Revue De Facto. Les sciences sociales mobilisées contre la pandémie

Personnes migrantes en centres de rétention et campements. Désencamper pour protéger

Michel Agier, anthropologue, avec les contributions de Louis Barda (Médecins du Monde), Véronique Nahoum Grappe (EHESS et LDH), Claire Rodier (Gisti et Migreurop), Nan Suel (Terre d’errance)

La situation inquiétante des centres de rétention et des campements montre la dangerosité de l’encampement pour la sécurité sanitaire des personnes migrantes, ce que confirme en creux l’intervention « urgentiste » de l’État qui concède un accès partiel et provisoire des exilé⋅e⋅s aux droits humains pendant la pandémie. Lire la suite : http://icmigrations.fr/2020/04/07/defacto-018-01/

 Entretien avec Laëtitia Atlani-Duault, anthropologue, par François Héran

« Pour juguler la propagation du Covid-19 et intensifier la recherche sur le virus, les autorités françaises ont mis sur pied un Conseil scientifique Covid-19, présidé par Jean-François Delfraissy, ainsi qu’un Comité Analyse, recherche et expertise (Care), présidé par Françoise Barré-Sinoussi. Fait remarquable, les sciences humaines et sociales y sont représentées aux côtés des disciplines expérimentales et cliniques. L’anthropologue Laëtitia Atlani-Duault siège dans les deux instances. Elle a bien voulu répondre aux questions de De Facto. Lire la suite :  http://icmigrations.fr/2020/04/07/defacto-018-02/

L’ensemble du numéro ici : http://icmigrations.fr/defacto/defacto-018/

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.