A lire ! La culture en débat, l’anthropologie en question

http://www.berose.fr/article1934.html

Parution en ligne, en libre accès, du treizième Carnet de Bérose, dont les textes ont été rassemblés et sont présentés par Guillaume Rozenberg :

La culture en débat, l’anthropologie en question

Qu’est-il arrivé à la culture ? Naguère emblématique de l’anthropologie, la notion connaît

aujourd’hui une désaffection spectaculaire. Les anthropologues, qui, pour beaucoup, en faisaient autrefois un étendard disciplinaire, n’en usent désormais, quand ils en usent, qu’avec parcimonie, voire réticence et embarras. Et le problème de la conceptualisation de la culture, jadis pierre de touche des divergences entre écoles de pensée, n’est plus jugé digne d’intérêt théorique. Cette déchéance fait suite à une période, inaugurée dans les années 1970, qui a vu l’anthropologie trembler dans ses fondations mêmes sous le feu nourri des critiques post-moderne et postcoloniale. La notion de culture a été une des victimes les plus gravement touchées par cette déflagration, sans compter les coups de boutoir subséquents du « tournant ontologique » qui l’ont encore un peu plus ébranlée. Mais a-t-elle vraiment dit son dernier mot ? Cependant que, partout, elle fait florès dans les discours des populations qu’étudient les anthropologues, quelques praticiens de la discipline en défendent, contre vents et marées, la nécessité et les bénéfices.

            Ce Carnet de Bérose propose la traduction d’un ensemble de contributions marquantes à la controverse sur la « culture » pour permettre de mieux appréhender et comprendre ce moment-clé dans l’histoire récente de la discipline. Après une présentation introductive puis un texte d’ouverture de Clifford Geertz qui offre une définition classique de la culture, il est découpé en quatre débats qui mettent chacun en regard les réflexions d’auteurs aux positions contraires. Les uns – Tim Ingold, Paul Richards, Lila Abu-Lughod, Orin Starn, Michel-Rolph Trouillot, Martin Holbraad – en appellent d’une façon ou d’une autre à se défaire de la notion de culture ; tandis que les autres – Wendy James, Roland Littlewood, Christoph Brumann, Marshall Sahlins, Michael Carrithers – continuent de croire à ses vertus. À travers ces quatre débats, c’est l’anthropologie elle-même qui se trouve en question.

Anthropologue, chargé de recherche au cnrs, Guillaume Rozenberg est membre du Centre d’anthropologie sociale de Toulouse. Spécialiste du fait religieux en Birmanie, il est l’auteur de Renoncement et puissance. La quête de la sainteté dans la Birmanie contemporaine (2005) et Les Immortels. Visages de l’incroyable en Birmanie bouddhiste (2010).

Cet ouvrage est le treizième volume des Carnets de Bérose, une collection éditée électroniquement par le IIAC-Lahic et le département du Pilotage de la recherche et de la politique scientifique de la Direction générale des patrimoines (ministère de la Culture).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.