3. Éditorial février 2011

Des révolutions à la réaction Personne ne les avait prédites, des services secrets en officine à leurs artisans mêmes dans la rue, en passant par les spécialistes de ces régions, mais elles ont surgi en balayant des dictateurs en place depuis des décennies : la révolution tunisienne, puis la révolution égyptienne. Le bonheur d'une révolution, Égypte, 2011 Aurait-on pu prévoir ? Non. Les anthropologues ne sont pas mieux armés que les autres pour ce qui est de la prospective. Est-ce là d’ailleurs notre rôle ? Probablement pas et on jugera sans doute la question plus pertinente pour les sciences politiques. Le champ de l’anthropologie et de l’ethnologie n’est l’événement en train de se faire que lorsqu’il est ancré dans une répétitivité qui le laisse prévoir, dans des structures sociales données, dans une temporalité et un espace connu. Qu’a-t-on à dire en temps réel d’un événement unique, de l’acte extra-ordinaire, d’une révolution ?[Voir le numéro spécial de [Terrain, n°38 mars 2002: “Qu’est-ce qu’un événement?” _ Terrain-38.png]] sans doute peu de chose à chaud, sûrement beaucoup avec un peu de recul : aussi exceptionnelles que soient les révolutions, elles émergent d’un substrat que nous connaissons quand nous travaillons sur ces sociétés, que notre travail porte sur l’analyse des conditions de vie, des pratiques, des compétences, des discours et des références partagées, des organisations sociales… L’ethnologie et l’anthropologie ont longtemps été associées à l’étude des sociétés « froides » (dixit Lévi-Strauss), qui ignoraient le mouvement continu des sociétés « chaudes » (les nôtres). Les praticiens de ces disciplines savent sans doute mieux que quiconque que toutes les sociétés contemporaines sont toutes et toujours en proie à d’incessants mouvements, loin des clichés de sociétés figées dans l’intemporel de la tradition. Et pourtant, la demande sociale, en fait politique, et de plus en plus politique, envers les sciences humaines et sociales s’oriente toujours plus vers une demande d’expertise instantanée des situations sociales en ébullition. On sacrifie les moyens de produire une connaissance sur la longue durée tout en enjoignant les chercheurs de produire des savoirs immédiatement utilisables. Cela est net du côté du ministère des Affaires étrangères qui a sacrifié son centre de recherche (partagé avec le CNRS) au Caire, le CEDEJ, les années précédant cette révolution : la dernière direction a liquidé le service de documentation et la bibliothèque et viré tous les documentalistes et la plupart des chercheurs (voir en ligne). Le déclin conduira à ne conserver a minima qu’un service réduit d’informations socio-politiques pour les petits déjeuners de l’ambassadeur : exit l’ethnologie, l’anthropologie, la sociologie, l’histoire… La demande d’expertise n’est sans doute pas nouvelle, nous savons que nos disciplines sont sollicitées par les groupes pétroliers pour faire passer « sans douleur » un gazoduc en forêt équatoriale ou pour incorporer les volontaires (embedded) dans les troupes d’invasion de l’armée américaine en Irak. Cette demande d’expertise n’est pas nouvelle, mais elle se précise, puisque les instances qui semblent décider de ce qu’il faut chercher ou ne pas chercher en France (en tenant de plus en plus serrés les cordons de la bourse) viennent d’inventer « l’appel à projets FLASH » inauguré avec « Séisme Haïti : pour une reconstruction durable » (mars 2010). L’ANR précise sur son site web qu’il s’agit « d’un nouveau type de procédure qui vise à sélectionner et financer des projets dans un délai court (3 à 4 mois) ». Expertise et instantanéité : nos disciplines sauront-elles répondre ? Dans un sens, nous préparons les futurs chercheurs à cela en obligeant à mener des thèses en trois ans maximum, terrain inclus. Faut-il encore que l’Université enseigne l’ethnologie, puisque la réflexion du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, dans le cadre de sa Stratégie nationale de recherche et d’innovation (SNRI) (voir en ligne la nouvelle nomenclature SHS proposée) semble vouloir faire l’économie de ces disciplines universitaires au sein du CNU… Le dernier communiqué de l’Afea le souligne : on ne sait déjà plus à quelles sections les candidats ethnologues aux listes de qualification aux fonctions de maître de conférences peuvent s’adresser. Alors, où va-t-on ainsi ? En juin dernier, Valérie Pécresse se félicitait de la création de l’alliance ATHENA — l’alliance des sciences humaines et sociales — (regroupant CNRS, la Conférence des grandes écoles, la Conférence de présidents d’université et l’INED) qui avait la vertu de « décloisonner les relations entre les acteurs ». Mais de quels acteurs parle-t-on ? « L’Alliance ATHENA devra contribuer de manière déterminante au développement de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique dans le domaine des Sciences Humaines et des Sciences sociales » (voir en ligne sur le site du ministère). On s’y perd quelque peu… Si l’inflation d’acronymes avait des vertus efficaces et prophylactiques, nos disciplines pourraient envisager sereinement l’avenir. Une valeur est sûrement essentielle : la transparence. Elle garantit le bon fonctionnement collégial de la république de la recherche (dans ses institutions comme dans ses pratiques de recherche et à ce titre la promotion des Archives ouvertes est une avancée remarquée) ; on aimerait que notre tutelle ministérielle annonce clairement son programme et in fine ses intentions. Que nous puissions en discuter. En toute transparence, car il n’est pas toujours certain que lesdites « avancées » ne soient pas de l’ordre de la réaction et ne signent plutôt une évolution régressive des conditions de pratique de l’ethnologie et l’anthropologie. Vincent Battesti


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search