4. Éditorial mars 2011

L’anthropologie dans le mécano de la générale SLRU_19_01_small.jpg _ Photo I. Bellier, 19 janvier 2011, Action SLU devant Jussieu, pour dénoncer l’empilement des réformes ministérielles Les précédents éditoriaux ont évoqué l’Alliance SHS (regroupant le CNRS, la Conférence des Grandes Ecoles, la Conférence des Présidents d’universités, l’INED), au nom suggestif de ATHENA, en se demandant comment l’anthropologie pouvait s’y retrouver (voir [->rubrique 37]). Selon le site du Ministère les objectifs de cette alliance sont : de «concevoir les moyens de consolider les dispositifs d’accueil de la qualité scientifique (Institut Universitaire de France, chaires d’excellence, Instituts d’Etudes Avancées, Maisons des Sciences de l’Homme, etc.), et de faire des propositions pour développer les coopérations entre les acteurs en matière d’infrastructures de recherche et de grands équipements (bibliothèques, numérisation). Elle devra aussi définir des stratégies pour la diffusion et l’internationalisation des S.H.S. (Ecoles françaises à l’étranger, réseau des Instituts Français de Recherche à l’Etranger, etc.), aider à la programmation de la recherche à moyen et long termes et participer à la veille et la prospective scientifique». L’interview de Patrice Bourdelais dans le Journal du CNRS (mars 2011) donne quelques clés sur la manière dont l’Institut National des Sciences Humaines et Sociales (INSHS) s’inscrit dans le dispositif : il s’agira de concevoir les partenariats des UMR, de construire des Initiatives d’avenir, de se concerter en amont pour les candidatures des enseignants chercheurs en délégation, et sur les thématiques des UMR. Des priorités sont avancées pour l’INSHS : santé et politique sociale, environnement et numérique, thématique du travail, genre. Deux priorités méthodologiques sont à noter : le développement de la formalisation et de la modélisation d’une part, les approches comparées et l’ouverture aux autres régions du monde d’autre part. Dans ces différentes priorités, l’anthropologie peut se retrouver à condition que ses enseignants et chercheurs s’inscrivent aussi dans les initiatives de décloisonnement évoquées et figurent dans le paysage des IDEX, EQUIPEX, LABEX, PRES, etc. Ce qui n’est pas gagné, étant données les grandes manœuvres que la course aux millions a stimulées, les critiques portées sur les procédures ANR qui ont accompagné l’évaluation puis la sélection des projets, et l’impact que de tels bricolages structurels auront sur les laboratoires et UMR, promises à des tensions de toutes sortes entre chercheurs statutaires avec et sans contrat, et chercheurs non statutaires sur contrat (CDD)… Ces initiatives, dites d’excellence, s’appuyant sur des modes d’évaluation critiqués et des stratégies de visibilité internationale, confortent les positions établies dans un champ de pouvoir peu transparent. Nous pouvons aussi nous préoccuper de l’interprétation de l’esprit de l’inter ou de la pluridisciplinarité qui souffle sur les « réformateurs ». L’INSHS est en effet décidé à favoriser « le recrutement de chercheur à double profil : des historiens ou des philosophes également diplômés en science de la nature par exemple ». Nombreux sont les anthropologues pour qui l’inter- ou la pluridisciplinarité sont surtout des cadres qui se construisent au niveau des établissements, comme par exemple à l’EHESS, mais qui hésitent à s’engager dans des dispositifs de recherche qui consomment beaucoup de temps. Pour avoir fait l’expérience de tels cadres qui stimulent les échanges intellectuels, l’interdisciplinarité est intéressante à mes yeux surtout lorsqu’elle se construit à partir de chercheurs et enseignants chercheurs à l’aise dans leur discipline et qui sont, par leur personnalité, ouverts au dialogue avec les autres, à propos d’un objet de recherche en commun. Le profil est double : du chercheur spécialiste d’un domaine et curieux des méthodes des autres, on pourrait passer à l’incitation à poursuivre un double doctorat. Dans ce cas de figure, soit on assistera à une dévalorisation du doctorat dans sa mouture