Communiqués des universités, départements, écoles doctorales

 

ENS Lyon département des sciences sociales
INSPE de Paris Département de sciences humaines et sociales – philosophie de 
Précaires ESR,
facs et labos en lutte,  Motions de l’AG de coordination des 
Paris 8n département de sociologie et anthropologie
2cole doctorale ED 540,
École doctorale Lettres, Arts, Sciences humaines et sociales (PSL)

Motion du département des sciences sociales de l’ENS de Lyon – 6 février 2020
Le département des Sciences sociales de l’ENS de Lyon, réuni en assemblée générale le 6 février 2020, rappelle son attachement aux principes du service public et de l’État social.
1. L’assemblée générale se prononce contre la réforme des retraites en cours, qui va à l’encontre de la solidarité intergénérationnelle. La précarisation des retraité⋅es qui en résulterait, en particulier dans le secteur public auquel les membres de l’assemblée appartiennent ou se destinent prioritairement, doit être considérée comme le point de départ de toute réflexion sur le sujet.
2. L’assemblée générale rejette une loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) qui contribuerait, d’après ses rapports préparatoires et les annonces de la ministre Frédérique Vidal, à la précarisation générale de l’ensemble des personnels (chercheur.ses, enseignant.es-chercheur.ses, enseignant.es et administratif.ves et techniques) et à l’affaiblissement de la qualité des formations universitaires. L’extension de cette logique concurrentielle mine depuis deux décennies l’enseignement supérieur et la recherche en France. Ce projet de loi est un signal extrêmement négatif adressé à toutes celles et tous ceux, souvent précaires, qui font vivre la recherche de notre pays, comme aux étudiant⋅es qui se destinent à une carrière académique.
3. L’assemblée générale condamne les réformes de l’enseignement secondaire et du recrutement des enseignant.es, menées notamment par le ministre J.-M. Blanquer. Celles-ci ferment les débouchés dans l’enseignement, fragilisent encore l’école et les élèves, accroissent les inégalités et vulnérabilisent le métier d’enseignant.e auquel une partie des étudiant.es du département se destinent.
4. L’assemblée générale exprime les très vives inquiétudes des étudiant⋅es et enseignant⋅es du département au sujet du projet d’université-cible stéphano-lyonnaise. L’existence même de l’école, sa capacité à administrer ses formations et sa recherche, sont remises en cause par les récentes recommandations du jury Idex. Par ailleurs, rien ne nous assure à ce jour du maintien des formations assurées avec l’université Lyon 2, partenaire essentiel du département. Faute de garanties sérieuses, l’assemblée générale préconisera le retrait de l’école du projet d’université-cible, rejoignant en cela plusieurs autres départements.
5. L’assemblée générale partage le constat, exprimé le 30 janvier par les délégué⋅es de l’ensemble des formations de l’école, d’une dégradation alarmante de la santé et du bien-être des étudiant⋅es en lien avec l’opacification des décisions en matière de scolarité. Les enseignant⋅es et étudiant⋅es du département tiennent à rappeler que l’école doit être mise au service des étudiant⋅es et de leur parcours, et non l’inverse.
L’assemblée générale interpelle tout particulièrement la présidence de l’ENS de Lyon sur les points 2, 4 et 5 et leurs conséquences pour l’ENS.
En conséquence :
1. Dans le cadre des mouvements nationaux contre la réforme des retraites et la LPPR, l’assemblée générale appelle tou⋅tes les collègues et étudiant⋅es à se joindre aux grèves et aux manifestations lors des journées de mobilisation nationale. Elle appelle par ailleurs les enseignant⋅es à envisager des solutions permettant la banalisation des cours pour les étudiant⋅es participant au mouvement. Elle se fait enfin le relais des moyens d’action proposés par la coordination nationale des facs et labos en lutte :
https://universiteouverte.org/2020/02/02/motion-coord-1-2-fevrier/.
2. L’assemblée générale décide de la tenue régulière de nouvelles assemblées du département, et veut travailler à la coordination avec les différentes assemblées générales de l’ENS de Lyon. Le département appelle à une assemblée générale inter-départements.

Lettre ouverte du département de sciences humaines et sociales – philosophie de l’INSPE de Paris

Les membres du département de sciences humaines et sociales – philosophie de l’INSPE de Paris tiennent à faire entendre leurs inquiétudes et demandes actuelles, notamment liées à la mise en place de la « réforme » des concours et de la formation des enseignants et des personnels de l’éducation.

