Atelier #10

ATELIER #10 Anthropologie et migrations

Adelina Miranda (UMR Migrinter, Université de Poitiers / Institut Convergences Migrations) | adelina.miranda@univ-poitiers.fr

Constance De Gourcy (UMR Mesopolhis 7064, AMU) | constance.degourcy@univ-amu.fr

Les migrations sont de plus en plus associées à la notion de crise. Cet atelier propose de déconstruire ce lien élaboré à partir d’une vision évolutionniste, dés-historisante et essentialiste des migrations. En suivant les suggestions de l’anthropologue italien E. De Martino, nous partons du constat que les migrant.e.s vivent une sorte de « crise de la présence ». Il s’agit donc de comprendre comment « ce risque de ne plus être au monde », traversant toute société et culture, prend forme tant au niveau subjectif que collectif permettant d’élaborer les tensions entre la présence et l’absence, d’être de plusieurs « ici » et plusieurs « ailleurs ».

Ces questionnements seront approfondis à partir de deux focales qui sont une invitation à débattre des enjeux théoriques, conceptuels et méthodologiques liés à une perspective d’étude critique et réflexive des migrations et de l’anthropologie. La première focale rappelle l’importance de dépasser, dans les études migratoires, la séparation entre frontières externes et internes pour comprendre comment les rapports culturels, sociaux, politiques et économiques se (re)produisent dans les situations migratoires. Selon cette proposition, il faut, d’une part, sortir d’une sorte de « tropisme fixiste » utilisé pour élaborer des représentations collectives inhérentes aux dispositions des frontières sémantiques produites dans et au-delà des espaces nationaux. Et il faut, d’autre part, analyser les interconnexions et les tensions qui se catalysent aux différentes échelles des frontières internes et externes des États-Nations en tenant compte de leur caractère spatial, temporel et socioculturel. Regarder les frontières internes dans la continuité des frontières externes et vice versa offre-t-il un cadre analytique pour étudier la coexistence entre divers flux migratoires et, de ce fait, les accommodations et les conflits qui se créent entre migrant.e.s et non migrant.e.s, tant dans les espaces publics que dans les espaces intimes ? La seconde focale propose d’approfondir la manière dont la façon de faire l’anthropologie s’est enrichie et modifiée en travaillant sur les migrations. L’expérience ethnographique s’est offerte comme une condition pour une approche critique des migrations permettant aussi de repositionner la question migrante dans un débat plus ample. L’étude des migrations a contribué à la rupture d’une ethnographie traditionnelle sédentaire qui considérait le cadre spatio-temporel de l’investigation comme étant stable, durable et fixe dans le temps et l’espace. Les approches transnationale, multisituée et multilocalisée, ont contribué au développement d’une anthropologie attentive aux mouvements des sujets, des objets et des représentations.

Les études migratoires montrent que l’anthropologie, comme d’autres disciplines, a longtemps détourné le regard des questions migratoires car elle a été éblouie par le paradigme de la sédentarité et que les premières études se fondent dans l’histoire de l’anthropologie urbaine. L’approche anthropologique montre la nécessité de dépasser la prétendue universalité des catégories méthodologiques et interprétatives utilisées dans les études des migrations. Il ne s’agit pas seulement de trouver de nouvelles connexions entre disciplines mais de déconstruire le paradigme eurocentré/androcentrée/adultocentrée à la base des études migratoires pour établir une vision différente des migrations. Il est donc nécessaire d’interroger comment les migrant.e.s agissent dans l’élaboration de systèmes relationnels hiérarchisés et multisitués et de poser les bases pour désethniciser et démigrantiser l’étude des migrations en regardant le poids de l’histoire coloniale. Nous proposons d’approfondir ces questions au cours de trois sessions.