actuelle, soit il s’agira de mettre en place de nouvelles filières de formation pour générer ces chercheurs à profil double que l’interdisciplinarité obligerait. Dans cette direction, il peut être important de revenir sur la nomenclature des SHS qu’a produit le Ministère en décembre dernier (communiqué de l’AFEA du 7 février 2011). Les mots usités pour justifier du nouveau classement ne sont pas anodins, tout comme la justification portée à la réforme. Selon ce rapport la taxinomie antérieure du CNU reflétait « la vieille organisation facultaire par disciplines… et à aucun degré les SHS « finalisées » développées par certains Établissements Publics à caractère Scientifique et Technologique (EPST) représentés dans les autres Alliances, comme l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) ou l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD). » L’université est donc explicitement invitée à produire des connaissances finalisées, par un processus appelé à réformer en profondeur les assemblées collégiales que constituent le CNU et le Comité National du CNRS, dont la taxinomie daterait aussi des années 1970… En revanche, les critères de l’AERES, agence dite indépendante, créée « dans un contexte marqué par la réflexion sur l’évaluation des politiques publiques et sur l’évolution de l’enseignement supérieur et de la recherche en France. », ainsi que ceux de l’ERC dont la mission est « to stimulate scientific excellence by supporting and encouraging the very best, truly creative scientists, scholars and engineers to be adventurous and take risks in their research », sont acceptés sans discussion par le ministère. Pour l’AERES, l’anthropologie et l’ethnologie figurent comme sous domaines du « Panel Sciences Sociales ». Pour l’ERC, l’anthropologie sociale figure dans les contenus évalués par le « Panel Institutions, values and beliefs and behaviour ». Dans la nouvelle nomenclature, l’anthropologie et l’ethnologie figurent comme « mots-clés » du groupe SHS2 « Normes, institutions et comportements sociaux ». Le vieux est-il l’ennemi du bien ? L’objectif affiché de la nouvelle nomenclature est de permettre une intégration accrue de la recherche française dans le contexte européen ! Mais l’enjeu est-il de suivre les évolutions que toutes les disciplines connaissent, et l’on mesure bien en anthropologie les changements entre l’ethnologie des années 1960 et l’anthropologie contemporaine, ou bien de restructurer le dispositif d’enseignement et de recherche pour un désengagement croissant de l’Etat et une dépendance accrue des opérateurs privés ? A ce sujet, j’invite les lecteurs à consulter le site de SLU pour des analyses pertinentes montrant comment le passage aux responsabilités et compétences élargies, au nom de l’autonomie et de la liberté, sont essentiellement un moyen de transférer les dépenses pour l’enseignement supérieur et la recherche du budget de l’Etat vers celui des universités Avec la diminution des crédits récurrents (voir le communiqué de la Conférence des Présidents d’Université et l’article de Bertrand Monthubert) la stratégie du Grand emprunt s’avère un outil d’accélération de la recomposition du paysage de l’enseignement supérieur, faisant intervenir des opérateurs privés de manière croissante et renforçant le glissement vers une gestion de l’enseignement supérieur et de la recherche selon des règles propres au secteur privé, lesquelles ne sont pas au service de l’intérêt général dont relèvent les missions de l’enseignement supérieur et de la recherche. Dans un monde d’abord régi par la concurrence entre établissements, les nouvelles compétences placent les universités moins devant la réflexion sur les évolutions disciplinaires et les défis scientifiques de l’avenir que devant l’impérieuse nécessité de rechercher des sources de financement externes, à commencer par la course au contrat et l’augmentation des droits d’inscriptions, ou de sacrifier les formations qui attireront moins d’étudiants ou qui seront moins sponsorisés par des opérateurs privés.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search