A lire ! Oralités contestataires – Cahiers de littérature orale Hors-Série

Si la parole est l’arme des puissants, elle peut être aussi l’arme des faibles, une liberté conquise plus qu’acquise souvent. Contre le silence imposé et subi.
La parole publique a ainsi sa performativité propre, surtout quand l’ingéniosité pour se faire entendre déborde les cadres qui ordinairement la contrôlent et la contraignent.
Cette voix contestataire est une oralité au plein sens du terme : une oralité poétique, une oralité chantée, une oralité tambourinée, une oralité dansée, une oralité murmurée, une oralité criée. Une choralité politique. Ces oralités contestataires requièrent souvent courage et astuce, imagination et détermination.
Les textes rassemblés dans ce florilège – un bouquet avec ses piquants… – ont été composés dans des contextes et des époques différents, mais tous ont pour objectif de

mettre en valeur une contestation, lyrique ou humoristique, festive ou plus directement politique, collective ou solitaire, mais toujours pour le bien commun. Et souvent contestation portée par des voix de femmes, ni bavardes ni muettes…
Ces moments d’oralités contestataires ont été choisis parce qu’ils raisonnent/résonnent de façon forte avec la situation actuellement vécue par le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche française, et plus largement sans doute avec la société française bousculée dans son système social, modèle évidemment imparfait mais précieux.

Note de la rédaction

    Ce numéro a été réalisé par les Presses de l’Inalco avec Métopes, méthode et outils pour l’édition structurée XML-TEI développés par le pôle Document numérique de la MRSH de Caen.

    La revue Cahiers de littérature orale est également disponible au format papier au numéro ainsi que sur abonnement.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.