1. Positions de l’assemblée générale des personnels de l’INSPE de Paris
L’assemblée générale des personnels de l’INSPE de Paris, réunie le 27 novembre 2019, estimant la « réforme » inapplicable en l’état, a exprimé à l’unanimité son refus de l’application de la réforme à la rentrée 2020 et exigé l’ouverture d’une véritable concertation avec les actrices et acteurs de la formation.
Rappelons que cette « réforme » prévoit notamment que les étudiants de M2 auront des classes en responsabilité, avant même que leurs compétences n’aient été validées par le concours qu’ils auront à passer la même année. Nombreux seront donc ceux qui auront eu des classes à charge pendant une année et qui se verront ensuite dire qu’ils n’ont pas les compétences suffisantes pour avoir des classes à charge…

Malgré la position de l’assemblée générale des personnels, à l’INSPE de Paris, un certain nombre de groupes de travail ont été mis en place et ont élaboré le cadre devant permettre l’élaboration de nouvelles maquettes de master MEEF, alors que les modalités des concours n’ont toujours pas été clairement définies par les autorités ministérielles.
Nous déplorons que l’expression de l’assemblée générale des personnels n’ait pas été entendue.  

2. Remontée des maquettes
Alors que le Ministre Jean-Michel Blanquer avait accepté, faisant suite à une demande du réseau des INSPE et de la CPU, un « aménagement a minima des maquettes de M1 MEEF pour septembre 2020 », les coordonnateurs de parcours et référents des universités partenaires, conviés par la direction à une réunion le 22 janvier, se sont vus expliquer que l’on attendait d’eux de nouvelles maquettes de master MEEF pour le 1er mars 2020. Notre direction a, le 3 février, cette fois indiqué à l’ensemble des personnels, qu’après diverses concertations, décision était prise de prolonger le délai de remontée des maquettes.
Nous dénonçons la pression parfaitement inutile exercée par notre institution sur les personnels, et notamment sur les coordonnateurs de parcours. Ni la précipitation ni les injonctions contradictoires ne sont propices à une réflexion sereine sur l’avenir de la formation des enseignants et des conseillers principaux d’éducation.
Rappelons également qu’en 2018, les personnels ont eu à élaborer de nouvelles maquettes, dont ils sont depuis sans nouvelle. Ce travail avait pourtant, dans certains parcours, nécessité des dizaines d’heures de concertation. Nous souhaitons que notre travail administratif soit considéré et que sa charge ne soit pas inutilement alourdie.

3. « Bloc 1 » – externalisation des enseignements et logique de l’appel d’offre
Les documents de travail transmis par la direction font apparaître un « bloc 1 », englobant le « tronc commun » actuel, et indiquent que « 40% de la formation sera pris en charge par des formateurs hors INSPE », alors qu’aucun cadre national ne l’impose.
Nous dénonçons l’externalisation de ces enseignements. Ces enseignements relèvent, pour part importante, des champs de compétence qui sont les nôtres : sociologie de l’éducation, sciences de l’éducation, psychologie de l’enfant et de l’adolescent, philosophie de l’éducation et philosophie politique.
Nous dénonçons également, comme nous le faisons systématiquement depuis plusieurs années, que, pour certains aspects de la formation, nous soyons contraints de répondre à un « appel d’offre ». Nous ne devrions pas, pour prendre en charge les enseignements pour lesquels nous avons été recrutés et qui sont au cœur de nos travaux de recherche, être mis en concurrence avec des intervenants extérieurs.

4. « Bloc 1 » – « concertation verrouillée »
Sur proposition du COPIL, une commission, composée de membres du COSP et de chargés de mission, a été chargée de travailler à l’élaboration du « bloc 1 ».
De façon générale, nous déplorons la mise en place de commissions dont la composition est trop peu transparente.
Nous déplorons également qu’aucun représentant du département sciences humaines et sociales – philosophie, n’ait été autorisé à faire partie de cette commission, et ce malgré des demandes réitérées. Nous souhaitons participer activement à cette « concertation » qui concerne certains de nos enseignements, et pour certains le cœur même de nos formations, et dont nous sommes, de fait, exclus.
Nous demandons à nouveau que cette commission accueille un représentant de notre département, et d’autres départements qui pourraient également vouloir y participer.