 

Session 1 – L’anthropologie à l’épreuve des migrations 

Vendredi 3 | 9h > 10h30 | Salle 4.10

Adelina Miranda (UMR Migrinter, Université de Poitiers) | Au-delà des frontières disciplinaires

Cette communication propose de retracer la manière dont l’anthropologie a englobé la question migratoire dans ses études. L’absence d’une institutionnalisation académique de l’anthropologie des migrations en France ne doit pas induire à penser que l’anthropologie n’ait pas eu un intérêt pour le sujet. Les recherches en anthropologie ont contribué à déconstruire une vision des migrations liée à la figure de l’ouvrier et à relativiser une vision économiste. L’étude les dimensions culturelles des migrations a impliqué un retour tant sur la démarche ethnographique (comment pratiquer l’anthropologie dans les mondes urbains et lesdites « sociétés complexes » ?) que sur une vision totalisante de la culture (la place des appartenances « ethniques » et de l’altérité proche). La rencontre entre les études migratoires et l’anthropologie s’est faite autour de deux enjeux majeurs. En premier lieu, l’anthropologie a dû faire le compte avec le fait que l’étude et l’analyse des migrations ont conduit les chercheur.e.s à s’aventurer dans les champs des autres disciplines Dans cette communication il ne s’agit pas d’analyser le caractère très artificiel des frontières disciplinaires mais d’interroger la diversité des points de vue disciplinaires et la communication interdisciplinaire qui ne serait pas réduite à une simple juxtaposition d’énoncés. Les différents points de vue disciplinaires posent deux questions centrales. Comment considérer l’existence de plusieurs paradigmes traversant les différentes disciplines ? Comment tenir compte des enjeux reliant conditions académiques hégémoniques et lieux de production des savoirs ? En deuxième lieu, la variabilité des mouvements de population et la conséquente mise en crise des modèles interprétatifs représentant les migrations comme un mouvement unilinéaire reliant le « sud » au « nord » ainsi que la place du racisme et du colonialisme imposent de repenser les outils conceptuels de l’anthropologie. Comment pouvons-nous opérer le déplacement du regard europo/atlanto-centré adopté dans les études migratoires ? Comment analyser les enchevêtrements entre situations migratoires ? Le défi est désormais posé pour l’anthropologie : étudier les migrations en adoptant un regard capable de considérer la coexistence de différentes morphologies migratoires.

Barbara Morovich (AMUP / Ifra-Nigeria) | Patrimonialisations minoritaires, fragiles et contextes urbains “en crise” (France, Argentine, Afrique du Sud)

Cette communication portera tout d’abord sur la mise à l’épreuve de la définition de « groupes minoritaires » dans le sens de la sociologue Colette Guillaumin (1985) : des groupes caractérisés par une « altérité » qui s’incarne le plus souvent dans l’origine étrangère, réelle ou construite. Son interprétation met en avant non seulement les dominations mais aussi les réactions à ces dernières et va dans le sens d’une interprétation générale des rapports de domination. C’est une lecture qu’il est intéressant d’appliquer aux processus patrimoniaux qui ont été théorisés en lien avec le « minoritaire » surtout dans un sens numérique. Je proposerai l’application de ce concept à des formes de patrimonialisation qui concernent des individus et des groupes stigmatisés, dans des contextes urbains « en crise » : c’est du moins ce que prétextent des politiques urbaines afin de justifier des changements importants (rénovations urbaines, renouvellements urbains…) et afin de modifier les contextes socio-culturels de ces quartiers, devenus attractifs pour des investisseurs. Grâce à la mise en regard (Spire, 2011) de quelques terrains, anciens ou plus récents, en France, Argentine et Afrique du Sud, je montrerai que les « acteurs faibles » (Payet, Giuliani, Laforgue 2008) produisent des patrimonialisations « incertaines » (Guinard, Morovich 2017) qui leur permettent de changer de position sociale ou de se creuser des niches utiles, notamment au niveau des espaces en mutation. La crise urbaine de ces contextes stigmatisés, accélérée plus récemment par la crise sanitaire et ses conséquences socio-économiques, sera explicitée tout d’abord comme étant un instrument politique de domination. Au-delà d’une vision binaire entre dominants et dominés, les arènes patrimoniales (Roth 2003, Givre 2012) permettent de saisir des processus de patrimonialisation « fragile » ou « incertaine ». Ces appropriations et ces projets – où l’art et la créativité ont toute leur place – constituent des formes de résistance aux possibles délogements de la part des autorités mais sont caractérisés par leur modestie : ils explicitent « à bas bruit » et constituent des formes d’empowerment des acteurs. Leur analyse est alors fondamentale pour montrer l’existence d’espaces oppositionnels et créatifs au-delà de la dichotomie entre mémoires et patrimoines « dominantes » et « dominées ». D’autres approches qui nuancent cette dichotomie visent à éclairer des accommodements et des négociations (Bondaz, Isnart et Leblon 2012). Je m’inscris dans cette lignée de « compromis patrimoniaux ». La chercheure/le chercheur n’est pas en dehors de ces situations et fait bien partie de ces alliances et de ces dés-alliances, déclenchant des réactions et des changements. Une analyse des positions et des implications, voire des émotions est fondamentale depuis le « tournant réflexif » des études patrimoniaux (In Situ, 2019), et à fortiori en temps de crise.

