Atelier #1

ATELIER #1 Temporalités et écritures audiovisuelles en crise : au-delà du contrôle de l’ethnographe ?

Gwendoline Torterat (UMR TEMPS 8068, Université Paris Nanterre) | gwen.torterat@gmail.com

Myriem Naji (Department of Anthropology, University College London) | myriemnaji@yahoo.co.uk

Marie-Pierre Julien (UE 3478 – 2L2S, Université de Lorraine) | marie-pierre.julien@univ-lorraine.fr

Cet atelier propose de s’emparer du potentiel des écritures audiovisuelles en temps de crise, celles qui nous permettent de rester sur le terrain au-delà de tout contrôle, d’en repartir puis d’y revenir, quelques fois à plusieurs années d’intervalle, voire des décennies. Ces nouveaux rythmes et leurs aléas provoquent de nouvelles diversités, car ce qui semblait familier a changé, voire disparu. Les corps ont vieilli et les situations se sont modifiées jusqu’à nous devenir étrangères. Le vécu peut alors être réinterprété et, contre toute attente, sans faux raccords. Si les images ne se ressemblent pas et ne s’assemblent plus, c’est parce que de nouvelles narrations sont en jeu. Quelles sont les raisons qui poussent à revenir filmer sur le terrain et comment intégrer le temps et ses effets (vieillesse, naissance, maladie, etc.) dans le champ du perceptible ? Quand revenir et de quelle manière tenir compte des points de vue émiques sur la nécessité d’un retour de l’ethnographe sur place pour filmer ? Comment le statut du matériau filmique bascule-t-il d’une temporalité à l’autre ? Comment peut-il alors devenir un enjeu de réappropriation culturelle, politique ou sociale, un outil de pouvoir nouveau voire hors de contrôle selon telle ou telle catégorie d’acteur·ice ? Comment la circulation des images hors du champ académique (au sein des familles, des villages, des institutions, sur les réseaux, etc.) est-elle aussi une source de production de connaissances anthropologiques ? Quelle place lui accorder pour des entretiens d’explicitation ou un retour sur acteur·ice ? Cette circulation des images audiovisuelles implique aussi de se questionner sur les étapes de leur réécriture à travers des procédures de mise en scène ou de contrôle de paramètres qui proviennent tout autant de l’ethnographe que des acteur·ices eux·elles-mêmes.

 

Session 1 – Filmer la crise

Jeudi 2 | 13h > 14h30 | Salle 5.21

Myriem Naji (Department of Anthropology, University College London) | Crise patrimoniale et économique : filmer pour préserver un savoir en voie de disparition ou pour étudier un savoir en émergence ?

Cette intervention concerne le type de crise que crée la tendance contemporaine de digitalisation des savoir-faire manuels. Dans une optique d’ “urgence anthropologique” en contexte postcolonial, les photographies et les films représenteraient un moyen de préserver un savoir incarné et matériel en voie de disparition. Partant du principe que tout terrain ethnographique est foncièrement un moment de crise, pas seulement pour l’ethnographe mais surtout pour les personnes avec lesquelles elle travaille, cette communication place aussi ce projet dans le contexte de crise économique post-covid dans le sud du Maroc, une région qui dépend du tourisme et de la vente de produits du tissage. Dans le cadre d’une bourse EMKP de digitalisation des savoir-faire manuels et oraux à but patrimonial, la fabrication d’un type de tissage ‘en voie de disparition’ a été d’abord filmé dans un village de montagne auprès d’une tisseuse experte. Suite, en partie, au retour de l’ethnographe en Europe à la suite d’une crise Covid, cette expérimentation a dû être renouvelée sur un autre site avec d’autres tisseuses. A partir de ces deux contextes, et des différentes manières dont les tisseuses réagissent à cette situation, cette communication propose de questionner le rôle du film comme créateur de crise, comme outil de recherche sur le savoir en train de se faire et comme événement qui bouleverse les attentes institutionnelles. Cette situation permet de rendre visible les réseaux sociaux et les relations de pouvoir au sein des communautés des tisseuses, leurs aspirations et espoirs mais aussi leur appropriation du projet à des fins économiques.

