Atelier #11

ATELIER #11 Anthropologie de l’exil. Stratégies pour répondre à des crises humaines et sociales

Pierre Peraldi-Mittelette (Institut Convergences Migrations / Institut François Gény (EA 7301), Université de lorraine) | peraldimittelettepierre@yahoo.fr

L’étude anthropologique de l’exil est en plein essor depuis 2015 ainsi que la crise des réfugiés que rencontrent les pays européens depuis lors. A travers des approches basées sur des collections de cas individuels et des enquêtes qui s’intéressent à des communautés ou des collectifs en exil, ces travaux s’inspirent de méthodes mettant à l’honneur les individus, en considérant que l’expérience de l’exil tourne autour de vécus individuels et intimes qui résultent de crises. Cela s’inscrit dans une approche qualitative telle que l’ethnographie. Dans cet atelier, il ne sera cependant pas question de s’intéresser uniquement aux aspects individuels, mais d’interroger les manières dont les crises amènent les personnes et groupes en exil à mettre en place des stratégies pour répondre aux différentes situations : départ involontaire et plus ou moins définitif d’un territoire, perte de repères, éloignement ou rupture avec ses attaches et ses réseaux, victime de guerres, déplacement climatique, misère due à des crises économiques, par exemple. L’objectif de cet atelier résidera dans un échange concernant les manières dont l’anthropologie peut étudier les crises exiliques par des méthodes innovantes et ancrées dans les temporalités de l’humain.

 

Session 1 – Expériences exiliques

Jeudi 2 | 10h > 11h30 | Salle 4.06

Alexandra Galitzine-Loumpet (CESSMA / Institut Convergence Migrations) | Crise des migrations et de l’exil : crise de l’expérience ? Recompositions des agirs aux frontières

L’exil et les migrations contemporaines apparaissent désignées et inscrites dans une temporalité de crise. Crise des migrations, des politiques de l’accueil et plus encore crise de l’accueil des pays européens crise de l’urgence. Aux frontières de la France, à Calais, Vintimille ou Besançon ces crises superposées, politiques, locales, nationales et européennes en provoquent d’autres, notamment ce que l’on pourrait désigner comme celle de l’épistémologie et de l’éthique de la recherche dans les terrains sensibles. Il ne s’agit pourtant pas seulement d’aborder ainsi la position de la recherche, entre engagement militant et distance, mais d’inverser la question pour repenser les relations entre les acteurs de terrains et les chercheuses et chercheurs : qu’attendent associations, collectifs militants, citoyens des recherches aux frontières et sur l’expérience de l’exil ? Quelles méthodologies partagées et communes mettre en place entre acteurs différents en s’inspirant d’autres expériences non-extractivistes, non-hégémoniques ou féministes ? En revenant sur deux moments de partage, mais aussi de frictions, aux frontières “Territoires et savoirs partagés” (Briançon mai 2021) et “Fabriques d’agirs” (Calais mai 2022), et en s’appuyant sur le programme Co-front (Institut Convergences Migrations 2022-2024) il s’agira de revenir sur les formes et la fonction de la recherche aux frontières.

Hinde Maghnouji (Institut des mondes africains / EHESS) | « Nous, on devient quoi quand on meurt ici ? » Le corps-mort à l’épreuve de l’exil

L’étymologie grecque krisis nous renseigne sur les différents sens que peut prendre le terme de « crise ». Le verbe krinein « juger », « décider », renvoie à la faculté de choisir. Il s’agira alors de penser la crise, comme un moment décisif duquel découle un changement « radical ».  Partant de cette chaîne signifiante, ce travail se propose d’aborder la question de la mort en migration et particulièrement « le devenir du corps-mort ». Prendre les routes dangereuses de l’exil confronte brutalement aux risques de mourir et/ou de disparaître. Les nombreux entretiens que j’ai pu réaliser avec des personnes demandeuses d’asile évoquent tous l’idée obsédante de la mort, à la fois la mort physique, mais également la mort symbolique. L’exil étant aussi traversé par une succession de pertes, il semble planer de façon pensante, la crainte de sa propre disparition. Le traitement que nous infligeons aux morts nous renvoie à la valeur que nous accordons à la vie et aux vivants.  Dès lors, il y a ce que C. Kobelinsky appelle « le risque de disparaître », c’est-à-dire n’être ni vivant ni mort pour personne. Si l’idée de « mourir » est toujours un risque immanent quand on tente la traversée, il sera ici question du devenir des corps. En effet, les morts ne sont pas tous morts. Pour accéder au « statut social de mort » il faut un corps, un témoin et sans doute de la considération. Cette communication, en partant d’une étude ethnographique en cours (France et Grèce), va essayer d’analyser le traitement fait aux corps de ceux et de celles qui meurent en exil. Nous essaierons de nous demander comment le corps devient un espace de crise et en crise lorsqu’on meurt en migration ?