Cédric Parizot (IREMAM, AMU) | Parlons de limites et de seuils plutôt que de frontières !

A travers une discussion conceptuelle et quelques exemples ethnographiques d’Israël Palestine à la vallée de la Roya (frontière franco-italienne), cette intervention invite à contourner le concept de « frontière » pour examiner la portée heuristique de « limite » et de « seuils ». Ce pas de côté n’a pas pour objectif d’abandonner le premier terme au profit des seconds, mais de s’en éloigner temporairement afin de mieux cerner la complexité et le caractère mouvant des mondes dans lesquels les frontières s’enchâssent. Qu’elles soient territoriales (borders), sociales et culturelles (boundaries), les « frontières » ne sont que des actualisations partielles et incomplètes des limites qui bornent, strient, rythment nos milieux de vie. Cette partialité de la frontière est liée à trois raisons. Premièrement, en tant qu’institutions, elles sont porteuses de « mots d’ordre » qui nous informent sur ce qui est remarquable ou non. Elles évacuent ainsi un ensemble d’autres différences qu’elles relèguent à un rang marginal ou secondaire. Deuxièmement, penser les limites de notre monde uniquement à travers les logiques symboliques par lesquelles les frontières sont instaurées et établies détourne l’attention des limites inscrites dans des formes de représentations et de perception indicielles. Enfin, parce qu’ils relèvent du sensible et de modulations d’intensité, les seuils et les limites échappent aux approches discursives et paradigmatiques à travers lesquelles sont appréhendées les frontières.

 

Session 2 – Présences / absences en situations migratoires 

Vendredi 3 | 10h45 > 12h15 | Salle 4.10

Constance De Gourcy (UMR Mesopolhis 7064, AMU) | Dissonance dans l’absence : regards croisés en sociologie et anthropologie

Depuis les travaux fondateurs du sociologue algérien Abdelmalek Sayad, l’absence est en crise. Ce marqueur du lien social à distance ne survit que dans le récit de sa décomposition du fait des avancées technologiques en général et des digital migrations studies en particulier qui changent les modes de vie et transforment le rapport au lointain. Pourtant, ce constat ne s’applique pas aux autres disciplines comme l’anthropologie, notamment dans sa branche anglo-saxonne qui en a fait un objet aux multiples ramifications. Pour la musicologie, il s’agit d’un objet sonore qui donne sens aux appartenances. La géographie, dans la lignée des travaux de Torsten Hagerstrand, invite à spatialiser le rapport entre présence et absence. Il existe également une cartographie de la présence manquante qui cherche à montrer la production de l’in-vu entourant l’absence liée à la disparition. Cette communication s’efforcera de donner corps à l’énigme des usages différenciés du mot en resserrant la focale autour de la comparaison des usages des termes « absence » en sociologie et « propinquity » en anthropologie. Dès lors, l’inévidence du mot en sociologie permettra de mieux saisir ce qu’il a d’évident en anthropologie. En créant les conditions d’un dialogue autour d’un phénomène considéré à partir de contextes linguistiques différents, il s’agira de mettre en perspective la construction des savoirs qui les sous-tendent au prisme des disciplines et des paradigmes. Pour ce faire, je prendrai appui sur un corpus de textes fondateurs des deux disciplines pour retracer à partir de jalons significatifs la trajectoire des termes. Au final, cette communication s’attachera à préciser ce que recouvre l’analyse des liens à distance pour penser les distances et prendre en compte les contextes de séparation. 