5. Méthode
Une grande partie des travaux menés actuellement ne nous semblent pas conduits sur la base d’une vision cohérente de la formation des enseignants et des personnels de l’éducation.
Nous souhaitons qu’une véritable réflexion collective préside à ces décisions, trop souvent réduites à une dimension comptable.

6. Décisions
1) Dans le contexte des mobilisations actuelles (réforme des concours et de la formation des enseignants, LPPR, réforme des retraites, application de la réforme du lycée), les membres du département Sciences humaines et sociales – philosophie n’assureront pas leurs enseignements le 6 février et/ou seront grévistes.

2) Ils appellent les collègues des autres INSPE à communiquer sur leur situation locale.

3) Ils appellent à la tenue d’une nouvelle Assemblée Générale qui prendrait position sur l’ensemble des difficultés actuelles.

Les membres du département de sciences humaines et sociales – philosophie de l’INSPE de Paris, le mercredi 5 février 2020

Précaires de l’enseignement et de la recherche: on ne soutient pas la grève, on la fait ou on l’empêche

Un collectif de précaires de l’enseignement supérieur et de la recherche en Île-de-France, mobilisé·es depuis plusieurs semaines contre la réforme des retraites, appelle à «la prise de risques pour sauver l’Université publique». Il propose notamment aux enseignant·es titulaires un nouveau moyen d’action, en les appelant à «une démission collective des fonctions administratives».

Motion de l’Assemblée Générale des membres de l’ED 540, École doctorale Lettres, Arts, Sciences humaines et sociales (PSL)

réunie le 23 janvier 2020 à l’ENS Ulm

 

L’assemblée générale des membres de l’ED 540, réunie à l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm le jeudi 23 janvier, a rassemblé des doctorant·e·s, des titulaires et des membres du personnel administratif de l’école doctorale « Lettres, Arts, Sciences humaines et sociales » de l’établissement Paris Sciences et Lettres (PSL). L’assemblée générale reconnaît la spécificité de la situation de l’ED 540, inscrite dans PSL, où s’expérimentent déjà les préconisations actuelles de réforme de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (ESR) : elle est témoin direct du fait que les mesures annoncées, sous couvert d’« excellence », renforcent les inégalités entre les institutions et au sein même de ces institutions.

L’assemblée générale constate une transformation du mouvement social dans le secteur de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, liée à la fois aux réformes des retraites et à la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) en cours d’élaboration. Des centaines de travailleur·euse·s de l’ESR sont en grève reconductible et ont cessé toutes leurs activités professionnelles. Des examens n’ont pas pu se tenir, des enseignements ont été transformés ou suspendus. Chaque jour les universités se mobilisent, de nouveaux laboratoires interrompent leurs activités de production et de valorisation de la recherche, des revues se déclarent en grève, des collectifs de précaires se font entendre. Les ateliers d’ eacut e;ducation populaire se multiplient tandis que le cortège ESR, dans les manifestations, rassemble des milliers de personnes.

L’assemblée générale s’inscrit résolument dans ce mouvement de mobilisation contre la précarité, la réforme des retraites et la LPPR. Elle s’oppose avec détermination à la politique du gouvernement et à ses logiques néolibérales de destruction du principe de solidarité, des services publics et de l’université ouverte à tou·te·s. Contre la LPPR, elle dénonce le renforcement de la logique managériale dans l’ESR, la mise en compétition des collègues et des institutions, la destruction du statut de fonctionnaire via la mise en place systématique de contrats précaires, le financement généralisé par appels à projet au détriment des crédits récurrents, l’ eacut e;valuation des services d’enseignements en crédits ECTS, le non-paiement des heures complémentaires, la modulation de service obligatoire en fonction des besoins de chaque UFR, la remise en cause des fonctions collégiales du CNU – alors même que la précarité structurelle et la dégradation des conditions de travail affectent d’ores et déjà l’ensemble du monde universitaire.

