent compagnonnique, eu égard aux enjeux de définition de l’archéologie comme discipline et profession. Elle repose sur l’analyse de quatre cas, documentés par des sources archivistiques et des entretiens : l’expérience collective du Groupe de typologie rassemblé autour de l’archéologue préhistorien Georges Laplace, les écrits d’André Leroi-Gourhan, les innovations et expérimentations en technologie lithique préhistorique d’Éric Boëda, et la proposition de fondation disciplinaire de l’« instrumentologie » du protohistorien Olivier Nilesse. Ces différents cas permettent d’analyser les différentes déclinaisons du référent compagnonnique, les variations du travail de démarcation (Gieryn 1983) ou de brouillage des frontières de l’intellectuel et du manuel, de la main et de l’esprit (Adell 2015). 

 

Session 4 – Obstacles, crises et conflits sur le terrain et dans les institutions du savoir ethnologique

Vendredi 3 | 9h > 10h30 | Salle 4.14

Anne Monjaret (LAP, EHESS) | Les « gardiens » et l’ethnologue face aux crises traversées par le Palais de la Porte Dorée

Le Palais de la Porte Dorée, situé à l’orée du bois de Vincennes à Paris, n’est autre que l’ancien Musée des Colonies. La monumentalité du lieu porte un lourd héritage et depuis son inauguration en 1931, son histoire est marquée par de nombreux soubresauts. En effet, les établissements que le Palais a hébergés ou héberge encore : notamment le MAAO et la CNHI (aujourd’hui MNHI) ont traversé des crises, transformant, bouleversant le lieu jusqu’à son bâti.
C’est à partir du regard et du vécu d’une catégorie de personnel : les agents d’accueil et de surveillance ou communément qualifiés de « gardiens de musée », que j’aimerais ici aborder la question de ces crises. Ces derniers ont la particularité d’avoir exercé continument dans les deux établissements précités du Palais contrairement à d’autres personnels comme les conservateurs, d’avoir donc connu deux temps forts enquêtés parmi d’autres : la fermeture du MAAO (2002) et l’ouverture de la CNHI (2007) suivie d’une occupation des lieux par des travailleurs sans-papier en 2010 (Monjaret et Roustan, 2012), deux temps marqués par un événement (Bensa et Fassin, 2002) faisant a priori rupture, deux temps aux enjeux distincts mais à la situation sensible.

Conjointement, c’est aussi à partir du rôle joué alors par l’ethnologue que je suis avec mes collègues d’enquête que je souhaite revenir sur ces deux contextes particuliers, relevant de la crise muséale. De ce fait, il est important de préciser que l’origine de la réalisation des deux enquêtes est différente : l’une est le fait d’une commande de la direction du MAAO en préparation de la fermeture de l’établissement (2001-2002) tandis que l’autre a été rendue possible à la suite d’une réponse à un appel d’offre, 10 ans après la première enquête et quelques années après l’ouverture de la CNHI (2011).

S’il sera question de s’intéresser aux agents d’accueil et de surveillance face aux crises qu’ils ont vécues au Palais de la Porte Dorée, il sera surtout question de revenir, dans la perspective d’une anthropologie des terrains sensibles, sur ce que la relation d’enquête entre ces agents et la chercheure permet de révéler réciproquement et distinctement d’un état de crise, des formes de ses manifestations plurielles dans un présent à chaud comme dans un passé refroidi, selon la période des faits et de leur recueil. Ainsi, nous pouvons nous demander ce qu’est le travail de la crise et ce qu’est la crise au/du travail (Hottin et Voisenat, 2016 ; Gibert et Monjaret, 2021) ?

Juliette Roguet (IHEAL, CREDA) | Ethnographie du chasseur et épistémologie de la proie. Louvoyer entre les assignations pour enquêter parmi les séducteurs professionnels de touristes au Pérou

Les bricheros sont des séducteurs professionnels qui entretiennent des relations éphémères ou durables avec des jeunes touristes blanches et hétérosexuelles afin d’en retirer un bénéfice matériel, culturel, symbolique et/ou sexuel. Les bricheros doivent incarner et sexualiser l’altérité exotique que ces femmes occidentales attendent en allant au Pérou. Ces « chasseurs de gringas » mettent en scène un hasard amoureux, naturalisent leur travail de l’intime et répètent la figure du latino rebelle pour mieux charmer, culpabiliser et déclencher la générosité de leurs partenaires. Dans cette communication, j’analyserai les effets de l’imbrication des rapports sociaux dans le kaléidoscope des assignations qui m’ont été attribuées au fils de mes terrains de thèse (Cusco, Lima, Arequipa et Mancora) étant à la fois chercheuse et gringa. Dans une approche intersectionnelle et interactionniste, j’analyserai les difficultés rencontrées dans les relations d’enquête entretenues avec des hommes dont la profession est de séduire des femmes appartenant au même groupe social que le mien. Ces obstacles ont été à la fois les plus délicats à surmonter sur le terrain mais aussi les plus heuristiques pour comprendre le rapport entre racialisation, sexualisation et appartenance de classe. Je présenterai très concrètement en quoi les méprises, les frustrations et les violences vécues sur le terrain, manifestations du point de vue situé, constituent une source de données fondamentale démontrant la pertinence d’une épistémologie des minoritaires.

Arnaud Kaba (Lincs, Université de Strasbourg) | Peut-on vraiment parler des ratés du terrain quand on cherche un job ?

Cette présentation interrogera le rapport à la réflexivité sur le terrain face aux injonctions d’excellence sur le marché du travail de l’ESR. En effet, l’ethnologue, en particulier celui ou celle en recherche de poste, est soumis(e) à la double injonction de faire preuve d’honnêteté par rapport aux erreurs, aux ratés du terrain, aux limites méthodologiques et épistémologiques que suppose sa posture sur le terrain d’une part, de montrer l’excellence de sa recherche dans un champ compétitif d’autre part. Si de très nombreux textes ont été publiés sur la manière dont l’ethnologue se présente à l’Autre, le protagoniste du terrain, peu de travaux concernent la manière de se présenter au même, à son propre champ académique : la démarche est souvent présentée comme allant de soi. Des travaux ont tenté de dépasser l’éternel récit initiatique d’apprentissage ethnographique allant des tâtonnements du début à la maîtrise acquise au fil de l’étude (Bazin, 2005), les rapports de domination étant alors analysés dans le cadre de la production des données. Mais les rapports de domination sont très rarement analysés dans celui de la réception du texte. Comment replacer la question de la réflexivité et en particulier celle de la manière de parler des ratés du terrain dans les logiques de domination qui façonnent le champ académique ? En s’appuyant sur des textes développant les non-dits de la discipline (Caratini, 2012), les questions propres au processus de subjectivation sur le terrain (Chauvier, 2008), les expériences extrêmes du terrain et les recompositions qu’elles supposent (Martin, 2019) et en mettant ces derniers en perspective avec les trajectoires des auteur·e·s ainsi qu’avec des témoignages anonymisés de collègues en recherche de poste, cette intervention tentera de dessiner une réflexion sur la part d’indicible dans la confrontation rugueuse avec le terrain et les ratés qui en découlent.

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search