Carolina Kobelinsky (LESC / CNRS) | Présence absente : les morts des frontières de l’Europe

La tension entre présence et absence est au cœur de l’expérience des familles des morts/disparus des frontières, qu’elles apprennent la nouvelle du décès ou qu’elles restent suspendues dans l’attente des nouvelles qui n’arrivent pas. Cette tension se retrouve aussi dans le traitement (ou le non traitement) des morts de la part des gouvernements et des populations qui ne sont en principe pas affiliées à ces défunts. Les corps qui demeurent quelque part au fond de la mer ou ailleurs sur la route sont une énigme. Invisibles, la réalité de ces corps absents est parfois ignorée par une partie de la citoyenneté européenne. Retrouvés ou perdus à jamais, les corps de celles et ceux qui sont morts en tentant d’entrer sur le territoire de l’Union sans avoir les autorisations demandées par les différents états sont absents des politiques publiques qui ne prévoient pas de protocole spécifique pour leur prise en charge et des discours politiques qui n’adressent pas la question de la responsabilité de ces décès. Lorsqu’ils sont retrouvés, les corps deviennent une preuve visible de la violence du régime contemporain des frontières brandie par les collectifs qui dénoncent les politiques migratoires à l’œuvre. Les corps retrouvés sont également présents pour celles et ceux qui se mobilisent afin de leur témoigner une forme de respect. Dans la présente communication, j’aimerais explorer quelques-uns des effets de cette oscillation constante entre présence et absence des morts aux frontières dans la vie d’habitants et d’habitantes engagés dans un projet d’identification des corps acheminés à Catane, en Sicile. En m’appuyant sur un matériau ethnographique, il s’agira d’examiner comment, même morts, les migrantes et les migrants participent dans l’élaboration de relations sociales hiérarchisées et multisituées qui dépassent les frontières entre Nous et les Autres, mais aussi celles séparant les vivants des morts. Ce faisant, je souhaiterais esquisser en pointillé un chemin possible vers une forme de « démigrantisation » des études migratoires. 

Nasima Moujoud (Larhra, Université Grenoble Alpes) | La double présence de migrantes travailleuses en ville et à l’étranger

Cette communication propose d’aborder la double « crise de présence » de femmes populaires marocaines et de leurs proches dans les deux migrations en ville au Maroc et en France. La situation des deux groupes de migrantes montagnardes à Casablanca et marocaines (sans-papiers) juridiquement empêchées d’accéder aux droits en France connait de nombreux parallèles. Il s’agira de montrer l’ancienneté, l’importance et la diversité de la présence de ces femmes, et ce qu’elles apprennent à l’ethnographe et sur l’histoire migratoire postcoloniale. Les frontières interne et externe seront en effet étudiées en partant du travail de femmes populaires et des frontières qui les identifient en distinguant rurales, montagnardes et citadines depuis la mise en place des premières politiques migratoires (coloniales). Nous verrons que les formes d’inscription dans les territoires (français ou marocain) portent les traces de l’histoire migratoire régionale, qui influe sur les représentations des un-e-s sur les autres, ainsi que sur le présent et les interactions lors de l’enquête de terrain. La manière dont des migrantes montagnardes (au Maroc) ou citadines (sans papiers en France) se positionnent dans le travail et les relations sociales nous conduira, en conclusion, vers quelques propositions sur la posture de l’ethnographe « proche » qui s’engage dans « l’entre-deux » et s’inscrit en quête d’un décentrement du regard réducteur.

Hanan Sfalti (UMR LISST-CAS 5193, Université Toulouse Jean Jaurès) | Comprendre les expériences des mères en situation de migration grâce à la création sonore : Une méthode de recherche participative fructueuse