Michel Tabet (LAS, CNRS/EHESS) | Habiter Beyrouth, anthropologie audiovisuelle d’un désastre

4 août 2020, explosion au port de Beyrouth. Quelques jours après le drame je me suis rendu sur place et j’ai enregistré une quarantaine d’entretiens avec des habitants des différents quartiers de la ville. Ces conversations tournent autour d’une question centrale : comment habiter l’inhabitable ? Comment vivre dans une ville qui ne cesse de se détruire et de se reconstruire ? J’ai choisi, à travers ces enregistrements sonores, de privilégier la voix plutôt que l’image parce que parallèlement à la  surmédiatisation de cet événement se pose, pour l’anthropologie, la question de la complexité de sa représentation : comment rendre compte de ces quelques secondes qui ont plongé toute une ville dans le chaos, sachant que derrière la dimension globale de ce cataclysme ce sont des milliers de trajectoires individuelles qui ont été brisées. Ce travail englobe également une collecte d’images et  de vidéos, elles aussi provenant d’une grande diversité de sources (médias indépendants, vidéos amateurs, collègues professionnels de l’image documentaire), que j’articule aux témoignages sonores dans le cadre d’un film ethnographique en cours de réalisation. Partant ainsi de l’impossibilité de réaliser une représentation complète de l’événement, l’enjeu méthodologique de cette recherche consiste à utiliser les images et les sons de façon à capter et mettre en forme une représentation de la fragmentation des expériences vécues en situation de crise. En rupture avec le paradigme de l’observation documentaire, le montage s’impose dès lors comme le geste crucial d’une anthropologie audiovisuelle qui tend à mettre en forme une expérience intérieure du désastre.

Nathalie Luca (CéSor, CNRS/EHESS) | Ce que la caméra peut faire

Reynold Henrys, compositeur et réfugié politique haïtien vivant en France, est coincé dans  un entre-deux mondes et un entre-deux temps, ce qui le paralyse depuis plus de 50 ans  maintenant dans la concrétisation de ses projets. Fabien Ruiz, claquettiste-percussionniste  internationalement reconnu voit sa carrière se briser sous l’effet de la fermeture des théâtres  due à la crise sanitaire. Il déprime, se sent inutile, « non essentiel ». Dans ces deux exemples, la crise est détérioration du rapport au temps, au lieu, à l’autre et à eux-mêmes des deux artistes.  Sans plus de présent consistant, ils perdent leur capacité de projection ; sans plus d’accès au  lieu qui les habitent, ils se sentent vagabonds, leur confiance est altérée. Et cela dure, bien au-delà du moment où la crise a éclaté, mettant en évidence la pluralité de ses temporalités. Que  peut en saisir l’ethnographe ? Comment, et sous quelles conditions, l’individu peut-il se  repositionner dans le temps ; reprendre pied dans un environnement nécessairement  transformé ? Pour ma part, j’ai choisi la caméra comme outil, à la fois pour saisir les traces  persistantes de la crise sur l’individu et comme moyen performatif de réancrage dans un lieu et  dans le temps.

Laura Guarino (ENSA, Marseille) et Nicolò Pezzolo (Accademia Ligustica di Belle Arti, Gênes) | Comment devient-on « gentrificateur » ? Filmer la gentrification à Marseille et en devenir les auteur·e·s

Notre contribution porte sur différentes réflexions mûries tout au long d’ une expérience ethnographique en cours dans les quartiers nord de Marseille. A travers la mise en place d’un cinéma en plein air sur roues appelé CinéPanda, nous voulons ouvrir des scénarios possibles sur le développement d’une méthode ethnographique qui relie la production audiovisuelle, le cinéma et l’action directe (Graeber, 2009). En filmant et en diffusant des films, nous nous interrogeons sur le rôle joué par les ” shock troops ” (Makagon, 2010), ces rangs d’artistes et de travailleurs culturels qui deviennent des pionniers de la gentrification (Marcuse, 2015). L’expérience ethnographique dans les espaces publics de la banlieue populaire de Marseille est donc rénovée par l’activité même de projection et la collecte d’images produites, dans un contexte particulier vécu par nous en tant que travailleur·ses culturel.les, chercheur·ses, activistes circonstanciel.les (Marcus, 1995).

