Motions des laboratoires de recherche et des MSH

Nous rassemblons ici les motions, analyses, propositions relatives à la loi de programmation pluriannuelle de la recherche des laboratoires accueillant des anthropologues :

IMAf, URMIS, Centre Norbert Elias, Laboratoire d’anthropologie sociale (LAS), Institut d’ethnologie méditerranéenne européenne et comparative (IDEMEC), UMR Chine, Corée, Japon, Laboratoire Mondes américains, LAM, MSH Mondes, Urmis, Habiter le monde, Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales et des départements de sociologie de Metz et Nancy, CESSMA, LESC,… (liste non exhaustive) ainsi que l’Appel à signature des Directions de laboratoire de recherche

L’IMAF, laboratoire en lutte

Les membres de l’Institut des mondes africains (IMAF, UMR 8171 et 243) réuni-es en assemblée générale le lundi 20 janvier 2020 déclarent le laboratoire mobilisé dans le cadre de la lutte contre la réforme des retraites, contre le projet de loi de programmation pluri-annuelle de la recherche (LPPR) et contre les réformes de l’éducation en cours de la maternelle à l’Université. Conscient-es de la précarité déjà existante au sein de l’enseignement supérieur et de la recherche, nous nous opposons à son aggravation à travers ces lois.

Nous appelons à suspendre nos activités habituelles et à dégager du temps pour pouvoir nous investir dans les luttes en cours et proposer des formats alternatifs pour nos séminaires.

Nous appelons à participer aux actions et assemblées générales locales et à soutenir les grévistes d’autres secteurs en lutte.

Nous condamnons l’attitude répressive du gouvernement et les violences policières.

L’assemblée générale de l’IMAF prend la décision de boycotter les sollicitations des tutelles (évaluations, participation à des conseils scientifiques, réponse à des audits etc.).

Motion approuvée par l’AG (26 voix pour 1 abstention).

Le conseil du laboratoire réuni le 3 février a soutenu cette motion.

L’Urmis en lutte, Motion de l’Assemblée générale des membres de l’Urmis (UMR 8245 CNRS, UMR 205 IRD, Universités de Paris et Côte d’Azur), 20 janvier 2020

Les membres de l’Urmis réuni.es en Assemblée Générale et représenté.es déclarons notre opposition au projet de réforme des retraites et de la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) qui contribue à la destruction du service public de la recherche et accroît encore la marchandisation de la connaissance et la précarisation des personnels, titulaires ou non, de l’Enseignement supérieur et de la recherche (ESR).Nous appelons tous les collègues, personnels, précaires ou titulaires et étudiant.es à se mobiliser selon toutes les modalités possibles :  

  • pratiquer la grève de la recherche : suspendre les activités scientifiques (colloques et journées d’étude, séminaires), suspendre le travail d’expertise et d’évaluation, refuser de siéger dans les différentes instances de l’ESR, refuser d’effectuer un quelconque travail pour les agences de financement, etc. ;
  • se joindre à ou relayer, à l’échelle des départements pédagogiques, la mobilisation sous la forme de différentes actions (report des examens, réunions d’information auprès des étudiant.e.s, rétention des notes, université populaire ou ouverte, etc.) ;
  • soutenir les actions et mouvements des vacataires et non-titulaires et s’engager à ne pas assurer les heures complémentaires d’enseignement par solidarité.

Au sein des universités, nous appelons à soutenir l’action pour organiser la mobilisation inter-laboratoires. Nous appelons au renforcement des actions interprofessionnelles et à la participation aux différentes caisses de grève. Les membres de l’Urmis représentés en AG ont voté à l’unanimité moins trois abstentions.

30 janvier 2020 Motion du Centre Norbert Elias

Les membres du Centre Norbert Elias sont solidaires du mouvement social contre la réforme des retraites et expriment leur vive inquiétude face aux rapports préparatoires de la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR) envisagée par le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. Ces rapports préfigurent l’accélération du démantèlement du service public et de l’enseignement supérieur et de la recherche et les orientations qu’ils soutiennent vont aggraver les inégalités de statut et de condition entre les personnels, sans donner de perspectives ambitieuses au rôle de la recherche dans notre société. Nous attirons notamment l’attention sur l’accroissement potentiel de la précarisation, selon nous très préoccupante, des personnels de soutien à la recherche, des jeunes chercheurs et chercheuses non titulaires (doctorant·e·s, jeunes docteur·e·s, post-doctorant·e·s, vacataires…), déjà fragilisé·e·s par d’autres réformes (loi assurance-chômage).

