Atelier #15

ATELIER #15 Territoires affectés et déplacements de population : des événements par-delà la crise

Katiana Le Mentec (UMR Chine, Corée, Japon 8173 / CNRS) | katianalementec@protonmail.com

Adeline Martinez (Centre Asie du Sud-est, UMR 8170 / Institut de recherches asiatiques, UMR 7306) | ad2martinez@gmail.com

De tout temps, des hommes, des femmes et des enfants ont été contraints de se déplacer, de fuir ou de quitter leur habitat alors que leurs espaces de vie étaient temporairement ou durablement bouleversés. Ce panel s’intéresse à un type particulier de déplacements, ceux concernant un groupe d’individus forcés collectivement de quitter leurs espaces de vie en raison du fait que ces derniers ont été affectés, détruits, rendus inaccessibles, inhabitables ou sont étiquetés trop risqués par les instances gouvernementales. Il s’agira de saisir le déplacement de population en tant qu’événement plutôt qu’en tant que crise. L’objectif sera d’engager une mise en regard transversale, au-delà des causes et des conditions des déplacements envisagés, sur des contextes souvent étudiés de manière cloisonnée. Pour dépasser les analyses sédentairo-centrées considérant les déplacements comme irrémédiablement pathologiques et source d’anomie, nous examinerons, à partir de cas ethnographiques, ce qui tient et se perpétue dans – ou avec – ces moments de grand chamboulement. Une première piste de réflexion sera d’interroger comment des logiques sociales (dispositif de gouvernance, organisations collectives de travail, relations aux pouvoirs centraux, structures d’interconnaissance, de sociabilité et de solidarité, etc.) peuvent se maintenir – quitte à s’ajuster – par-delà et malgré les réorganisations sociales et spatiales parfois drastiques. Une seconde piste pourra examiner les modalités de l’habiter et les rapports que les individus entretiennent, ensemble, avec leurs espaces – les anciens ou les nouveaux lieux de vie. Dans quelles mesures des manières de pratiquer, de nommer un espace, de s’y lier (dont rituellement), voire de se l’approprier, peuvent se maintenir ou s’ajuster dans un contexte de déplacement couplé à une forme de perte de l’espace d’origine ?

 

Session 1 – Des déplacements comme stratégie de développement

Jeudi 2 | 10h > 11h30 | Salle 4.10

Adeline Martinez (Centre Asie du Sud-est, UMR 8170 / Institut de recherches asiatiques, UMR 7306) et Katiana Le Mentec (UMR Chine, Corée, Japon 8173) | Déplacements de population, des événements par-delà la crise : une introduction

Les déplacements de population peuvent constituer une réponse (temporaire ou définitive), à une crise que traverserait un territoire affecté (détruit, inondé, brûlé, enseveli, contaminé, pollué, etc.). Ils peuvent également être perçus comme une solution adéquate à la mise en œuvre de politiques d’aménagement de l’espace en lien avec des projets dits de « développement ». Dans un cas comme dans l’autre, ces déplacements peuvent s’apparenter à une forme de crise pour les personnes déplacées tant le déménagement peut être perçu comme une aliénation de leur droit à vivre sur un territoire, comme un bouleversement des réseaux de sociabilité et d’entraide lié à une perte de ressources et une réorganisation générale des modes de vie. Néanmoins, face à cette crise apparente, l’étude des déplacements – pris comme levier épistémologique – laisse entrevoir des formes de continuité de l’organisation sociale et des modes de territorialité.

Dans cette perspective, les déplacements apparaissent davantage comme des événements. Le concept d’événement a été saisi par plusieurs auteurs dans le cadre d’approches complémentaires. Deleuze (1969) et Foucault (1991) pointent les ruptures temporelles et d’intelligibilité qu’il produit. Tandis que Bensa et Fassin (2002) considèrent sa capacité transformatrice et son utilité dans la saisie des micro- et macro- dynamiques en cours. Penser par l’événement permet d’embrasser les subjectivités et les réalités empiriques dans leur pluralité mais aussi, pour les post-structuralistes comme Morin (1972), Bastide (1973) et Guille-Escuret (1998) de mettre en exergue leurs effets réorganisateurs, pour examiner les conditions de l’homeoresis et de la morphogenesis.

