Atelier #12

ATELIER #12 Frontières du sport, pratiques alternatives et cultures corporelles

Gilles Raveneau (UMR EVS 5600, Université Lumière Lyon 2) | gilles.raveneau@univ-lyon2.fr

Audrey Tuaillon Demésy (Laboratoire C3-UR 4660, Université de Franche-Comté) | audrey.tuaillon-demesy@univ-fcomte.fr

Si le sport peine encore à trouver une pleine légitimité en anthropologie en France, force est de reconnaître aujourd’hui la montée en puissance de cet objet de recherche comme moyen permettant d’approfondir la connaissance de la culture du corps et des changements à l’œuvre dans les sociétés contemporaines. L’impossibilité de définir précisément le sport, tant dans les milieux académiques que pour le sens commun, révèle d’emblée la variété et la richesse des situations et des enjeux auxquels renvoie cet objet. Le terme « sport » est en effet utilisé pour qualifier des situations très différentes. Certains en défendent une vision élargie aux pratiques informelles, alternatives et ludiques quand d’autres le distinguent comme une activité codifiée, réglementée et institutionnalisée qui organise des compétitions régies par des règles partagées. Ses frontières sont donc mouvantes et se déplacent historiquement et culturellement au gré des crises, des contestations, des luttes, des controverses et des enjeux entre les différents groupes sociaux et culturels et entre les individus. D’où l’intérêt de porter l’accent plutôt sur l’exploration des frontières du sport, des pratiques alternatives et des cultures corporelles qu’elles produisent. Face à l’uniformisation du système sportif (institutionnalisation, globalisation, rationalisation) émergent parfois des réponses (pratiques émergentes, alternatives, communautaires) traduisant autant de « crises » institutionnelles et culturelles en jeu autour du sport.

L’ambition de cet atelier est de proposer un espace ouvert de discussion et de gai savoir propre à concilier « le savant et le politique ». Fondées sur une enquête de terrain et une posture réflexive critique, les communications proposées s’appuieront sur le traitement de matériaux ethnographiques précis et contribueront à une analyse des pratiques, des cultures corporelles et des modèles alternatifs proposés (implicites ou explicites).

 

Session 1

Jeudi 2 | 10h > 11h30 | Salle 5.28

Ludivine Leveau (UMR EVS 5600, Université Lumière Lyon 2) | L’influence paradoxale de la transidentité dans le sport queer

L’intégration des personnes transgenres dans le sport est un facteur de transformation sportive. Les corps trans, hors des normes sexuées, invitent à réfléchir à la conception des catégories sportives, historiquement construites sur une séparation des corps masculins et féminins (Bohuon, 2012 ; Gleaves & Lehrbach, 2016). Cette réflexion est indispensable dans le sport queer, alternatif au sport traditionnel, car il promeut une activité sans discriminations queerphobes, basée sur l’inclusivité (Liotard & Ferez, 2007 ; Méha & Le Blanc, 2017). Cette proposition de communication découle d’une enquête ethnographique et auto-ethnographique dans le cadre d’une thèse en anthropologie portant sur la pratique sportive des trans dans divers sports, durant l’année sportive 2022-2023. Dans ce cadre, des observations participantes ou distanciées d’activités sportives et extra-sportives sont utilisées en complément et d’entretiens semi-directifs et de l’analyse de divers documents. La proposition vise à interroger l’influence de la corporéité transgenre dans le sport queer, thématique rarement abordée. Si les logiques d’inclusivité envers les personnes trans entraînent des ruptures fondamentales avec le sport traditionnel concernant les catégories genrées, d’autres normes restent à l’oeuvre. L’impact du modèle sportif classique sur le sport queer produit aussi une mise en tension sur l’intégration effective des personnes trans.