Nous nous engageons pour la défense du principe de solidarité et du service public, et de la gratuité de l’enseignement supérieur. Nous défendons la pluralité des acteurs de la recherche et des orientations disciplinaires en refusant toute logique de simplification et de hiérarchisation des savoirs et des financements à la recherche. Nous nous opposons à la politique de fragmentation, de précarisation et de contractualisation que la recherche sur projet à court et moyen terme implique pour les personnels scientifiques et pour les personnels de soutien à la recherche. Nous rejetons la compétition entre disciplines, chercheurs et établissements et défendons la coopération scientifique comme une valeur fondamentale, y compris pour l’efficacité même de la recherche.

En solidarité avec de très nombreux laboratoires de recherche, et à la suite de l’ « Appel à signature des Directions de laboratoire de recherche pour un moratoire sur la LPPR et pour la tenue d’États généraux de la Recherche et de l’Enseignement supérieur », nous demandons au gouvernement d’organiser une véritable concertation, afin de définir collectivement les conditions d’une refondation ambitieuse et juste de l’enseignement supérieur et de la recherche, tout en déterminant un calendrier et des moyens précis.

Nous appelons chacune et chacun à s’informer, participer aux séminaires et aux assemblées générales de mobilisation, à prendre part aux manifestations et à réfléchir à des actions collectives efficaces.


MOTION de l’Assemblée générale du Laboratoire d’anthropologie sociale

réunie le 23 janvier 2020

Réuni en assemblée générale extraordinaire le 23 janvier 2020, le Laboratoire d’anthropologie sociale tient à exprimer sa défiance envers la future loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), au vu de l’incohérence entre les constats dressés dans les rapports préparatoires et les solutions préconisées qui, si elles étaient appliquées, ne feraient qu’aggraver encore considérablement les maux qu’elles prétendent pourtant guérir.

Au mépris de l’avis de l’ensemble de la communauté scientifique, qui demande depuis de nombreuses années une augmentation et une sécurisation de l’emploi scientifique (chercheurs, enseignants-chercheurs et personnels de support et de soutien à la recherche), qui dénonce les effets pervers et contre-productifs de la recherche sur projets et de son évaluation quantitative suivant des indicateurs bibliométriques qui ne reflètent pas notre activité réelle, les propositions avancées dans ces rapports préparatoires se focalisent sur la mise en concurrence exacerbée des chercheurs et des institutions pour l’obtention de moyens, moyens qui seraient distribués suivant des indices de performance et de conformité à des enjeux stratégiques prédéfinis. Ces rapports semblent ignorer le fait que l’utilité d’une recherche ne saurait être décrétée a priori et que les évaluations permanentes par des pairs constituent déjà la modalité de production du savoir au sein des communautés intellectuelles animées par le désir d’atteindre l’excellence scientifique.

Les promesses de hausses de rémunération, d’autant plus facilement octroyées qu’elles se font dans un contexte de dépérissement du recrutement, ne sauraient compenser la perte d’indépendance de la recherche, incommensurable à nos yeux. La plupart des mesures préconisées menacent directement nos libertés académiques, car elles visent en réalité à réorganiser le service public de la recherche sur le mode de la gouvernance actionnariale des entreprises, afin d’accroître sa rentabilité dans une économie marchande du savoir. 

Nous tenons à rappeler :

        ◦        Que la recherche publique permet, par la vocation critique des sciences sociales, de produire des ruptures de paradigme s’opposant par nature à la recherche de résultats immédiatement concrets ou applicables. Les rapports mettent avant tout l’accent sur les classements internationaux, la culture de l’audit et la recherche appliquée, alors que ces critères de hiérarchisation, de performance et de pilotage en matière de production et de diffusion des connaissances s’avèrent en réalité aussi inefficaces que coûteux.

        ◦        Que la recherche en sciences sociales vise la compréhension des sociétés sur le temps long et ne peut se réduire à des thématiques relatives à des « défis sociétaux » dictés par les agendas politiques. Elle s’appuie sur l’enquête de terrain qui offre un ancrage empirique essentiel aux chercheurs, seuls à même de déterminer avec justesse les lignes directrices de leur recherche.