Pour saisir l’intérêt de cette approche, nous proposerons dans un premier temps une synthèse critique de travaux sur les déplacements développés à partir des années 1950. Elle permettra d’examiner les enjeux éthiques et épistémologiques qui traversent ces études. Cela nous invitera, dans un second temps, à explorer comment l’événement du déplacement de population, au-delà de sa dimension pathologique mais aussi de ses mises en récits et mémorialisation (Olazabal et Levy 2006), est particulièrement heuristique pour la compréhension des mécanismes de structuration du social et de ses voies de transformations.

Romain Leclercq (Centre des Politiques de la Terre, UPC – IPGP – Sciences Po) | Éviction / compensation. Maintenir l’habitabilité des villes par l’expulsion

Les déplacements sont de plus en plus mis en lumière comme l’une des conséquences les plus dramatiques du changement climatique, et alimentent d’ores et déjà de nombreux rapports et études en sciences sociales. Moins sous le feu des projecteurs, les déplacements intra-urbains dus aux projets d’adaptation des villes au changement climatique semblent pourtant appelés à se multiplier. Au Sud, où la reprise ces vingt dernières années des objectifs de « résilience » et d’adaptation structurelle des villes a notamment donné lieu à la multiplication des projets d’infrastructures lourdes, demandant de l’espace et entraînant de nombreuses évictions (Kanai, Schindler, 2021 ; Leclercq, 2023). Au Nord également, où les formes d’adaptation de la ville au changement climatique s’inscrivent souvent dans une logique de « mise en valeur » de cette dernière (Boltanski, Esquerre, 2017), justifiant des formes de normalisation et d’éviction. Cette communication propose donc une mise en comparaison de deux projets d’adaptation de la ville aux catastrophes  « naturelles », en cours ou à venir, dans deux villes de banlieue, à Dakar et à Paris. Plus précisément, je propose d’analyser comment la logique d’éviction/compensation s’inscrit au cœur de l’aménagement de la ville résiliente via une ethnographie comparative des pratiques des professionnels de l’urbain menant ces projets, au Sud comme au Nord.

David Juilien (IFG Lab, Université Paris 8) | Regards sur la modernisation du mode de vie des déplacés de Nujiang (Yunnan, Chine) : de l’espace au territoire

La vallée du fleuve Salouen (préfecture autonome lisu de Nujiang, Yunnan, Chine) fait l’objet de politiques de modernisation et de lutte contre la pauvreté depuis le début des années 2000. L’hypothèse présentée ici est que les déplacements de population qui y ont été conduits entre 2018 et 2019 ont directement servi cet objectif de modernisation, parce qu’ils ont permis la restructuration des rapports à l’espace des populations rurales et paysannes visées. Le projet de développement auquel sont adossés ces déplacements s’inscrit en effet dans un discours qui regrette le niveau de pauvreté (pinkun) et de retard (luohou) des minorités ethniques qui habitent cette vallée, et appelle à un changement radical des modes de vie (rural/urbain, vertical/horizontal), des rapport de production (agriculture vivrière/tourisme), et des rapports à certaines matières (bois, terres arables, eau des affluents…). Ces différents aspects constituent une pluralité de rapports à l’espace qui sont transformés par un seul et même acte de déplacement. Les entretiens semi-directifs menés auprès de paysans de l’un des districts (préfecture de Nujiang) concernés révèlent le vécu de ces transformations au travers d’émotions, de questionnements et de projections de la part des interrogés. La géographie politique est propice à l’étude des processus quotidiens d’appropriation de l’espace qui peuvent mener à la formation de territoires. Cette perspective aide à expliquer les mutations du mode de vie qui sont acceptées, et celles qui sont rejetées.

 

Session 2 – Des allées et venues dans l’espace et le temps

Jeudi 2 | 13h > 14h30 | Salle 4.10

Rina Kojima (Laboratoire Techniques, Territoires et Sociétés, UMR 8134) | Reconstruire dans l’après-Fukushima : vivre avec le risque radiologique ?