 

Revendications

L’Assemblée générale de l’ED porte les revendications suivantes :

  • retrait du projet de réforme des retraites ;

  • pour une université gratuite et accessible, et une recherche publique au service de tou·te·s ;

  • contre la concentration des moyens et des pouvoirs dans un petit nombre d’institutions au détriment de la diversité et de l’indépendance du monde de la recherche ;

  • pour des mesures efficaces contre la pauvreté et la précarité étudiantes ;

  • pour la dignité des conditions de travail, et notamment :

    • fin du travail gratuit effectué par les non-titulaires, pour la mensualisation des paiements des vacations et le respect du droit du travail, pour l’arrêt à terme du recrutement de vacataires ;

    • pour la création de postes de titulaires pour couvrir les missions des précaires et la surcharge des titulaires ;

  • contre l’augmentation du pouvoir gestionnaire des directions des universités et des établissements de recherche ; pour la démocratisation du fonctionnement de ces institutions, notamment à PSL ;

  • pour la suppression des outils de management par la performance quantitative, individuelle et collective, de l’Université et de la recherche.

 

Actions

L’Assemblée Générale s’engage et appelle à :

  • participer à la constitution d’un cortège universitaire lors des journées nationales de manifestation à commencer par la manifestation du 24 janvier ;

  • annuler ou reporter les séminaires, les colloques, les journées d’étude, les appels à communication et à candidature afin de permettre une mobilisation totale pour le mouvement social ;

  • participer à la grève, pour celleux qui le peuvent, en :

    • suspendant le travail d’expertise et d’évaluation ;

    • faisant de la rétention de notes ;

    • suspendant ou transformant les enseignements ;

  • participer aux caisses de grèves ainsi qu’aux AG sectorielles, interprofessionnelles et intersyndicales ;

  • se rendre visible (par exemple en se déclarant mobilisé·e·s par des signatures de mail et par des brassards) ;

  • soutenir les actions locales, informer les étudiant·e·s, communiquer avec ses collègues et intervenir dans l’espace public ;

  • participer à la Coordination Nationale des facs et labos en lutte les 1er et 2 février ;

  • ne pas pénaliser voire soutenir les membres du personnel, étudiant·e·s et doctorant·e·s mobilisé·e·s et/ou en grève.

 

Motion adoptée à l’unanimité des personnes présentes.

Motion du département de sociologie et anthropologie du 27 janvier 2020
Le département de sociologie et anthropologie de l’Université Paris 8
se déclare en grève des enseignements et des tâches administratives
jusqu’au 3 février 2020. Il sera mobilisé tout au long de la semaine
et appelle à une nouvelle assemblée générale du département le jeudi
30 janvier 2020 à 14h.

Motion de l’Assemblée générale nationale de coordination des facs et labos en lutte réunie le 18 janvier 2020 – Paris

L’assemblée générale nationale de coordination des facs et labos en lutte réunie le 18 janvier 2020 à Paris a rassemblé des étudiant·e·s, des enseignant·e·s-chercheur·e·s, enseignant·e·s, chercheur·e·s, personnels ingénieurs, administratifs, techniques, sociaux et de santé et des bibliothèques (BIATSS), venu·e·s de nombreux établissements, de toute la France.

L’assemblée générale constate une transformation du mouvement social pour le retrait du projet de réforme des retraites à points. Son caractère de plus en plus généralisé et interprofessionnel, qui associe aux cheminots et aux travailleur·se·s de la RATP les personnels hospitaliers, de l’éducation nationale, de la justice, de la culture, les dockers, gaziers, personnels des raffineries, Gilets jaunes, etc. confirme le renouvellement de la mobilisation, après six semaines de grève. La même logique néolibérale conduit aux mêmes problèmes dans tous les secteurs en lutte : mise en concurrence systématique, perte de sens du métier et de son utilité sociale, destruction du service public, maltraitance des agent·e·s et des usager·e·s et risques pour leur santé, course à la rentabilité, recul de la solidarité, précarisation, bureaucratisation, répression, discrimination (de genre, classe et race), etc.