 

Session 2 – Co-construire le film et analyser en semble la crise

Jeudi 2 | 14h45 > 16h15 | Salle 5.21

Laurent Van Lancker (A*Midex, AMU / IDEMEC) | Approches participatives en anthropologie audiovisuelle articulant des vécus de la crise migratoire

Cette communication envisage des approches participatives audiovisuelles comme moyens d’inclure des perceptions du monde de ceux et celles qui vivent la crise. En partageant le quotidien des migrants de la “jungle de Calais” et proposant une approche participative est né le film ‘Kalès’ qui propose une approche à la fois politique et poétique, en livrant un regard intérieur et sensoriel sur la faculté d’adaptation et la vie sociale des migrants. Mais l’aventure d’anthropologie audiovisuelle ne s’est pas arrêtée avec le démantèlement de la ‘jungle’. J’ai accueilli chez moi, dans ma famille, certains de ceux qui m’avaient offert l’hospitalité de leurs cabanes. Ainsi, ils ont pu participer à la finition du film dont ils étaient les co-auteurs. Ensuite, avec certains d’entre eux, nous avons entamé un nouveau projet d’ethno-fiction, qui met en dialogue leurs propres histoires avec les récits d’émigrants européens du 19ième siècle. Cette communication abordera aussi dans sa forme la question de l’écriture non-textuelle comme mode de dissémination d’expériences vécues.

Charlotte Schwarzinger (CéSor, EHESS / IFPO) | Renouveler son regard au Liban : le processus de création d’un film collectif

Dans le cadre de mon terrain au Liban sur la scène cinématographique du soulèvement de 2019 à aujourd’hui, les professionnels du milieu ne cessent de réinterroger leur lien au cinéma dans un contexte de crises multiples. Face à une situation complexe à saisir, il a été question de revenir à une forme plus créative pour proposer un angle d’approche différent. Nous avons créé un collectif de cinq personnes, venant toutes du cinéma. Cette communication entend revenir sur le processus de création de cette écriture audiovisuelle comme recours méthodologique, et comment la fabrique du film en tant que telle permet de renouveler le regard sur le contexte libanais. Au-delà d’une valorisation de la démarche collective, l’accent sera mis sur le procédé d’écriture qui génère des discussions inédites permettant de développer une nouvelle méthode de compréhension du pays et de ses images.

Gwendoline Torterat (UMR TEMPS 8068, Université de Paris Nanterre) | Mémoires en images et patrimoine oral dématérialisé : pour réincarner un temps de la recherche en crise

Constituant un corpus d’archives orales en accès libre, les films de la série audiovisuelle “Mémoires en partage” sont l’un des résultats d’un projet plus large mené depuis huit ans sur le travail scientifique et les pratiques du terrain de fouille de certains grands chantiers en Préhistoire. Nous n’y voyons pas uniquement le développement d’une forme de diffusion scientifique et visuelle à distance, mais la possibilité de prolonger l’enquête après avoir laissé nos images à la disposition de tou.te.s. La dématérialisation numérique des données audiovisuelles prolonge le temps de l’enquête vers une ethnographie digitale élargie guettant à distance les traces virtuelles de nos propres images, leur réappropriation sur le temps long par dispersion et leurs retombées bien concrètes dans les existences de ces nouveaux enquêté.es qui apparaissent une fois les tournages terminés. Nous présenterons les premières formes que ces traces virtuelles ont laissé suite à la mise en ligne de ces entretiens (nouveaux acteur.ices, lieux, témoins, rencontres, interprétations, champs d’analyse, etc.) et de leur potentiel à rebours d’une recherche en pleine accélération.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search