Hommage. In memoriam Claude Lefébure par Alain Messaoudi

Source  : https://imaf.cnrs.fr/spip.php?article4054
Voir aussi : Hommage par François Pouillon  https://iismm.hypotheses.org/48478

In memoriam Claude Lefébure

Décédé ce 15 avril 2020, Claude Lefébure était né le jour de la Noël 1945 à Dôle, dans le Jura. Il a grandi dans le XVIe arrondissement, élevé par sa mère, gardienne d’immeuble. Après un cursus technique, il étudia l’ethnologie à la Sorbonne. Aux vacances de Pâques 1969, la découverte fortuite d’un pays « sec et rouge », celui des Aït ‘Atta, dans l’Atlas marocain, est décisive. Son terrain d’étude ne sera pas l’Amazonie mais le monde berbère.

Il se mit à en étudier la langue et la littérature auprès de Lionel Galand à l’Inalco et à l’EPHE, et se rendit dans l’Atlas pour de longs séjours d’étude qui finirent par faire de lui, comme on disait

là-bas, un ‘Attaoui d’adoption. En 1978, il analyse le langage du métier à tisser berbère – montrant, selon ses mots d’alors, « l’intérêt de l’enquête lexicographique et des analyses linguistiques pour les études de technologie culturelle » –, et entre au CNRS. Il ne sera donc pas ingénieur chimiste, mais chercheur : un chercheur poète, sensible à la lettre, au cadrage (en témoignent ses photographies [1]).

Dans l’équipe dirigée par Robert Creswell, il contribua à la revue Techniques & Culture (avec une esperluette qu’il avait dessinée et qui devint le logotype de la revue et de l’équipe [2]). Il intégra ensuite l’équipe « Écologie et Anthropologie des Sociétés Pastorales » et l’unité de recherche « Littérature orale, dialectologie, ethnologie du domaine arabo-berbère » dirigée par Camille Lacoste-Dujardin, assurant parallèlement à l’Inalco, entre 1991 et 1998, un enseignement sur l’ethnologie des Berbères du Nord.

Sensible à la longue durée et à l’histoire, il contribua comme berbérisant aux travaux collectifs mis en œuvre par François Pouillon sur l’orientalisme savant, et rejoignit en 2001 le Centre d’histoire sociale de l’islam méditerranéen à l’EHESS, où il anima avec Gianni Albergoni et François Pouillon un séminaire de recherche formant à l’anthropologie du Maghreb – on pouvait l’y entendre parler de joutes poétiques et de chansons gazettes [3]. Il assura la direction du Centre entre 2006 et 2010, année de sa retraite.

En 2011, c’est pour une exposition consacrée au peintre géographe Théophile-Jean Delaye, qu’il fit un dernier voyage au Maroc. Ce n’était pas sans une nostalgie douloureuse, qu’en mars 2016, dans le cadre du séminaire « Parcours anthropologiques dans le monde arabe », il exprimait la force de son attachement aux Aït ‘Atta, en projetant quelques images d’un film le montrant de retour dans ce pays à « l’eau qui casse les dents » : « le jour où je ne reviendrai pas, c’est que ça y est, j’ai payé ». Depuis, les maisons s’y écroulaient (et les mémoires, mais pas la sienne). Il vivait depuis 2017 sur les hauteurs de la Chanterelle, un Ehpad du Pré-Saint-Gervais, près de son fils Pierre – Pierrot, disait-il.

Alain Messaoudi


Publications de Claude Lefébure :

- 1977 « Des poissons aux mouflons : vie pastorale et cohésion sociale chez les Ayt ‘Atta du Maroc présaharien », in L’élevage en Méditerranée occidentale, Paris, IREMAM-CNRS, p. 195-205.

- 1978 « Linguistique et technologie culturelle : L’exemple du métier à tisser vertical berbère », Techniques & Culture, 54-55, 3, p. 84-148 ; réed. (patielle) Techniques & Culture, 54-55, 2010, p. 115-135.

- 1979 (co-dir.) Production Pastorale et Société, Cambridge/Paris : Cambridge University Press/ Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme.

- 1985 « Sensibilité rurale et émigration ouvrière : un poème chanté du Sud-est marocain », p. 257 + 289-299 (discussion) in : Méthodes d’approches du monde rural. Alger, OPU.

- 1985 « Ayt Khebbach, impasse Sud-est : l’involution d’une tribu marocaine exclue du Sahara », in Désert et Montagne au Maghreb. Hommage à Jean Dresch, Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, 41-42, p.136-157.