Dans ce contexte, les travailleur·se·s et usager·e·s de l’enseignement supérieur et la recherche prennent une part de plus en plus grande à la lutte. Dans les facs et les labos, depuis début janvier, on le sent bien : l’ambiance a changé. Malgré des tentatives d’intimidation et de blocage des mobilisations (fermeture d’universités, atteintes au droit de réunion des personnels et des étudiant·e·s, violences policières dans les manifestations…) la mobilisation ne cesse de se développer, dans de nombreux établissements. Des centaines de travailleur·se·s de l’ESR sont en grève reconductible et ont cessé toutes leurs activités professionnelles. Des examens n’ont pas pu se tenir, des enseignements ont été suspendus ou transformés. Chaque jour de nouveaux laboratoires interrompent leurs activités de production et valorisation de la recherche (séminaires, colloques…), des revues se déclarent en grève, les ateliers d’éducation populaire se multiplient, les cortèges universitaires dans les manifestations rassemblent, toujours plus largement, des milliers de personnes, de multiples actions de perturbation et de blocage ont lieu.

L’Assemblée générale s’oppose avec détermination à la politique du gouvernement et de ses allié.e.s sur l’enseignement supérieur et la recherche. En particulier, nous portons la lutte contre trois pans fondamentaux de cette politique qui déstabilisent en profondeur un service public d’enseignement et de recherche déjà malmené par un sous-financement chronique et de multiples réformes régressives (loi LRU, loi Fioraso, loi ORE, Parcoursup, loi de transformation de la fonction publique, etc.).

1° Si elle devait passer, la réforme des retraites affecterait très durement tout le personnel de l’enseignement et de la recherche, un secteur de plus en plus marqué par des carrières tardives et accidentées. Cette réforme toucherait d’autant plus violemment les plus précaires et les moins bien payé·e·s, et surtout les femmes.

2° La Loi Pluriannuelle de Programmation de la Recherche (LPPR) en préparation, loi « inégalitaire et darwinienne » (dixit Antoine Petit, le PDG du CNRS), loin d’apporter des éléments pour lutter efficacement contre la précarité et la surcharge de travail des personnels des facs et des labos, dégraderait nos statuts et nos conditions de travail : modulation de service obligatoire, CDI-chantier, tenure track.

3° Avec la réforme de l’assurance-chômage de 2019, qui cible les contrats courts, les précaires de l’enseignement et de la recherche voient leur situation s’aggraver. Cependant, la précarité n’est pas seulement le résultat de ces politiques récentes, mais le résultat d’une dégradation continue des moyens, des conditions de travail et des statuts à l’université. Aujourd’hui, les universités et les laboratoires vivent de l’exploitation des précaires, que ce soit pour l’enseignement, la recherche ou l’administration. La précarité qui marque l’ESR est aussi celle des étudiant·e·s, parfois obligé·e·s de cumuler études et emploi dans des conditions toujours plus difficiles.

Notre lutte s’inscrit dans la défense du principe de solidarité et des services publics. Elle vise à défendre l’université comme lieu ouvert à tout·e·s. Pour une université critique des politiques néolibérales en son sein et dans l’ensemble de la société. Pour une recherche et un enseignement libres et indépendants des intérêts du marché. Créons des lieux et des outils pour produire des savoirs qui nous émancipent!

L’Assemblée Générale appelle à amplifier les luttes localement et au niveau national pour étendre la mobilisation au sein de l’ESR et dans les actions interprofessionnelles, et pour faire converger tou·te·s celles et ceux qui luttent vers la grève générale et illimitée.

Pour cela, l’Assemblée générale demande la démission d’Antoine Petit, PDG du CNRS et à la dissolution de la Conférence des Présidents d’Université (CPU). Elle appelle les travailleurs et travailleuses de l’enseignement supérieur et de la recherche à la rétention des notes, l’arrêt de toutes nos activités et en particulier du recrutement de vacataires.

Cette motion est adoptée à l’unanimité

Etablissements représentés : Aix Marseille, Amiens, Angers, Bordeaux Montaigne, Caen, CNAM,  Ecole du Journalisme, EHESS, ENS Ulm, ENSFEA Toulouse, Evry, Paris Saclay, Lille, Lyon 2, Nice, Paris 1, P3, Sorbonne Université, Université de Paris, P8, Dauphine, P10, Paris Saclay, Paris Est Créteil, P13, Paris Est Marne La Vallée,  Université Versailles Saint Quentin, Poitiers, Reims, Rennes 2, Rouen, Saint Etienne,  Strasbourg, Toulouse, Tours, Université de Lorraine,  IFSTTAR, INRA, MNHN, CNRS, INED, INRIA, CEA    + à distance : Pau, Grenoble, Bourgogne, Lyon 1, Université Bordeaux, IUT Blagnac, Cergy-Pontoise


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.