L’accident nucléaire de Fukushima a dispersé des radionucléides sur une grande étendue de l’archipel japonais, ce qui a entraîné l’évacuation (forcée ou volontaire) de nombreuses personnes . Suite à cette catastrophe, les autorités japonaises ont lancé une politique de « reconstruction » basée sur le seuil de radioprotection de 20 millisieverts (mSv) par an – vingt fois le débit de dose prescrit pour le public en temps normal par la Commission internationale de protection radiologique. L’objectif de cette politique était de faire revenir les victimes de cette catastrophe dans leur lieu de résidence initiale (se trouvant donc dans les territoires contaminés), et de les rendre  acteurs principaux dans la gestion du risque radiologique, afin de construire une « société robuste et résiliente ». A partir d’une centaine d’entretiens réalisés lors d’une enquête de terrain ethnographique et longitudinale entre 2013 et 2016 au Japon, cette communication propose d’analyser les retombées socio-culturelles de cette politique de reconstruction sur ces victimes qui partent, restent ou retournent dans les territoires contaminés. Pour ce faire, elle examine leurs « trajectoires spatio-temporelles » sous trois aspects : 1) la mobilité/l’immobilité face au risque radiologique ; 2) les pratiques et les représentations de ce risque ; 3) les problèmes relationnels en lien avec ce risque. Ainsi, cette analyse permet de mieux saisir « un milieu nucléarisé » où se déploient des relations entre les populations affectées par l’accident nucléaire de Fukushima (les humains) et les radionucléides (les non-humains), également la société japonaise dite « post-accidentelle » dans laquelle les séquelles de cette catastrophe se manifestent encore très fortement.

Clara Jullien (Laboratoire Géographie-cités, UMR 8504 / ART-Dev, UMR 5281, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) | Crise du climat ou climat de crise ? Savoir maintenir l’équilibre par et à travers la migration rural-urbain. Etude de cas au sud et au centre du Vietnam

Cette communication analyse la migration comme pratique d’adaptation normalisée dans un contexte d’incertitude globale. La migration est ici présentée comme une réaction à une crise multidimensionnelle plus que comme une crise en soi. Comment la migration contribue-t-elle à trouver et maintenir un équilibre en temps de crise ? Ce travail se centre sur les migrations entre l’urbain et le rural au Vietnam (départs et retours), vers et depuis la métropole de Ho Chi Minh Ville. Ces flux migratoires en essor depuis la fin des années 1980 résultent de changements économiques et sociaux, auxquels s’ajoutent les impacts des perturbations environnementales sur les territoires agricoles dans les deltas et les zones côtières. L’incertitude économique et environnementale s’est traduite par des migrations temporaires vers la ville, souvent de longue durée, facilitées par le développement des NTIC, des transports, et des services bancaires. La pandémie de Covid-19 a constitué un moment de rupture dans ces trajectoires. Le confinement en particulier a donné lieu à des retours des migrants dans les villages à l’automne 2021, à la fois contraints par la précarité économique et motivés par un besoin de ressourcement, réaffirmant par là même l’ancrage au village. La migration temporaire vers la ville, mise en œuvre comme pratique d’adaptation à l’incertitude, a alors été interrompue et le retour anticipé s’est imposé comme nouvelle forme d’adaptation. Mais les changements environnementaux, en menaçant l’habitabilité des zones d’origine et les moyens de subsistance associés, mettent en doute la durabilité des réinstallations au village à moyen ou long terme. Cette étude s’appuie sur un travail de terrain multisitué mené entre 2020 et 2022, comprenant des observations et des entretiens avec des migrants, des familles de migrants et des fonctionnaires locaux, dans des territoires de départ (Delta du Mékong et Côte Centrale) et d’arrivée (Ho Chi Minh Ville).