Orlane Messey (Laboratoire C3-UR 4660, Université de Franche-Comté) et Audrey Tuaillon Demésy (Laboratoire C3-UR 4660, Université de Franche-Comté) | Jouer « à la marge » : une étude des alternatives sportives

Alors que la civilisation du loisir (Dumazedier, 1962)semble bien ancrée dans notre quotidien, l’anthropologie de la modernité documente encore peu les sports, jeux ou activités corporelles qui peuvent être qualifiés de non mainstream. Pourtant, étudier ceux-ci conduit à mieux comprendre comment des communautés de joueurs ou de sportifs répondent à des changements culturels en cours. En effet, s’intéresser aux activités « marginales » dans le paysage des loisirs invite à porter un regard sur la manière dont l’arrivée de ces communautés peut traduire une « crise » du modèle sportif institutionnel. Des pratiques, émanant de communautés (de joueurs ou de sportifs), tentent de proposer de nouvelles manières de faire et pratiquer ensemble, en mettant par exemple de côté la dimension compétitive du sport au profit de l’expérience ludique. Ainsi en est-il du roller derby et du quidditch, deux pratiques sportives collectives de contact apparues aux États-Unis il y a une vingtaine d’années et situées aujourd’hui à la frontière du sport mainstream. À travers leurs styles de jeu et leur fonctionnement interne, ces activités invitent à penser les moments de ruptures et les volontés de transformations d’un ordre (sportif, culturel, social) existant. Cette communication permettra de faire dialoguer ces deux sports dits alternatifs. L’enjeu sera de parvenir à montrer comment des sports faiblement médiatisés et non inscrits dans le système sportif mainstream sont pourtant au coeur de tensions entre différents modèles de pratiques (ludique et sportif, underground et mainstream, dominant et alternatif) qui existent actuellement dans le champ des activités physiques de loisirs.

Jérôme Soldani (UMR SENS, Université Paul-Valéry Montpellier 3) | Jouer au ballon pas tout à fait comme les autres. Du volley-ball conventionnel et non conventionnel chez les Bunun de Taïwan

À Taïwan, où le baseball tient la place de « sport national », les Bunun, population minoritaire et reconnue autochtone par le gouvernement national, préfèrent jouer au volley-ball. Cette pratique est plus particulièrement associée à la communauté presbytérienne, majoritaire au sein de cette société presque entièrement christianisée, et le jeu prend souvent place dans la cour des églises spécifiquement équipées à cet effet. Mais, de façon plus singulière, les Bunun presbytériens s’adonnent au volley-ball de deux manières distinctes : en suivant les règles internationales ou sous une forme libérée de nombreuses de ses conventions, à commencer par l’emploi simultané de deux ballons, des équipes mixtes rassemblant jusqu’à une vingtaine de personnes de tous âges et en reléguant la compétition au second plan. Fondée sur plusieurs mois d’enquêtes ethnographiques conduites entre 2014 et 2016, ainsi qu’en 2018, cette communication visera à discuter des implications non seulement des transformations profondes d’une pratique aussi strictement normée que le volley-ball, au point de l’extraire du système sportif, mais aussi de la pratique en parallèle, et par les mêmes acteurs, de sa version conventionnelle. Cette position a priori ambiguë est révélatrice des modes de gestion d’une double crise traversée par les communautés concernées : celle des relations avec un État toujours considéré comme colonialiste et celle de la perte de nombreux repères identitaires depuis plus d’un siècle.

 

Session 2

Jeudi 2 | 13h > 14h30 | Salle 5.28

Sacha Thiébaud (Laboratoire C3-UR 4660, Université de Franche-Comté) | Le pogo : une danse aux frontières de l’underground

