A voir ! Documentaire en ligne, Bouillagui, un village libre

Bouillagui: un village libre, web documentaire  de Marie Rodet, Senior Lecturer in the History of Africa à la School of Oriental and African Studies de Londres, et Cosmo Maximin, avec les villageois et l’association Donkosira.

http://bouillagui.soas.ac.uk/

http://bouillagui.soas.ac.uk/

“En 2008, j’ai lancé un projet d’histoire orale sur l’esclavage dans la région de Kayes. C’est ainsi que j’ai entendu parler pour la première fois de “villages rebelles”, ce qui m’a conduit sur les traces du village de Bouillagui. Bouillagui est un village Soninké du Mali occidental. Il est situé près de la frontière mauritanienne. À première vue, il semble impossible de le distinguer des autres villages de la région. Pourtant, son histoire exceptionnelle de lutte contre l’esclavage en fait un village unique. Ses habitants se sont libérés de l’esclavage au début du XXe siècle. Ils se sont rebellés contre leurs maîtres et ont fondé Bouillagui où ils ont vécu en toute liberté. Les habitants de Bouillagui sont très fiers de leur histoire. Elle contraste fortement avec le reste du Mali. En effet, il y a généralement un tabou envers l’esclavage interne. Les gens ne veulent pas en parler. Il est considéré comme honteux d’avoir eu des ancêtres esclaves.”

Rodet, Marie (2020) ‘Documenting the History of Slavery on Film in Kayes, Mali.’ Journal of Global Slavery, 5 (1). pp. 89-104.

[img] Text – Accepted Version
Download (214kB) | Preview
Abstract

In 2010 I filmed descendants of formerly enslaved populations in Kayes narrating the history of their ancestors and the realities of internal slavery in West Africa. The result was a 23-minute documentary film entitled “The Diambourou: Slavery and Emancipation in Kayes—Mali,” which was released in 2014. The film was as much responding to specific historiographical questions in the field as a tool of research action to raise awareness among younger generations and to fight legacies of social discrimination today. With the exactions perpetuated against descendants of formerly enslaved populations in the Kayes region since 2018, the film, via its access-free online version, has experienced a second life as an anti-slavery activist medium, helping to bridge the gap between endogenous historical fighting against slavery and contemporary anti-slavery activism in the Soninke diaspora.

: https://eprints.soas.ac.uk/32833/

 


Laure Carbonnel

Laure Carbonnel est anthropologue, chercheuse postdoctoral IHA/CREPOS (2019-2020)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.