Appel à candidatures pour un contrat post-doctoral EHESS-Mucem

Le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée à Marseille (Mucem) et l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), proposent le recrutement d’un chercheur post-doctorant à compter du 1e septembre 2020pour un contrat d’une durée de 12 mois renouvelable une fois.

L’appel est ouvert à l’ensemble des disciplines des sciences humaines et sociales. La sélection portera sur les critères suivants :

  • Adéquation aux axes directeurs du laboratoire de rattachement de l’EHESS
  • Application concrète au Mucem : pertinence de la relecture des collections, pertinence des corpus pressentis pour les collectes et la documentation traitées, applications muséographiques
  •  Ouverture sur des enjeux sociétaux contemporains, à échelle euro-méditerranéenne
  • Créativité dans les méthodes d’enquête et de restitution des résultats (création artistique et analyse ethnographique, appliquée à la relecture des collections, aux méthodes de collectes, aux restitutions des terrains, à leur valorisation muséographique ou scientifique)

 

  1. Présentation du Mucem et de l’EHESS

Le Mucem

 Le Mucem est un musée national implanté à Marseille. Il est ouvert à l’ensemble des sciences humaines et sociales susceptibles d’apporter un éclairage sur les enjeux de société contemporains, en privilégiant une approche anthropologique au sens large. Il s’agit d’observer et d’analyser, à partir de terrains d’observations empiriques, les constructions culturelles et sociales contemporaines dans leurs multiples dimensions (historiques, sociologiques, territoriales et géographiques, artistiques, patrimoniales etc). L’accent est mis sur les enjeux de sociétés contemporains et les circulations et échanges à l’échelle euro-méditerranéenne, ainsi que sur les relectures contemporaines des cultures et des pratiques dites populaires ou informelles (cultures techniques, savoirs, savoir-faire, représentations, productions et expressions peu ou pas institutionnalisées).

Les collections du musée, riches d’un million d’items diversifiés (objets, photographies, estampes, cartes postales, affiches, archives sonores et audiovisuelles, livres et revues) comportent un fonds ethnographique français et européen, en particulier rural, documentant les usages, pratiques, cultures et arts populaires, (XIXe-XXe), élargi àl’anthropologie urbaine du XXe et XXIe et à l’échelle euro-méditerranéenne à partir des années 2000. Une grande partie de ces fonds est constituée par la réalisation de chantiers de recherche spécifiques, les enquêtes-collectes, qui  sont une marque de fabrique du musée : il s’agit de documenter le phénomène étudié en associant l’observation de terrain à une contextualisation historique et culturelle plus large, à la collecte d’objets et à une documentation détaillée sur les conditions et le contexte de cette collecte (témoignages et entretiens, carnets de terrain, documentation diverses, rapports et publications).

On trouvera en annexe une liste indicative des programmes de recherche récents ou en cours. Une présentation générale des collections et des modalités de la recherche au musée est par ailleurs consultable dans le projet scientifique et culturel du Mucem :

https://www.mucem.org/sites/default/files/2017-04/psc_mucem_2017.pdf

L’Ecole de hautes études en sciences sociales

Pour sa part, l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) a pour mission la recherche et l’enseignement de la recherche en sciences sociales, en incluant dans les sciences sociales les rapports que celles-ci entretiennent avec les autres sciences. Sa spécificité, au sein du paysage de l’enseignement supérieur et de la recherche français, repose sur trois piliers : la formation par la recherche, l’interdisciplinarité des recherches et la place de l’internationaldans l’enseignement et la recherche. Ainsi ses 250 directeurs d’études et maîtres de conférences forment leurs étudiants en master et en doctorat aux méthodes de recherche et entretiennent un dialogue avec les post- doctorants par l’intermédiaire de séminaires de recherche. Forme principale de formation des étudiants, ces séminaires sontorganisés et dirigés par des enseignants-chercheurs et des chercheurs présentant leurs travaux en cours et attendant en retour une discussion collective des hypothèses et des données de travail. Lieu d’apprentissage de la recherche par la recherche, ils unifient les activités de production et de transfert de connaissances, principales missions de l’École. Un débat intellectuel ouvert se déroule à travers des centaines de séminaires, de conférences invitées et de conférences organisées chaque année.

