1. Éditorial oct. 2010

L’Association française d’ethnologie et d’anthropologie (AFEA) est née en janvier 2009 d’une mobilisation qui avait conduit aux Assises de l’ethnologie et de l’anthropologie en France en décembre 2007. L’AFEA a été fondée avec l’ambition de promouvoir la pluralité de l’anthropologie, son développement, sa transmission et son devenir. Dans cette perspective, l’organisation du 1er congrès de l’AFEA est un élément essentiel du dispositif visant à rassembler les individus et à fédérer les différentes associations existantes dans une organisation professionnelle unifiée, capable de relayer les déterminations collectives, d’unir les initiatives et de mettre en place les structures de développement et de défense de la discipline propres à assurer son avenir et à lui permettre d’exister. Cette manifestation est en effet un pas décisif pour rassembler tous les ethnologues et les anthropologues et constituer un rendez-vous régulier de la discipline en France (congrès tous les deux ans) qui permettra aux anthropologues, à quel que courant qu’ils appartiennent, de discuter entre eux et de débattre des recherches, de l’actualité professionnelle, des questions politiques, de l’enseignement et de la formation des jeunes, du lien avec les autres associations d’anthropologues à travers le monde… Ce sont les raisons pour lesquelles nous vous appelons à participer largement à ce premier congrès unitaire qui est aussi le vôtre. Rien de valable ne peut être fait sans la volonté active de tous (individus et associations) à s’engager sur un horizon commun. Ce congrès aura lieu du 21 au 24 septembre 2011 à l’EHESS à Paris. Il a pour intitulé « Connaissance No(s) Limit(es) » et portera donc sur le thème très large de la connaissance, de ses modalités de production et de sa place dans les sociétés contemporaines. Si cette thématique générale constituera la colonne vertébrale de la manifestation, le congrès fera également une large place à la diversité des recherches qui traversent le champ de la discipline et s’appuiera sur les propositions de session des associations membres de l’AFEA et des Réseaux de recherche thématique (RRT). Il faut souligner à ce propos qu’il est encore temps de proposer à l’AFEA la création de RRT en prévision du congrès à venir. Nous vous engageons à le faire sans tarder en écrivant à : [->asso.afea@gmail.com]. Fidèle à ses engagements et à ses objectifs, l’AFEA est soucieuse d’ouvrir ce congrès très largement à tous les acteurs de la discipline (chercheurs et enseignants-chercheurs, étudiants, doctorants et post-doctorants, professionnels du patrimoine, des musées et de la culture, personnes ayant une activité d’ethnologue ou d’anthropologue en entreprise ou en indépendant, acteurs du milieu associatif, etc.) et de permettre à chacun d’y participer quels que soient ses moyens (prix d’inscription modeste et adapté aux situations des uns et des autres) pour faire de cette rencontre le congrès unitaire de l’anthropologie française. Enfin, il n’est pas possible de finir cet édito sans évoquer les questions qui traversent le débat public et l’espace politique actuellement. En effet, au-delà des opinions et des engagements différents des uns et des autres, force est de constater que le champ politique s’est saisi depuis peu de concepts anthropologiques comme ceux d’identité, d’altérité, de communauté, de culturalisme et de relativisme. Cette utilisation ne peut nous laisser indifférent dans les débats qui ont lieu : débat sur l’identité nationale du 2 novembre 2009 au 31 janvier 2010 ; loi visant à prohiber le port de la « burqa » dans les lieux publics adoptée par l’Assemblée le 13 juillet 2010 ; attaques ciblées contre les Roms (circulaire gouvernementale de Brice Hortefeux du 5 août 2010) ; amendements du 15 septembre 2010 visant à rendre possible la déchéance de la nationalité française aux naturalisés depuis moins de dix ans ayant causé la mort d’une personne dépositaire de l’autorité publique ; loi Besson relative à « l’immigration, à l’intégration et à la nationalité » discuté au Parlement le 28 septembre dernier. Ces débats sont politiques au sens le plus noble du terme parce qu’ils opposent deux visions du rôle des connaissances dans la société et parce qu’ils reposent à nouveau les questions classiques du savant et du politique, des usages et de l’utilité sociale de l’anthropologie et des sciences sociales. Le savoir et les connaissances sont au fondement de l´émancipation des individus. Pour ne pas sombrer dans un relativisme qui permettrait tout, nous avons besoin de mener un travail collectif pour développer les connaissances comme pour définir les manières de vivre ensemble. Nous comptons sur vous, pour y apporter votre contribution et faire de ce congrès le lieu d’échanges et de débats féconds de l’anthropologie en France.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search