Valentine Salazard (Université de Grenade / Institut des Migrations / Centre Georg Simmel, EHESS / Institut ARI, CNRS) | La place de la musique en exil : les crises en musique

Pourquoi chanter et/ou jouer de la musique en diaspora mais aussi, qu’est-ce que cela nous enseigne sur l’expérience de l’exil ? À travers l’étude de la musique jouée par les Touaregs en France, il est possible d’étudier les différentes trajectoires migratoires des individus mais également l’histoire partagée liée à l’éloignement d’une terre d’origine. En analysant les œuvres musicales et les moments de performance dans la diaspora touarègue, l’anthropologie permet de mettre en évidence le fait que la musique peut incarner tout à la fois la douleur du déchirement, qu’une permanence de l’identité. Pour les artistes, la musique devient alors « un outil de sensibilisation aux conditions de l’exil » (Amico, 2016). Dans ce contexte, l’analyse musicale donne ainsi les clés d’un langage interne aux mouvements migratoires et diasporiques.

 

Session 2 – Approches sensorielles de l’exil

Jeudi 2 | 13h > 14h30 | Salle 4.06

Camille Robert-Boeuf (UMR LADYSS, UR CREE) | Femmes bélarusses, russes et ukrainiennes en exil : quelles trajectoires, quelles expériences sensibles ?

En février 2022, la guerre en Ukraine a mis en lumière des migrations importantes à l’Est de l’Europe, avec près de 8 millions d’Ukrainiens et 900 000 Russes poussés sur les chemins de l’exil. Cependant, cette situation de crise cache des trajectoires migratoires complexes qui s’inscrivent dans un contexte socio-spatial et temporel plus ancien. En Pologne et en Lituanie, les travailleurs et/ou réfugiés ukrainiens sont de plus en plus nombreux depuis l’annexion de la Crimée en 2014. Dans ces deux pays, l’afflux de populations bélarusses a augmenté depuis la révolution avortée de 2020, avec entre 200 000 et 300 000 personnes qui ont quitté le Bélarus cette année-là. Dans ce contexte, les femmes représentent une partie importante des immigrés, tout en étant particulièrement invisibilisées (par exemple, 90% des immigrés ukrainiens aujourd’hui en Europe sont des femmes). Cette communication souhaite présenter les premières analyses d’un travail mené auprès des femmes immigrées bélarusses, russes et ukrainiennes s’étant installées en Pologne et en Lituanie. Il s’agira d’étudier leurs expériences sensibles de l’exil et leurs trajectoires en tant de guerre, en interrogeant leurs manières de s’approprier les territoires d’accueil à travers des stratégies (individuelles ou collectives) à l’échelle micro-locale. Cette communication sera également l’occasion d’interroger les méthodes d’enquête pour traiter de cette aire culturelle, qui se trouve brutalement confrontée aux problématiques de l’exil.

Emma Barrett-Fiedler (IDEMEC, AMU) | Ce que le regard anthropologique peut apporter à l’étude des subjectivités en exil

Les anthropologues des migrations, en envisageant les mobilités du point de vue de la société de départ plus que de celle d’arrivée, privilégient depuis longtemps la perspective « émique » de ceux qui partent plus que celle de ceux qui les voient arriver. Ce faisant, ils connaissent la distance pouvant séparer les lieux d’émigration familiers des lieux d’immigration étrangers. Les conséquences psycho-affectives de la migration font l’objet d’une littérature, à mi-chemin entre anthropologie et psychanalyse, s’intéressant plus profondément aux bouleversements du « sujet » exilé en déplacement, dans de nombreux contextes cliniques et culturels différents. Les ressorts intimes de la dépossession de soi dans l’exil – qui poussent les exilés à se poser la question du « qui suis-je ? » -, a jusqu’ici été peu investie par les anthropologues, plus attentifs à des phénomènes diasporiques et collectifs qu’à ceux touchant à la sphère individuelle. Nos travaux explorent les méandres de l’expérience de l’exil telle que vécue, et dite, au singulier.