La deuxième spécificité de l’EHESS est la place de l’interdisciplinarité dans les recherches qui y sont menées. Les étudiants en doctorat et en master sont formés dans toutes les disciplines des sciences sociales et humaines (histoire, anthropologie, sociologie, économie, géographie, linguistique, psychologie, sciences du langage, démographie, sciences cognitives, philosophie et  mathématiques)


L’EHESS abrite 35 unités mixtes de recherche, 1 unité mixte de service et 2 unités de service et de recherche. Elle est également présente dans plusieurs grands programmes de recherche, par exemple le Labex TEPSIS qu’elle coordonne et les labex HASTEC, Corail ou LabexMed auquel elle participe. L’accent est clairement mis sur l’interdisciplinarité et la comparaison, tout en combinant les approches des disciplines et des études de terrain. Enfin, l’EHESS a des relations internationales avec une constellation d’universités du monde entier. Chaque année, 150 chercheurs étrangers sont invités pour un mois au cours duquel ils présentent leurs travaux et peuvent échanger avec les étudiants, les jeunes chercheurs et les membres des laboratoires de l’EHESS auxquels s’ajoutent un nombre à peu près équivalent de chercheurs accueillis pour une durée plus ou moins longue dans les centres de recherche.

           Missions

 Le chercheur propose un projet de recherche qui s’intègre au projet scientifique et culturel du musée, et qui s’accorde avec les orientations définies par les conservateurs en charge des pôles de collections[1]. Il est ainsi amené à :

  • Proposer un programme de recherche à partir d’une analyse de l’existant : état de la littérature, inventaire des ressources du musée (collections, archives, documentation et fonds d’ouvrages) liées à son sujet, et le cas échéant réseaux mobilisables (musées, centres d’archives, laboratoires)
  •  Mettre en œuvre un programme raisonné de collecte de témoignages  sur le sujet étudié (objets, entretiens, photographies, cartes, documentation diverse), réalisé notamment grâce à des enquêtes de terrain, qui permettront de documenter ou d’enrichir les fonds du musée;
  •  Coordonner les groupes de travail et les séminaires en lien avec son projet;
  • Élaborer les documents de description et d’analyse des résultats de la recherche menée,
  • Valoriser ces résultats sur le carnet de recherche du musée. (MucemLab) et le cas échéant dans des publications du Mucem ou à l’extérieur
  • Mettre en œuvre les tâches d’archivage et d’inventaire des données collectées, élaborées conformément auxméthodologies en vigueur au Mucem, en collaboration avec les équipes du musée;
  • Participer à l’activité du département de la recherche (réunions du département, séminaires, groupes de travail)
 

L’appel est ouvert à l’ensemble des disciplines des sciences humaines et sociales. La sélection portera sur les critères suivants :

  • Adéquation aux axes directeurs du laboratoire de rattachement de l’EHESS
  • Application concrète au Mucem : pertinence de la relecture des collections, pertinence des corpus pressentis pour les collectes et la documentation traitées, applications muséographiques
  •  Ouverture sur des enjeux sociétaux contemporains, à échelle euro-méditerranéenne
  • Créativité dans les méthodes d’enquête et de restitution des résultats (création artistique et analyse ethnographique, appliquée à la relecture des collections, aux méthodes de collectes, aux restitutions des terrains, à leur valorisation muséographique ou scientifique)

Pour préparer son projet, il est recommandé de s’adresser en amont à Aude Fanlo, responsable du département recherche et enseignement du Mucem aude.fanlo@mucem.org;

Pour tout renseignement sur le contrat et sur les laboratoires de l’EHESS, contactez Hélène Le Roux, directrice de la DDR (helene.le-roux@ehess.fr) ou Romain Huret, vice-président en charge de la recherche (rhuret@ehess;fr)

Conditions d’exercice

Le bénéficiaire sera sous contrat à durée déterminée avec l’EHESS pour une durée douze mois renouvelable une fois.
Il sera rattaché conjointement  au Département recherche et enseignement du Mucem, et à l’une des UMR de l’EHESS. La liste exhaustive des UMR de l’EHESS est disponible en ligne https://www.ehess.fr/fr/liste-unites-recherche). Il mènera ses travaux au sein du département recherche et enseignement du Mucem où il disposera d’un espace de travail et au sein du laboratoire de rattachement.

