0. Éditorial mai 2009

L’Association française d’ethnologie et d’anthropologie (Afea) est née d’une mobilisation qui a d’abord conduit à la tenue des Assises de l’ethnologie et de l’anthropologie en France[[voir le site des Assises de l’ethnologie et de l’anthropologie en France]]. Celles-ci ont permis d’identifier les difficultés auxquelles se confrontent les anthropologues: la segmentation de la discipline, l’individualisation et la solitude des parcours, l’inquiétude sur le devenir des étudiants, des doctorants et des jeunes chercheurs, le renforcement des concurrences internes et de la compétition internationale, le fait que les anthropologues n’arrivent ni à s’organiser collectivement, ni à parler d’une seule voix face aux menaces qui pèsent sur la discipline et face aux transformations des statuts et des institutions de recherche et d’enseignement. La situation générale rendait cruciale la nécessité de se regrouper et d’être solidaires. Face aux attaques dont les sciences humaines et sociales sont la cible, aux réformes qui exposent la discipline à un effacement progressif, au risque de disparition du CNRS comme de l’IRD, à la fragilisation des statuts, à la réduction du nombre de postes ouverts laissant hors statut nombre de docteurs, à la logique de contractualisation et de regroupement des laboratoires, au renforcement des concurrences internes, etc., une association professionnelle comme l’Afea est devenue une nécessité vitale dont l’absence a fait cruellement défaut, tant au plan intérieur qu’au plan international. Aucune association existante, constations-nous en 2007, ne pouvait prétendre satisfaire pleinement à notre intérêt et à notre bien commun. Aucune n’avait la capacité complète de répondre à ce que chacun pouvait attendre d’une association professionnelle ni n’avait de représentativité nationale et internationale suffisante. À partir des travaux du Comité de liaison et de travail de l’anthropologie en France (Cletaf) issu des Assises, l’Afea est née, lors d’une grande assemblée constitutive, le 17 janvier 2009. À ce jour, seize associations et cent vingt-cinq personnes en sont devenues membres, originaires de toute la France. De nouvelles demandes d’adhésions nous parviennent chaque semaine, ce qui montre combien l’Afea est attendue. Beaucoup de travail a déjà été fait, mais le soutien et l’aide de tous est nécessaire pour construire une association solide. Rappelons le point essentiel de la motion votée par les Assises qui a guidé le comité de liaison et de travail dans la préparation de l’Afea: mettre en œuvre une structure associative ouverte et plurielle, qui puisse être l’instance représentative de la discipline, dans un esprit de partage et d’enrichissement. Une association qui vise à rassembler tous les anthropologues, quels que soient leur statut, leur position, leurs convictions, leurs engagements et leurs attentes. Le rassemblement n’implique pas l’absence de différences ou l’affirmation d’un consensus mou. Il peut être au contraire le creuset de débats féconds et enrichissants pour les uns comme pour les autres, et pour la discipline elle-même. L’existence de nombreuses associations d’anthropologues, à travers toute la France, leur diversité et leur vitalité, de même que l’existence d’une multitude d’initiatives individuelles ou plus collectives, prouvent que ce n’est pas du manque d’idées, d’expériences ou de volonté d’agir que l’anthropologie pâtit, mais de l’absence d’une organisation professionnelle forte et unifiée, capable de relayer les déterminations collectives, d’unir les initiatives communes et les réseaux parallèles, de mettre en place les structures de développement et de défense de la discipline propres à assurer son avenir. L’Afea a ainsi été fondée avec l’ambition de promouvoir la pluralité de l’anthropologie, son développement, ses pratiques, sa transmission et son devenir. C’est une organisation qui a pour vocation de fédérer l’ensemble des associations d’anthropologie en France et de réunir tous les anthropologues, les ethnologues et les archéologues, individuellement. C’est la raison pour laquelle son Conseil d’administration comporte deux collèges : le collège B représentant les associations (12 membres) et le Collège A représentant les individus (12 membres). Ses objectifs sont de favoriser et de diffuser le développement de l’ethnologie et de l’anthropologie dans tous les domaines, théoriques et pratiques, académiques et professionnels, en multipliant les échanges entre ses membres, les contacts avec les autres disciplines et avec les associations européennes et internationales d’anthropologie. Ils visent également à représenter la discipline aux yeux des différentes instances nationales et à servir de relais auprès des institutions publiques ou privées concernées par la recherche, l’enseignement et l’emploi des anthropologues. Vous trouverez dans ces premières Nouvelles de l’Afea un certain nombre d’informations concernant l’Association (mode de fonctionnement, composition du bureau et du CA, bulletin d’adhésion), le travail déjà réalisé et invitant chacun à participer aux prochaines activités. C’est la raison de la mise en place de Commissions, Groupes de Travail (GT), Réseaux de Recherche Thématiques (RRT) qui ont pour vocation de rassembler les bonnes volontés dans la perspective, entre autres, de la tenue du premier grand congrès de la discipline en France. Ces Nouvelles comprennent aussi quelques informations sur l’association dans le mouvement actuel de contestation des réformes et sur l’actualité des associations membres. Les membres du Bureau comptent sur vous pour faire de l’Association française d’ethnologie et d’anthropologie la grande association ouverte et pluraliste, qui saura rassembler pour assurer à notre discipline une meilleure visibilité et un avenir ; et vous pouvez compter sur eux pour maintenir ce cap.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search