Blog Academia Newsletter du 11 au 17 mai 2020 – Temps suspendus

Academia est un carnet de veille et d’analyse sur l’emploi dans l’enseignement supérieur et la recherche, notamment en sciences humaines et sociales. Il est réalisé par une équipe de rédaction, venue de différentes disciplines et de différentes métiers de l’ESR. 

Version .pdf
Version .html

Semaine du 11 au 17 mai 2020 – Temps suspendus

Le temps du déconfinement porte bien des incertitudes, à l’instar de celles que nous avons connues au cours de la semaine qui s’était joyeusement ouverte sous des bannières rouge, verte et bleue.

 

Les premières règles du déconfinement, puis les suivantes ont confirmé la fermeture des établissements d’enseignement supérieur aux activités de formation jusqu’à nouvel ordre, l’ouverture n’étant plus décidée par les présidences ou directions, ou encore par les recteurs, mais par les préfet∙es, manifestant ainsi que la mesure est d’abord une mesure répressive avant d’être une mesure sanitaire. Loin des frontières françaises, les nouvelles d’Iran ont assommé tous les soutiens de Fariba Abdekhah, condamnée à 5 ans de prison ferme, et devant ainsi le « visage du déshonneur de la diplomatie française ». Pendant ce temps, la Conférence des présidences d’université (CPU) et la Ministre – qui a achevé le ménage dans son cabinet – ont cherché, par leurs bouffonneries, à nous dérider. Pour l’Université que pour les métiers qui soutiennent la publication scientifique, l’avenir est pourtant sombre.

Alors que le Parlement est en train de voter les dispositions touchant au projet de loi « portant diverses dispositions urgentes pour faire face aux conséquences de l’épidémie de covid-19 », et que nous nous demandons quelle application va avoir la loi Avia, les membres de la communauté universitaire s’inquiètent. Que va-t-il advenir des doctorant∙es rémunéré∙es, lourdement pénalisé∙es par l’épidémie ? Qu’en sera-t-il des vacataires ? Sociétés savantes, Assemblée des directions de laboratoire, syndicats unanimes, demandent non seulement la possibilité de prolonger les contrats en cours, mais aussi de prévoir le financement de la prolongation. Pendant ce temps, des milliers de vacataires attendent toujours d’être rémunérés pour les cours assurés avant le confinement et s’en indignent, comme à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. Aux côtés des étudiant∙es, collectifs associatifs et même Ministère s’organisent pour accorder des aides financières et alimentaires d’urgence aux étudiant∙es. L’ensemble de la communauté est extrêmement inquiète quant à la situation très incertaine de ses très nombreux∙ses jeunes et moins jeunes membres de la communauté universitaire.

La question des examens et de leur télésurveillance est toujours suspendue à la décision de certain∙es. Si des universitaires s’élèvent contre la télésurveillance des examens, des président∙es piétinent la loi, en méprisant les règles toujours en cours de décisions d’instances collégiales, comme à l’Université de Bretagne Sud. Les syndicats siégeant au CNESER, dont la dernière séance s’est techniquement mal passée, rappelle que les conditions sont loin d’être réunies pour de l’enseignement ou des examens à distance. Les étudiant∙es de l’Université de Montpellier, après le refus d’un vote de cadrage par la CFVU, alertent sur les conditions de déroulement de leurs examens. À l’Université de Paris-1 Panthéon-Sorbonne, les étudiant∙es et les enseignant∙es sont suspendu∙es à la décision du juge administratif qui siège en audience aujourd’hui après le référé introduit par l’École de droit de la Sorbonne. Les étudiant∙es ont reçu le soutien de la députée Danièle Obono, demandant au recteur Gilles Pécout de mettre bon ordre à l’Université. L’Université Paris-Saclay, établissement expérimental s’il en est, a été jusqu’à suspendre un professeur de droit constitutionnel de ses fonctions, à la suite d’un QCM qu’il avait organisé pour ne pas pénaliser les étudiant∙es dans des situations très inégales : cette mesure incompréhensible a suscité l’indignation générale. Nombre d’entre nous avons ainsi compris que le Ministère et ses affidé∙es se moquent de la qualité des enseignements et des conditions d’études, ne s’inquiétant que du tri social qu’assure l’université.

Pourtant, comme l’écrit David Soldini :

 « La crise actuelle permet de penser le basculement. La fermeture des universités les a inévitablement réduites à ce qu’elles sont essentiellement : une communauté de chercheurs, de chercheuses et d’enseignant∙es au service des étudiant∙es. Pour beaucoup, ils ou elles se démènent pour permettre à leur enseignement d’exister malgré les circonstances, pour continuer à transmettre mais aussi à apprendre. La transmission et la circulation du savoir résiste alors que tout le reste s’est effondré en quelques heures suivant le confinement. Cela n’aurait pas été possible, le plus souvent, sans l’implication active des services informatiques pédagogiques qui ont dans de nombreux cas remarquablement relevé le défi et ont efficacement épaulé des milliers d’enseignant∙es et d’étudiant∙es. Cette extraordinaire et héroïque résistance de ce qui constitue l’âme de l’université, sa fonction première de sauvegarde et de transmission du savoir, est un trésor sur lequel construire l’avenir ».

 

Pour construire l’avenir, il convient déjà de faire le bilan de la séquence que nous venons de vivre – non celle que fantasme l’Institut Montaigne – comme l’analyse très bien Catherine Rideau-Kikuchi – mais celle de viennent de vivre étudiant∙es et enseignant∙es. Les conditions juridiques et matérielles de télétravail dans la fonction publique ont fait, depuis le confinement, l’objet d’arrangements bien particuliers, conduisant l’agent, « volontaire », à mettre à disposition de l’employeur ses propres outils de travail, par une entourloupe réglementaire assez scandaleuse. Car nous continuons à apprendre de notre expérience d’enseignement à distance. Clémence Perronet, dans son expérience de la censure sociale et des discriminations, Benoit Kloeckner dans la correction de travaux d’étudiant∙es rejoignent ainsi Garth Greenwell : que veut dire enseigner ? Il est de nouveau temps de nous interroger.

 

Nous accueillons Clémence Perronet et Catherine Rideau-Kikuchi au sein de l’équipe. Pour toute suggestion de publication : écrire à l’équipe de rédaction d’Academia.

Analyses

L’ESR dans la tourmente de l’état d’urgence sanitaire 

#24 Déconfinement engagé : les premières règles publiées, 11 mai 2020

#25 Déconfinement, étape 2 : déjà de nouvelles règles…,12 mai 2020

#26 Télétravail, travail à distance dans l’ESR : l’entourloupe, 13 mai 2020

 

Actions

Confinement Covid-19 : liberté, égalité, solidarité

Témoignages

Prises de position, tribunes et communiqués

Revue de presse

Poétique de la grève ou du confinement

Plutôt en rire

Ailleurs en Europe et dans le monde

 

Liste de discussion internationale :

highereducationdissentnetwork@framalistes.org

Description : As dissent initiatives and strike movements take place in European universities and research institutes, the discussion list aims at a better coordination at EU scale – and beyond Pour s‘abonner

https://framalistes.org/sympa/subscribe/highereducationdissentnetwork  

nformation en Europe – Plusieurs collègues ont traduit une courte présentation de la mobilisation française, en attendant une couverture presse internationale ou des textes plus approfondis en anglais ou dans d’autres langues : ***The French strike in on***


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.