Anne Friederike Delouis (POLEN, EA 4710, Université d’Orléans/ UAR 3129, Maison française d’Oxford) | Autour d’un exode : reconfigurations sociales et rapport au patrimoine dans les communautés germanophones de Transylvanie

Les communautés germanophones de Roumanie, qui représentent la plus grande diaspora « allemande » à subsister en Europe de l’Est après la deuxième guerre mondiale, furent lourdement affectées par l’exode de centaines de milliers de Roumains après 1989. Ceux-ci, en quête d’une situation politique plus stable et d’opportunités économiques, firent valoir leur « droit du sang » pour s’installer en République fédérale d’Allemagne. Les Roumains germanophones, significativement réduits en nombre, craignent une lente disparition et leur situation est ouvertement caractérisée comme critique par leurs porte-parole. L’enquête ethnographique permet de dégager des réponses individuelles et collectives: d’une part parmi les Roumains issus de la minorité germanophone restée au pays et leurs « alliés » au sein de la population majoritaire ; d’autre part parmi des personnes (re)venues d’Allemagne qui alimentent depuis quelques années un faible flux migratoire inverse. On s’intéresse ici aux différents rapports au patrimoine bâti laissé par les minorités allemandes en Transylvanie – des maisons traditionnelles dans des villages quasi désertés aux églises fortifiées répertoriées par l’Unesco qui attirent un tourisme nostalgique. Entre restauration minutieuse, muséalisation, transformation et abandon partiel, le soin pratique apporté au bâti et la place prépondérante qu’occupent ces édifices dans les récits de vie, reflètent la manière dont ces Roumains germanophones appréhendent le passé et envisagent l’avenir incertain de leurs communautés. Dans notre enquête, nous explorons les manières dont les « régimes d’historicité », articulés autour du trinôme conceptuel de « chronos », « kairos » et « krisis » (François Hartog), permettent de saisir la complexité des réactions face à des mutations irréversibles. Cette « crise existentielle » (rupture de continuité, peur de la disparition) suscite de nouveaux rapports à la temporalité, et l’anthropologue peut rendre compte de la médiation du bâti dans l’appréhension des temps passé, présent et futur.

 

Session 3 – Refonder des lieux de vie après le déplacement

Jeudi 2 | 14h45 > 16h15 | Salle 4.10

Maëlle Calandra (IRD, Unité de Recherche MIgrations et Société, UMR 205, 8245) | Vivre à Manaro street : les déplacés de la catastrophe d’Ambae sur l’île de Santo (Vanuatu)

Entre 2017, le Manaro Voui, le volcan de l’île d’Ambae (Vanuatu) est entré en éruption. L’ampleur du phénomène et les conséquences humaines, matérielles et environnementales qu’il a générées ont impliqué une intervention humanitaire internationale et le déplacement forcé de l’ensemble de la population vers d’autres territoires de l’archipel. En 2018, la persistance de la crise volcanique a motivé le gouvernement vanuatais à développer un programme de réinstallation définitive des habitants d’Ambae, vers l’île de Maewo. En réaction à cette décision, par voie de presse, les habitants ont fait part de leur grande détresse et déclaré qu’ils ne pourraient pas survivre au déplacement, car partir serait prendre le risque de « perdre leur coutume ». À cette période, si certaines familles ont choisi de rester à Ambae ou de partir à Maewo, d’autres, en opposition avec ce projet, ont décidé de partir s’installer à Santo, la deuxième île économique du pays. Se fondant sur une ethnographie conduite parmi la communauté des déplacés d’Ambae de « Manaro Street » (Santo), cette présentation interrogera les processus sociaux qui suivent une catastrophe « naturelle » ayant entraîné un déplacement et d’en soulever les enjeux sociaux, comme politiques. L’analyse portera en particulier sur le déracinement et le réenracinement des familles déplacées et sur la manière dont celles-ci font communauté à Santo, les relations qui se nouent entre elles et avec la population hôte, comme avec leur île d’origine.