Pierre Peraldi-Mittelette (Institut Convergences Migrations / Institut François Gény (EA 7301), Université de lorraine) | Des interactions et des ambiances pour donner à ressentir l’exil

Se sentir en exil et communiquer ce sentiment sont deux choses distinctes. Complexes. Les personnes qui se sentent en exil, n’en parlent pas ou peu, et pas aux premières personnes rencontrées. A partir de l’exemple de Touaregs organisés en Europe selon une logique diasporique, d’après leurs mots, il sera question ici d’aborder les stratégies mises en place par ces derniers pour rendre compte de ce qui pourrait s’apparenter à un sentiment d’exil. En invoquant des méthodes inspirées de la géographie, de la linguistique et des études sensorielles, il sera ici question d’interroger des pistes d’études des ressentis de l’exil et des stratégies pour le communiquer hors de son groupe d’origine. Lors d’interactions entre Touaregs et non Touaregs, il sera question d’une approche des traces sensorielles du sentiment d’exil, à travers une collection de situations exiliques différentes qui apporte chacune son lot d’information sur ce qui a été laissé et ce qui manque une fois confronté à l’ailleurs et à l’exil : ce qui est mangé, ce qui est bu, les langues parlées, les sonorités entendues, les odeurs senties, les ambiances qui associent tout cela en faisant apparaître des perceptions de soi, de l’autre, le manque de chaleur ou de froid, des manières d’être au monde, etc. Il est difficile de rendre compte de tout cela à la fois, mais c’est possible, et il s’agira de démontrer comment une approche anthropologique le permet.

 

Session 3 – Exils syriens

Jeudi 2 | 14h45 > 16h15 | Salle 4.06

Charlotte Al-Khalili (UMR TEMPS 8068, Université de Paris Nanterre) | Penser le futur en temps de crises : Révolution, guerre et migrations syriennes

Basé sur un terrain ethnographique avec des Syrien·nes déplacé·es dans le sud de la Turquie, cette présentation explore les effets d’un présent marqué par la défaite, les pertes et l’effondrement sur le futur de mes interlocuteur·rices. Quelles sont les conceptions, les modes de projections et d’imaginations du futur lorsque le présent est traversé par les violences politiques et l’exil forcé ? Le futur est alors perçu comme une continuation du présent, comme son renversement, ou comme une répétition plus heureuse d’un passé déchu : révolution inaboutie, pertes individuelles et collectives ou migrations interrompues. Le présent est ainsi marqué par l’effondrement du monde d’avant, de la quotidienneté et du champ des possibles. Les défaites mettent ainsi fin à un mode d’être-au-monde qui n’existe plus du fait même de la disparition matérielle et symbolique du monde de mes interlocuteur·rices. Cette présentation explorera les modes d’expérience et de conceptualisation du futur développés dans ce contexte : anticipation, aspiration, attente, prédestination, rêves et prophéties.

Emma Aubin-Boltanski (CéSor / CNRS), Leïla Vignal (Centre Maurice Halbwachs / ENS) | Réfugiés et exil prolongé : saisir les temporalités de « la » crise. L’exemple des Syrien·ne·s réfugié·e·s dans la région de Dayr al-Ahmar au Liban

Cette communication interroge la notion de crise au prisme de ses temporalités à partir d’une enquête ethnographique menée entre 2017 et 2023 dans la région de Dayr al-Ahmar au Liban. Dans cette région située dans la Békaa, non loin de la frontière syrienne, des réfugié.es fuyant les combats qui ravagent la Syrie ont afflué à partir de 2012. Pour faire face à cette situation envisagée comme une « crise », de ce fait temporaire, des dispositifs d’accueil caractérisés par leur précarité ont été mis en place. L’Etat libanais et les populations locales ont consenti à la mise en place de camps informels financés par la communauté internationale. Mais ces campements devaient être conçus de manière à pouvoir s’effacer du paysage une fois la crise terminée. Pour autant, en 2023, les réfugié.es syrien.nes sont toujours là, survivant difficilement dans ce provisoire qui s’éternise. La violence politique, le maintien au pouvoir du régime de Bachar al-Assad, et le délabrement de la Syrie n’ouvrent pas de perspectives de retour.