Rémunération brute mensuelle: 2 365 €

Dossier de candidature :

   un curriculum vitae avec la liste des publications

  • la copie du diplôme de doctorat ou attestation faisant foi
  • le rapport de soutenance de la thèse de doctorat le cas échéant
  • un projet de recherche et d’activités post-doctorales (en cinq pages maximum) rédigé dans le cadre de deux années et indiquant les développements et applications envisagés dans le cadre de la mission au Mucem
  • une lettre de motivation, adressée à l’attention du président de l’EHESS et précisant le laboratoire de rattachement souhaité

Les candidatures avec l’ensemble des pièces du dossier sont à déposer exclusivement sur l’interface emploi de l’EHESS avant le 22/06/2020 à 12h (heure de Paris) : http://recrutement.ehess.fr/

ANNEXE : LISTE INDICATIVE DES PROJETS DE RECHERCHE du MUCEM 2013-2020

2019-2021 « Savoir-faire et métiers romani » : une ethnographie de la culture rom au prisme des métiers, des savoir-faire, des gestes techniques, de leur transmission, circulations et réinventions.  Elle complète un fond français et roumain issu du dépôt du musée de l’homme. J. Ferloni (Mucem), E. Olmedo ( post-doctorante Labexmed-Mucem), A. Maggiore (doctorante Idemec/Mucem)

 2020-2021 « Retours migratoires en Méditerranée » : élargissement thématique et géographique de l’enquête  Retours(s) : politique, poétiques et pratiques » (ci-dessus) : voyages memoriels à Procida, cas des espaces chrétiens en Galilée, cas de Thessalonique. C. Faucourt (Mucem)  et G. Fabbiano.

2019-2020 « Slogans et graffitis contestataires : des voix aux murs » : patrimonialisation des slogans politiques dans différents cas d’étude : mobilisations pendant la révolution tunisienne, graffitis carcéraux aux Baumettes (en partenariat avec l’Inventaire PACA),  mur de la plaine à Marseille.Zoé Carle (post-doctorante Labexmed-CNE/Mucem)

2019-2020. « Le passage des Alpes. Figures du franchissement d’hier et d’aujourd’hui ». Enquête sur les traditions de mobilité et sur les migrations contemporaines dans le Briançonnais (enquête sur les réseaux mobilisés par le passage des migrants à la frontière et sur une estive). Raphael Botiveau (post-doctorant Mucem/EHESS-CNE) 

2019  «URBAM  Légalité et illégalité dans l’art de rue» : poursuite de l’enquête « Tags et graffs »  sur le terrain italien et marseillais.  Sabrina Dubbeld (post-doctorante AMU-LESA/Mucem), Loic Lebouar, Helia Paukner (Mucem), Claire Calogirou.   

2017-2020 « Conserver, exposer la mémoire des luttes contre les épidémies et le VIH Sida » programme. Ce programme s’appuie sur un  important fond du musée relatif à la patrimonialisation de l’histoire sociale du Sida et des mobilisations sociales pour la défense des minorités sexuelles, en vue d’une exposition en 2021. Florent  Molle (Mucem) , Renaud Chantraine (doctorant CIFRE Mucem/EHESS)

2018-2019 « Pharaons: enseignes commerciales et héros nationaux»  Dans le cadre de l’exposition « Pharaons superstars » (2020),  enquête en Egypte les modalités d’appropriation du passé pharaonique par les égyptiens, sur les enjeux politiques, économiques, et symboliques de la persistance des motifs, des formes, des références pharaoniques dans le paysage urbain, dans le tourisme patrimonial, dans l’enseignement, comme dans les produits de consommation courantes. Frédéric Mougenot (Mucem), Mohamed Alaa Sadek.

2017-2020 Pêches traditionnelles en Méditerranée » – Dans le cadre du pôle « agriculture, alimentation», l’enquête porte sur les enjeux environnementaux, patrimoniaux, touristiques et de production de la réactivation contemporaine destechniques de pêche artisanales en Méditerranée pour faire face à des enjeux globaux (changements écologiques, diminution des ressources halieutiques, globalisation des circuits de production etc.). Edouard de Laubrie (Mucem), Yolande Padilla (Mucem), Daniel Faget (AMU, TELEMMe).