Alice Corbet (UMR Les Afriques dans le Monde 5115) | Quand les déplacements se suivent (Haïti) : perte, opportunité et vulnérabilité

Cette présentation se basera sur l’analyse ethnographique du déplacement d’un groupe d’habitants haïtiens suite au séisme du 12 janvier 2010. Ces personnes résidaient au centre de la capitale Port-au-Prince quand le séisme détruisit leur quartier. Elles envahirent alors un terrain vague pour installer leurs abris de fortunes, et nommèrent leur petit camp « Mosaïque ». Elles y ont recomposé les formes socio-culturelles habituelles dans le pays. Chassés, les habitants partirent au Nord de la capitale, dans un espace qui était progressivement investi par les déplacés issus du séisme : Canaan. Mosaïque devint un nouveau quartier de Canaan. Bien qu’éloignées de la ville et des lieux de travail, les familles y ont réinstallé leurs biens, de manière culturelle comme fonctionnelle. Mosaïque prit alors la forme d’un quartier / village, dont les habitants vivaient de « débrouille », sans toutefois bénéficier du droit légal d’occuper le terrain. Ce dernier fut d’ailleurs détruit par des personnes qui voulaient « récupérer » le terrain : face aux violences, Mosaïque est dissous, la plupart des habitants tombant dans la pauvreté extrême. Nous exposerons comment, malgré les successions de déplacements forcés et les types d’installations, les habitants de Mosaïque ont organisé et gardé une structure sociale : autorité hiérarchique, présence des formes traditionnelles de partage de l’espace, garde d’enfants et travail communautaire pour assurer la subsistance des habitants, etc. Pourquoi l’habitat des personnes et la géographie de Mosaïque, avec ses hiérarchies et sa fonctionnalité, se sont organisées de manière identique ? À travers le recueil des paroles des habitants, nous montrerons comment les déplacements successifs furent vécus comme de manière à la fois subie mais aussi comme des opportunités.

Katiana Le Mentec (UMR Chine, Corée, Japon 8173) | Déplacer habitants et divinités : que fait l’événement territorial aux anthropotopies de morts honorés ?

À Yunyang (Chine), la montée des eaux en amont du barrage des Trois Gorges (entre 2003 et 2009) a induit le déplacement d’un habitant sur six. Parmi les innombrables lieux de culte inondés, certains furent déplacés-reconstruits dans le cadre d’initiatives des pouvoirs publics, d’entreprises privées, d’associations religieuses ou de communautés de fidèles. Dans le comté, Zhang Fei est un héros divinisé depuis au moins mille ans, devenu la divinité locale du territoire, aux facettes plurielles. Plusieurs temples dédiés à cette figure tutélaire étaient situés dans la zone d’immersion. Le site le plus ancien, associé à la tête du héros, sur la colline du phénix Volant, fut l’objet de plusieurs initiatives accompagnées de nombreuses controverses dans lesquelles se sont impliquées des personnes aux conditions de déplacement différentes. Tandis que l’État a déplacé, dans un même mouvement, le temple (patrimonialisé) avec le chef-lieu et ses habitants à trente kilomètres de distance, les habitants non déplacés, ou déplacés aux abords de la colline du Phénix Volant, se la sont appropriée pour y rétablir un temple honorant Zhang Fei. L’approche par l’anthropotopie (Le Mentec, 2021) permet de distinguer, en examinant leurs caractéristiques et leurs interactions, les rapports distincts que des individus et des groupes entretiennent avec un même espace (manière de le penser, de le nommer, d’y agir, etc.). Ce concept permet de déplier les ensembles d’imaginaires, de discours et d’actions développés sur les sites honorant Zhang Fei et attachés à sa tête. L’événement territorial (immersion) et les déplacements qu’il a induit ont certes provoqué une rupture dans la manière dont les habitants envisageaient le temple de Zhang Fei sur la colline du Phénix volant, leurs actions et discours mettent toutefois en lumière différentes manières déployées pour y remédier. La proximité des habitants, après déplacement, avec l’un des deux sites reconstruits semble en encourager sa reconnaissance. Les débats sur la localisation de la tête du dieu, facteur crucial de son efficacité performative dans la protection du comté et de ses habitants, montrent en revanche qu’il n’est pas si simple de déplacer des lieux de culte, notamment lorsqu’ils sont associés à des corps de morts. Cette étude de cas donnera un aperçu des manières dont peuvent être affectées des anthropotopies de morts honorés (et, au-delà, celles de morts socialisés – les ancêtres), portées par les habitants eux-mêmes en situation de déplacement.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search