- 1986 « Ousman : la chanson berbère reverdieé, in Jean-Robert Henry (dir.), Nouveaux enjeux culturels au Maghreb. Paris, CNRS, p. 189-208 (« Annuaire de l’Afrique du Nord »).

- 1991 « La nouvelle chanson berbère, une expression contestataire » in Camille & Yves Lacoste (dir.), L’état du Maghreb, Paris, La Découverte, p. 291-293.

- 1992 « France, Terre d’écueils : Une suite d’extraits littéraires berbères », in Kacem Basfao & Jean-Robert Henry (dir.), Le Maghreb, l’Europe et la France, Paris, CNRS, p. 251-262 (« Annuaire de l’Afrique du Nord »).

- 1993 Ed. critique de Emile Laoust, Noces berbères. Les cérémonies du mariage au Maroc, Aix-en-Provence, Edisud.

- 1998 « Bonnes feuilles des Seksawa. À propos de Structures sociales du Haut-Atlas (1955, 1978) », in Enquêtes dans la bibliographie de Jacques Berque, Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 83-84, p. 93-101.

- 1998 notices « Berbères ; Chleuhs ; Imazirhenes ; Rifains ; Kabyles ; Chaouias ; Zénètes » in J.-Ch. Tamisier (dir.), Dictionnaire des Peuples, Paris, Larousse-Bordas.

- 1998 « Sus Al-Aksa » (avec E. Levi-Provençal), Encyclopédie de l’Islam, fasc. 161-162, p. 935-37.

- 1999 « Aux vitrines de l’an : le Maroc sur son Trente et un » in Jean-Robert Henry et Lucienne Martini (dir.), Littératures et temps colonial, Aix-en-Provence, Édisud, p. 59-67.

- 1999 « Ali Sedki Azaykou : quatre poèmes traduits de la Tachelhayt (avec une notice biographique) », Mediterraneans/Méditeranéennes, 11, p. 42-44 (« Voix du Maroc »).

- 2000 « Le genévrier thurifère », « Au Pays de l’arganier », Cahier d’Études Maghrébines (hors série « Vies d’arbres, arbres de vie »), p. 38-40 et 43-47.

- 2004 « « Foin de ma barbe, si je n’t’arrange une djellaba bien à ta taille ! » Aspects de la dispute en pays berbère », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 103-104, p. 125-146 (« L’injure en Méditerranée »).

- 2005 « Les migrations de travail au miroir de la poésie berbère », Migrance 24, p. 30-36.

- 2008 Notices « André Basset ; Henri Basset ; René Basset ; Borély ; Boris ; Cohen ; Colin ; Destaing ; Dresch ; Justinard ; Laoust ; Le Chatelier ; Masqueray ; Michaux-Bellaire ; Motylinski ; Mouliéras ; Pascon ; Roux ; Souriau ; Spillmann ; Tillion », in F. Pouillon (dir.) Dictionnaire des orientalistes de langue française, Paris, Karthala/IISMM. 

- 2008 (dir.) « Berbères, le peuple aux cent visages », Qantara, 66, p. 8-9, 25-30, 39, 41- 43.

- 2009 « Notices : Arabes et berbères ; Chaouïas ; Kabyles ; Mozabites ; Germaine Tillion ; Kateb Yacine », in J. Verdès-Leroux (dir.), L’Algérie et la France, Paris, Laffont.

- 2010 « L’As de la cordée. Théophile-Jean Delaye et les illustrateurs du Maroc dans l’édition française aux alentours des années trente », in Théophile-Jean Delaye, Illustrateur du Maroc, Casablanca/Paris, La Croisée des chemins / Séguier, p. 131-161.

 

[1Certaines ont été exposées en 2014 dans l’exposition « Femmes berbères du Maroc » présentée à la Fondation Pierre Bergé-Yves Saint Laurent à Paris. Il a aussi contribué avec André Goldenberg, Ali Oudaani et Marie-Rose Rabaté à la réalisation d’un film documentaire, L’eau, le pain, la laine et l’amour.

[2Voir le commentaire malicieux qu’il en donne dans « Retour sur “Linguistique et technologie culturelle” », Techniques & Culture, 54-55, 2010.

[3Il est chargé en 2014 d’une conférence complémentaire qu’il intitule « Mots et choses, maux et causes berbères : ethnologie, philologie, linguistique ».

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.