Dans le cadre de ma thèse portant sur l’étude du punk en Bourgogne-Franche-Comté, culture musicale alternative dans laquelle les acteurs cherchent à s’affranchir de la culture dominante, j’adopte une méthode socio-ethnographique, mêlant entretiens et observations participantes au sein d’un groupe de punk hardcore et dans les lieux de concerts. Le pogo est une danse collective qui se caractérise par des chocs entre spectateurs. Les techniques employées (le rapprochement des corps, l’intensité des gestes, les mouvements des bras…) sont des signes, porteurs de significations particulières pour leurs pratiquants. Toutefois, l’émergence dans la culture punk française de certains questionnements provenant du contexte social plus large dans lequel elle prend place (l’égalité des sexes, les luttes sociales, etc.) agissent sur ces significations. La pratique du pogo est désormais re-questionnée par les enquêtés, articulée aussi aux normes de la société occidentale contemporaine. Par exemple, est interrogée la dimension viriliste du pogo. De plus, en fonction des lieux d’expression du punk les enquêtés mobilisent ces savoir-faire pour exprimer leur appartenance à une contre-culture. Ainsi, les punks skinheads réalisent des gestes différents que ceux réalisés dans le punk hardcore. Ce sont ces changements dans les manières de pogoter qu’il s’agira de questionner au regard des normes qu’impose, en creux, la société capitaliste au sein de laquelle s’exprime la culture punk aujourd’hui.

Léo Argouarc’h (UMR EVS 5600, Université Lumière Lyon 2) | « Le football populaire, c’est notre ligue des champions » – Les modes de participation et leurs émotions pour réinventer le supportérisme : le cas du MFC 1871

Ces dernières années s’est constitué un ensemble de pratiques alternatives et de contestation du football moderne, qui s’est donné le nom de « football populaire ». Cet espace militant, au carrefour du militantisme politique et du supportérisme, donne à voir des modes de participation à l’action hétérogènes, dans lequel ceux-ci se négocient. Par conséquent, il invite à redéfinir les contours du supportérisme et plus largement des publics des spectacles sportifs. Cette présentation a pour ambition de réfléchir aux manières de s’entre-affecter des supporters, et à la mise à l’épreuve des moralités politiques qu’elles charrient par leur manifestation dans les différentes formes d’engagement que la mobilisation donne à voir. Cette hybridation entre militantisme politique et supportérisme nous convie pour l’instant à en dresser les contours, par le biais d’une étude de leurs émotions morales et de la conflictualité qui s’en dégage : qu’attendent les militants de ce que devrait être un supporter contestataire ? Nous utiliserons des matériaux ethnographiques issus d’observations participantes découpées en deux catégories : le moment du match comme espace-temps de négociation de l’action collective puisqu’il nous montre des comportements « hors du commun » des tribunes, entre supporters désintéressés du match et d’autres investis « corps et âme » ; et la quotidienneté de l’organisation des activités du club, que les supporters qualifient de « communiste libertaire ».

Aurore Dupuy (CRESCOS, Université Toulouse 3 Paul Sabatier) | D’une culture à une politique de l’esthésique. Réflexion à partir du cas du cirque post-dictatorial chilien

Au tournant des années 1970-1980 émergent en Occident une série de pratiques de glisse et de pleine nature, telles le surf ou l’escalade, bientôt regroupée par les sociologues sous le terme de « culture fun ». Dans les années 1990 au Chili, alors que la « transition démocratique » fait ses débuts après 17 ans de dictature militaire, émerge une forme de cirque qui se distingue de celle des traditionnels et rappelle celle connue en France comme le « nouveau cirque » . Les résultats obtenus dans le cadre d’une enquête ethnographique menée entre 2016 et 2022 sur le cirque chilien montrent que ces deux phénomènes ont en commun une culture de l’esthésique, fondée sur la recherche et la valorisation de sensations extrêmes et jouissives. L’exemple chilien montre comment l’esthésique peut être investie d’un engagement politique et émancipateur, dont témoignent les entretiens et trajectoires recueillis auprès de ses principaux acteurs. À partir de ce matériau, cette communication interrogera les manières dont les sensations et les émotions peuvent être investies dans des processus d’esthétisation émancipatrice, à l’intersection entre éthique et politique. Elle invitera ce faisant à s’interroger sur la validité ou l’invalidité de lire d’autres pratiques esthésiques en termes politiques, en lien avec les contextes dans lesquelles elles émergent et se structurent.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search