Ma recherche doctorale débutée en juillet 2020 entend étudier les tensions politiques et morales au cœur de la prise en charge des maternités migrantes. En accord avec les attendus méthodologiques des enquêtes ethnographiques, je travaille par immersion dans des structures publiques et associatives d’Île-de-France qui proposent un accompagnement aux mères en situation de migration. Après 8 mois sur le terrain, des questionnements éthiques, méthodologiques et épistémologiques m’ont encouragée à renouveler mes méthodes d’enquête. Les femmes rencontrées sont particulièrement précaires, notamment car elles sont le plus souvent irrégulières sur le territoire français ou avec des titres de séjour courts. Au vu de l’instabilité de leurs conditions de vie et du contexte particulier de la crise sanitaire, les rencontrer dans des espaces informels pour mener des observations était particulièrement difficile. De plus, devant l’injonction à « se raconter » lors de face-à-face inégalitaires à laquelle elles sont soumises (OFPRA, services sociaux, etc.) [Mekdjian,2016], je me suis questionnée quant à la pertinence des techniques d’entretien pour prendre connaissance de leurs expériences de vie. Pour sortir de ce face-à-face et créer un espace de rencontre et de convivialité, j’ai donc mis en place des ateliers de création sonore. Ces ateliers se sont déroulés au sein d’une association distribuant des colis d’urgence aux mères isolées précaires dans laquelle j’avais mené des observations pendant 14 semaines. 18 participantes se sont retrouvées de façon hebdomadaire pendant 2 mois. Ces ateliers étaient inspirés des méthodes de l’éducation populaire et ont été organisés en collaboration avec une interlocutrice sur le terrain, elle-même mère et exilée. Ils ont été des temps de récit de soi, d’écoute de chacune ainsi que des moments de transformation des expériences vécues en création sonore revendicative. Pour cette communication, je souhaite montrer comment les ateliers de création collective peuvent être particulièrement propices pour saisir les parcours de vie des personnes migrantes précaires et, comment ils peuvent permettre de faire émerger de nouveaux questionnements de recherche.

 

Session 3 – Déplacement des regards

Samedi 4 | 9h > 10h30 | Salle 4.10

Olivier Leservoisier (UMR CEPED 196, Université Paris Cité) | Inégalités et renégociations sociales multisituées. Une approche mutiscalaire des enjeux de mobilité sociale chez les migrants haalpulaaren aux Etats-Unis

C’est à partir de l’étude des impacts sociopolitiques des migrations des Haalpulaaren aux Etats Unis que seront analysés les enjeux de reproduction d’un ordre social dans le cadre d’un espace  transnational. Conformément aux objectifs de l’atelier visant à « dépasser la séparation entre  frontières externes et internes », il s’agira de rendre compte de l’enchevêtrement des  classements sociaux et de la manière dont les personnes vivent et perçoivent les inégalités dans  des espaces à la fois imbriqués et autonomes. L’exemple des catégories statutaires  traditionnelles (nobles, groupes professionnels, esclaves) de la société haalpulaar permettra de  montrer comment celles-ci sont l’objet de renégociations et se reproduisent sous des formes  nouvelles du fait des changements liés aux mobilités internationales et au contexte de la société  d’installation. Dans cette perspective, on s’intéressera à la manière dont les tensions sociales  sont gérées dans le temps et dans l’espace, ce qui conduira à proposer une réflexion sur l’intérêt  et les limites de la notion de “crise”, appréhendée ici moins en termes de rupture que de  continuité. Dans le cadre de sociétés fortement hiérarchisées, comme celle des Haalpulaaren,  il conviendra en effet de montrer en quoi les crises larvées sont plus importantes que les crises  ouvertes. Enfin, on s’interrogera sur l’apport de l’étude des migrations à l’anthropologie  politique en se demandant en quoi celle-ci favorise un décentrement du regard pour  appréhender autrement les hiérarchies sociales et les rapports d’inégalités étudiés dans les  pays d’origine. Inversement, on rappellera l’intérêt de l’approche anthropologique pour  restituer les dynamiques migratoires dans leur ancrage socio-historique et rendre compte du  chevauchement de classifications sociales plurielles. 

Giulia Fabbiano (IDEMEC, AMU) | Des graines en retour. Réflexions autour des liens entre crise(s) et migration(s) dans l’espace translocal algéro-français

