Groupe de Travail “Évaluation”

Les pratiques d’évaluation sont au cœur des débats qui animent l’organisation actuelle de la recherche et de l’enseignement. Elles comptent au moins deux dimensions qu’il convient de penser ensemble. L’une a trait au principe même de l’évaluation comme pratique capable d’apprécier et de rendre compte de parcours d’enseignement ou de recherche. Il s’agit d’appréhender l’évaluation telle qu’elle est prise en charge par des instances ou des institutions (ANR, AERES, pôles d’excellence, classements des revues…) et de penser les effets des pratiques d’évaluation sur la nature de la recherche produite. L’autre dimension porte sur les éléments soumis à la dite évaluation (les « critères »). Il a déjà été dit que les SHS, notamment du fait de la grande diversité des méthodes et des formes de production suivant les champs de savoir, se prêtent mal à une évaluation en termes quantitatifs. La génération de recherche commence aujourd’hui à éprouver les limites d’un système qui a pourtant une histoire courte (celle de la bibliométrie, des “facteurs d’impact”, des “index de citation”…). Au nom de “l’objectivité” et de “l’impartialité”, les pratiques d’évaluation opèrent, internationalement, sur des bases globalisantes et uniformisantes, et peinent à se dire autrement qu’en des catégories extrêmement réductrices des activités d’enseignement et de recherche. Quelle forme peut prendre une évaluation intelligente (intelligence des situations contrastées, des approches différenciées, des parcours diversifiés ou sinueux), à même d’assurer cohabitation plutôt que hiérarchisation? Coordination : Sophie Houdart


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search