2. Éditorial déc. 2010

Quelques futures transformations structurelles des sciences humaines et sociales, à travers de nouvelles orientations stratégiques élaborées par le ministère de l’Enseignement supérieur et par des universitaires, m’ont incité à vous faire part des informations et réflexions qui suivent. Ces infléchissements peuvent être considérés comme une volonté d’affaiblir les sciences de l’Homme en adossant par exemple la future FMSH à des institutions universitaires (Immanuel Wallerstein, 2008). Je vous invite à suivre le dernier épisode chaotique de la vie de la FMSH et de l’EHESS qui illustre la perturbation que la politique peut instiller au sein d’un milieu scientifique. Tout n’aurait pu être qu’un simple déménagement, pour des raisons de désamiantage, de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme et de l’EHESS de Paris vers l’avenue de France en décembre 2010. Précédant cet ultime débarquement, un lieu initialement prévu pour 2008 avait fait jaillir l’écume de la révolte : la parcelle 521 d’Aubervillers. C’est alors qu’une pétition « face au risque de démantèlement de l’EHESS et de ses Centres » signée par une soixantaine de chercheur.e.s, enseignant.e.s et personnels administratifs en septembre 2007 s’inscrivait dans une démarche de résistance face à la précipitation. Des opposants à la pétition y virent plutôt un moyen d’associer les sciences sociales aux banlieues. Une partie des anthropologues embarquera donc, après ces oppositions, dans ce nouveau paquebot dénommé fort à propos « Le France », qui remplacera le célèbre « 54 » qui abritait le siège de l’AFEA et maintes de nos réunions du conseil d’administration. Dans un futur plus lointain (2016), le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche envisage d’implanter plusieurs établissements des sciences humaines et sociales dans un nouveau campus appelé Condorcet sur la commune d’Aubervillers avec ses « pôles universitaires d’excellence », ses « laboratoires d’excellence », ses « initiatives d’excellences » pris dans le jeu du « grand emprunt » dit aussi « investissement d’avenir ». Les projets d’« équipements d’excellence » en sciences humaines et sociales qui pourraient bénéficier d’une partie du « grand emprunt », semblent être ceux qui s’orientent vers l’élaboration de bases de données de la recherche, qui privilégient la numérisation et qui développent des bibliothèques de niveau international. Toutes ces nouvelles orientations s’inscrivent dans la Stratégie nationale de la recherche et de l’innovation, établie sur cinq ans par la ministre de l’Enseignement supérieur. Parmi les neuf groupes de travail, le groupe « Homme et société face au changements globaux » a rendu un rapport en 2009 divisé en trois parties : « Analyser et comprendre les changements globaux », « Des sciences humaines et sociales en mutation », « Des sciences humaines et sociales en mouvement ». Le conseil pour le développement des humanités et des sciences sociales (CDHSS) présidé par une géographe, et ne comprenant qu’un seul anthropologue parmi ses 27 membres, – sa création fut annoncée au Palais de l’Institut de France, lors de la remise du 1er prix Claude Lévi-Strauss à l’anthropologue Dan Sperber le 29 juin 2009 (le 2ème prix fut attribué à l’économiste Jean Tirole le 10 novembre 2010) – a déposé un deuxième rapport d’étape « Jalons d’une réflexion sur l’évaluation -grand emprunt- alliance SHS » au ministère de l’Enseignement en mars 2010. Ce document propose de repenser les méthodes d’évaluation propres aux sciences humaines, de réfléchir aux Digital Humanities, à la création d’équipements SHS 2.0 (TGIR des sciences humaines et sociales avec un réseau social universitaire, des séminaires virtuels permanents, des cyber-infrastructures) et à la mise en place d’une Fondation d’appui aux sciences humaines et sociales. Cette dernière accueillerait de grandes enquêtes sociologiques européennes, rassemblerait des données concernant l’insertion professionnelle des diplômés issus des SHS, des aides à l’écriture d’articles en anglais, des financements de présentation de communications dans des conférences internationales pour permettre une «visibilité internationale des chercheurs français » et des corpus de traduction de termes techniques dans chaque discipline. L’Alliance SHS inclurait des groupes thématiques sur « la numérisation et la diffusion des savoirs », sur « la société, le développement et l’emploi », sur « les Hommes et leurs milieux (santé, environnement »), sur « l’interaction des sciences humaines entre elles », sur « les Sociétés du monde au-delà des aires culturelles ». Á l’anthropologie et à l’ethnologie de trouver leur place dans cette future Alliance. Je terminerai en portant à votre connaissance un événement survenu chez nos voisins belges et dénoncé par le WCAA dont l’AFEA ne tardera pas à être membre. Lors de ses observations ethnographiques et de ses prises de vue au No Border Camp le 1er octobre 2010 à Bruxelles (rassemblement social protestataire), l’anthropologue Marianne Maeckelbergh, maître de conférence à l’université de Leiden, a été arrêtée et brutalisée par la police. Thomas A. Reuter, le président du Conseil mondial des associations d’anthropologie a récemment écrit une lettre au ministre de l’Intérieur et au premier ministre belges ayant pour objet « Arrest and Maltreatment of a Researcher by Belgium Police in conjunction with the No Border camp » dont voici un extrait : «This case is a threat to the ability of academics to pursue ethnographic research by “participant observation” in safety and in freedom – within a supposedly democratic society whose security is clearly in no way threatened by actions such as the No Border camp, which was merely aimed at combating xenophobia.» La fréquentation des « terrains à risque » (Christian Geffray, 2001) permet de restituer au milieu de la recherche des observations et des analyses anthropologiques éloignées du champ journalistique qui garde, dans la société civile, le monopole descriptif des « terrains minés ». Que les risques encourus par une institution ou par une chercheuse, soient visibles à différentes périodes, ils restent des catalyseurs des durcissements et/ou des bouleversements qui jalonnent l’histoire des sciences humaines et sociales. Si les crises de l’anthropologie ont fait l’objet d’articles et de conférences, nous ne pouvons qu’admettre que cette discipline a su réagir et n’a pas défailli comme le démontre l’engagement du WCAA et de nombreuses associations d’anthropologie. Sophie Accolas _ Co-responsable du réseau de recherche thématique Anthropologie visuelle et multimédia, AFEA _ Co-responsible of the thematic research network Visual Anthropology and multimedia, AFEA


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search