Depuis leur mariage au milieu des années 1960, Sabra s’occupe du potager familial, en contrebas du village, tandis que son mari mène une vie d’émigré en France. Au début des années 1990, elle décide de le rejoindre avec les enfants. Deux ans plus tard, à leur premier retour en Algérie, elle découvre ne plus avoir d’accès au potager, la route est ensevelie, le bassin d’arrosage recouvert. Frappé par la violence meurtrière de la guerre civile, le village a été totalement abandonné. Dans ce champ de ruines seule reste accessible la source, tel un pèlerinage estival à ne pas manquer. Presque trente ans après, à l’occasion de l’installation en Algérie de deux de ses enfants, Sabra décide de débroussailler le potager et en reprendre l’activité. Des graines qu’elle sélectionne circulent entre les deux rives, au rythme de ses présences. Elles tracent les contours d’une géographie translocale et transgénérationnelle de l’exil. En posant le regard sur le potager de Sabra, cette communication souhaite discuter la problématique du retour en tant que phénomène à la fois subjectif, collectif et national permettant d’interroger la manière dont se construit, se vit, et se transmet l’expérience de l’absence et plus largement celle du « chez soi ». Le devenir de cette parcelle de terrain donne en effet accès à la pluralité d’échelles qui s’entremêlent dans les situations migratoires ainsi qu’à la stratification d’histoires et de crises en son sein. Il engage une réflexion sur les temps et les espaces du migrer, qu’il replace dans une écologie des racines où les femmes et les hommes ne sont pas les seul.es protagonistes. En cela, cette focale resserrée aide à repenser les catégories d’appréhension et les dynamiques des migrations algériennes en France.

Irène Dos Santos (Migrations et Sociétés, Université Paris Cité) | Crise économique et émigration « Nord-Sud ». Interroger les spécificités de l’approche anthropologique dans l’analyse des continuités migratoires dans un espace post-impérial (Portugal-Angola)

Je propose de réfléchir aux raisons pour lesquelles les flux migratoires du Portugal vers l’Angola – ancienne colonie africaine de peuplement – ont été essentiellement analysés comme la conséquence de la crise économique de 2008. Comment comprendre cette focalisation des médias et des chercheur·es sur la « crise », alors que le retour d’une émigration structurelle, soupape de sécurité face aux crises économiques et politiques depuis le XIXe s. était par ailleurs vécu comme une anomalie dans un pays devenu entre-temps membre de l’Union européenne (1986) ? Pourquoi la question de la persistance de liens transnationaux – sociaux et économiques – dans un espace transnational post-impérial est-elle restée un point aveugle des recherches en sciences sociales et des narratives politiques, ces dernières étant pourtant très marquées par le nationalisme impérial ambiant ? Cette réflexion s’inscrit dans une recherche au long cours, menée depuis les années 2010, sur le rapport de la société portugaise à son passé colonial et impérial. Les enquêtes ethnographiques menées au Portugal (Lisbonne) et en Angola (Luanda) ont permis de complexifier les figures de migrants/mobiles/expatriés qui circulent dans cet espace, y compris en intégrant à la réflexion la figure du rapatrié des colonies dont la pleine réintégration à la métropole constitue jusqu’à aujourd’hui un dogme de la sociologie portugaise. Peut-on pour autant en conclure à une spécificité de l’approche anthropologique pour aborder les continuités migratoires dans des espaces post-impériaux ? Et dans quelle mesure s’agit-il encore de « migration » ?

Anne-Christine Trémon (Centre Chine-Corée-Japon, EHESS) | Faut-il « démigrantiser » les études migratoires? et « migrantiser » l’anthropologie ?

Les récents appels à « démigrantiser » les études migratoires s’assortissent d’appels à « migrantiser » les sciences sociales. Les stratégies de « démigrantisation » qui sont proposées pour éviter de reconduire les catégories neutralisantes des États-nations reposent sur le recours à des principes méthodologiques élémentaires, bien connus des anthropologues : la différenciation entre catégories emic et etic, la nécessité de ne pas confondre l’unité d’observation et l’objet d’étude, et le fait de problématiser les questions de recherches en termes théoriques plutôt que dans ceux des débats publics. De tous ces points de vue l’anthropologie est bien armée pour aborder les phénomènes migratoires. En revanche, l’injonction à adopter des unités d’observation autres que celles du groupe ethnique comme stratégie de « démigrantisation » soulève une question plus difficile. Cette communication avance qu’une telle désethnicisation n’est pas nécessaire au regard des garde-fous contre l’essentialisme ethniciste instaurés par l’anthropologie (et qui sont par ailleurs invoqués par cette même littérature). Elle n’est pas non plus nécessaire, car elle débouche, précisément, sur une migrantisation qui n’est pas souhaitable.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search