Elsa Maarawi (UMR CURAPP-ESS 7319, Université Picardie-Jules Verne) | Exils syriens et gestion de la crise : réseaux d’interconnaissance, relations familiales et hiérarchies sociales au Liban

Alors que la crise syrienne est entrée dans sa douzième année, le territoire libanais comprend entre huit cent mille et un million et demi de Syrien-nes exilé-es, accueil qui a donné lieu à une activité humanitaire intense de la part d’acteurs internationaux et locaux. Pour déployer leurs actions qui s’imbriquent et se complètent pour former le monde d’aide, ces acteurs s’appuient largement sur les exilé·es iels-mêmes, que ce soit par des systèmes d’embauche formels et informels, liées à des réseaux d’interconnaissance plus ou moins ancrés dans le territoire dans lequel ils opèrent. Cette communication a pour objectif de présenter comment l’accès au terrain a été conditionné par l’existence de ces réseaux existants et, comment se sont révélées, au fil de l’enquête, les hiérarchies sociales préexistantes à l’exil et se reproduisant dans le contexte migratoire, pour mettre en avant les liens entre l’entrée sur le terrain et la posture adoptée dans l’étude de l’exil.

 

Session 4 – Territoires et exils

Vendredi 3 | 9h > 10h30 | Salle 4.06

Nicola Schneider (CRCAO, INALCO) | Les Tibétains en exil : incertitudes et inquiétudes face à leur devenir

La diaspora tibétaine, installée initialement en Asie du sud, a été décrite comme une histoire de réussite en raison de sa grande capacité d’adaptation et d’organisation. Implantés sur des terres prêtées par le gouvernement indien et bénéficiant de donations internationales importantes, les réfugiés tibétains ont su recréer un espace politique et culturel permettant la sauvegarde de leurs traditions. Aujourd’hui, face à la disparition anticipée du Dalaï-lama (né en 1935), figure symbolique, la diaspora tibétaine traverse un « moment diasporique », c’est-à-dire un moment au cours duquel elle doit se redéfinir. La moitié des réfugiés tibétains ont déjà quitté l’Asie du sud et il est attendu que de nombreux autres vont suivre. Quant à la toute jeune démocratie tibétaine, elle est confrontée à de nouveaux défis : comment garder une cohésion sociale nécessaire à la lutte pour un Tibet libre parmi cette population de plus en plus éparpillée dans le monde ? Cette présentation s’intéressera aux temporalités de la diaspora tibétaine pour mieux cerner ce « moment diasporique » en dressant son cycle de vie et en questionnant les attitudes et décisions prises par les divers acteurs.

Benjamin Vanderlick (Ethnologue photographe, Brest) | « Mes chers parents » : des cartes postales patrimoniales avec des Brestois·e·s venu·e·s d’ailleurs. Transcrire des réflexions ethnologiques en un projet culturel et inscrire le fait migratoire sur le territoire

L’ethnologie est aussi bien un champ de recherche, une méthodologie qu’une posture. La mise en place d’un tel projet culturel à Brest permet de questionner le patrimoine local, le mettre en partage. La carte postale est aussi bien une représentation en image d’un lieu qu’un support de communication plus ou moins bref avec ses proches. L’objet fut communément utilisé par les familles françaises pour faire partager un déplacement à la famille, aux ami·e·s. Il a aussi été approprié par les précédentes générations d’immigré.e.s comme de support pour les conversations épistolaires. Qu’est-ce que cette démarche de réalisation de cartes postales, en se mettant en scène dessus et en se faisant photographier par un·e ami·e, a suscité pour des immigrant·e·s aujourd’hui ? En quoi cette action culturelle permet d’interroger avec sérénité la crise migratoire ? De plus, la carte postale est également un objet commercial. 50 cartes différentes se sont retrouvées dans plusieurs points de vente de la ville de Brest. Puis elles ont donné lieu à la réalisation d’une exposition collective dans l’espace public. Comment produire et exposer des photographies tant ethnologique, documentaire, artistique que respectueuses des témoins ?

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search