2017-2020 Productions et usages contemporains de la bijouterie traditionnelle en Méditerranée. Ce programme est destiné à enrichir, au niveau méditerranéen, un important fonds de bijoux (France, Balkan, Maghreb), en documentant lesréappropriations et les circulations du bijou dit traditionnels, le réemploi des techniques, formes, matière et symboles pour des usages identitaires ou touristiques (terrains en Tunisie, Egypte, Sicile, Sardaigne et Bulgarie). Marie-Pascale Mallé (Mucem), Françoise Dallemagne (Mucem).

2018-2019 « Croatie sensible : une ethnographie créative des îles méditerranéennes ». Dans le cadre de la préparation de l’exposition « Le temps de l’île »,  enquête participative à Mali Losini, à partir d’un questionnement sur la production et la réception de l’écriture scientifique de terrain et d’une géographie des rapports sociaux dans les espaces insulaires. La démarche mobilise des écritures créatives (le dessin, la cartographie sensible et la vidéo) co- produites avec des acteurs locaux – habitants, artistes et associations . Elise Olmedo (post-doctorante LabexMed-CNE /Mucem).

2017-2018 « Arrière-saison en Méditerranée». Dans le cadre du pôle « Agriculture, alimentation » et des évolutions del’exposition semi-permanente « Ruralités », le projet porte sur le développement de l’agriculture intensive en Méditerranée, et les migrations liées au travail saisonnier. Dans ce contexte, l’ethnographie de plusieurs familles du Gharb et du Rif au Maroc, montre les effets de la migration saisonnière sur l’habitat, l’usage des terres et sur les configurations conjugales etfamiliales. Emmanuelle Hellio (post-doctorante LabexMed-LEST/Mucem).

2016-2017« Retour(s) : politiques, poétiques, pratiques » Dans le cadre du pôle « mobilités, communications, métissages », et de la préparation du cycle « Algérie-France : la voix des objets » ce programme aborde les différentes situations de retour « chez soi » à partir d’une série d’enquêtes réalisées en France et en Algérie et des archives du Mucem, en suivant troisaxes : contexte sociopolitique des retours; cartographie des retours, dynamiques et imaginaires distinctifs ; retentissements des retours à l’échelle mémorielle et politique. Giulia Fabbiano (post-doctorante LabexMed/Mucem).

2015- 2016 « Le grand atelier des déchets » : Dans le cadre de la préparation de l’exposition « Vies d’ordures ». Les terrains couverts portent sur le savoir-faire des récupérateurs et des recycleurs au Caire et à Istanbul, les conflits liés aux ordures àNaples et en Campanie, la filière du tri industriel des déchets plastiques en Albanie, les circulations et les usages de la fripe enTunisie, les politiques alternatives mises en œuvres par les associations et des collectivités locales ( France, Espagne, Italie).  Yann-Philippe Tastevin (post-doctorant Labexmed-CNE /Mucem), Lucile Gruntz (post-doctorante Labexmed-LPED/Mucem), Denis Chevallier (Mucem).

2015-2016 « L’imagerie des martyrs en contexte violent »: enquêtes réalisées au sud Liban, lors de commémorations organisées par le Hezbollah, ou auprès de responsables culturels notamment de musées, de communicants, de fabricants de films et d’objets, de sympathisants ou encore d’associations de scouts. Elles documentent la construction et la circulation des codes et des références dans la figuration du martyr, lisibles dans la dramaturgie des défilés, à travers la gestuelle et lesvêtements portés, et dans les objets tant religieux que militants collectés (fanions, banderoles, objets dérivés, etc.). Kinda Chaib (post-doctorante LabexMed-Iremam/Mucem).

2015-2016 « Football et identités » : dans le cadre de la préparation de l’exposition « Nous sommes foot !

» en 2017, l’enquête porte sur les formes et modalités de la culture des supporters, sur les phénomènes d’identités et d’appartenance qu’elles induisent dans un contexte à la fois local et globalisé (supporterisme à distance, relationstransnationales entre clubs). Coordination F. Molle (Mucem)


[1] Les collections sont réparties en 9 pôles thématiques : « Artisanat, Industrie », « Agriculture, alimentation », « Vie domestique », « Vie publique », « Genre, apparences, sexualité », « Métissages, mobilités » , « Sport, Santé », « Arts du spectacle », « Religions et croyances » et en deux secteurs transversaux : « histoire des collections » et « art contemporain ».

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.