        ◦        Que la recherche en sciences sociales française, qui a vu émerger certains des plus grands penseurs du vingtième siècle et qui bénéficie aujourd’hui encore d’une réputation internationale malgré une baisse des moyens, est le fruit d’un travail mené dans un environnement intellectuel préservé des injonctions de résultats et de compétition économique entre ses acteurs. Jusqu’à présent, la production savante, bien qu’ancrée dans la société civile, ne s’est jamais réalisée avec l’ingérence de chefs d’entreprises, de chefs d’établissements ou d’un gouvernement, tel que prévue dans les rapports annonçant la LPPR.

        ◦        Que la fonction publique et les emplois pérennes sont le régime nécessaire d’une recherche d’excellence, préservant ainsi des dérives de l’économie de marché et de la rentabilité, dont les limites sont aujourd’hui évidentes (accroissement des inégalités de richesses, pollution environnementale massive, contrôle de la production par les actionnaires, etc.).

Nous, membres du LAS (chercheurs, enseignants-chercheurs et personnels de support et de soutien à la recherche), appelons à la mobilisation pour le service public de la recherche et pour une université ouverte. 

Nous nous prononçons :

– Pour une université gratuite et accessible à tous, sans condition de nationalité.

– Pour des mesures efficaces de lutte contre la précarité étudiante (revalorisation des bourses, augmentation du nombre d’allocations doctorales, création de logements étudiants).

– Pour un recrutement massif de titulaires (chercheurs, enseignants-chercheurs et personnels de support et de soutien à la recherche) suivant l’augmentation du nombre d’étudiants et à la hauteur de la mission de service public que nous assurons ; pour la titularisation des précaires et la suppression du recours aux vacations.

– Pour le maintien du statut de fonctionnaire et la revalorisation de tous les métiers de la communauté scientifique ; contre la création d’un « contrat à durée indéterminée de mission scientifique » aligné sur la durée des projets ou de « chaire d’excellence junior » se dispensant de la qualification, ou de tout autre dispositif qui minerait l’équité entre chercheurs ou entre unités de recherche et, à terme, nuirait à l’autonomie et à la qualité de la recherche.

– Pour une évaluation de la recherche qualitative et par les pairs, ce qui implique la lecture critique des travaux par des spécialistes de la discipline et non l’application de critères chiffrés, à la fois pour le suivi des carrières et pour le recrutement.

– Pour l’augmentation des crédits récurrents des établissements et laboratoires et contre la généralisation du financement par projet ; donc pour une réaffectation de moyens dans le sens correspondant.

Notre position sur la réorganisation du service public de la recherche s’inscrit dans une réflexion critique plus large concernant un ensemble de réformes en cours (assurance chômage, retraites), avec lesquelles elle forme un système. Contre une orientation des politiques publiques qui creuse les inégalités et renie la devise républicaine, nous affirmons les vertus de la solidarité et l’efficacité de la coopération pour promouvoir l’intérêt général.

Motion adoptée à l’unanimité des voix exprimées (24 personnes présentes, 5 procurations).

Pour vous inscrire à la liste de diffusion MobilisationEmploiESR, écrire à sympa@framalistes.org avec comme sujet subscribe MobilisationEmploiESR

Motion adoptée à la suite de l’Assemblée générale du l’IDEMEC réunie le 17 janvier 2020

 

Dans le double contexte de l’imposition d’une réforme inique des retraites et de l’élaboration de la LPPR particulièrement néfaste à l’enseignement supérieur et la recherche publics en France (ESR), L’Institut d’ethnologie méditerranéenne, européenne et comparative dénonce le projet gouvernemental de réforme du système de retraites particulièrement injuste pour les chercheurs, enseignants-chercheurs, ITA et ITRF, ne serait-ce qu’au regard de l’entrée tardive comme titulaire en poste à l’université ou dans les EPST. La réforme des retraites condamnera tous les agents de l’ESR à la pauvreté et contribuera au découragement généralisé des jeunes talents qui hésiteront à s’orienter vers les carrières scientifiques et d’administration de la recherche.

L’IDEMEC rappelle son engagement:

·       Pour une université gratuite et accessible à toutes et tous et une recherche scientifique publique au service de toutes et tous.

·       Pour la titularisation des précaires qui remplissent des fonctions pérennes et pour un plan de recrutement massif de titulaires à la hauteur de l’augmentation du nombre d’étudiant·e·s et des besoins publics de recherche.

·       Pour la mensualisation des paiements des vacations et le respect de la législation en vigueur. Pour une revalorisation des vacations au moins au niveau du SMIC.

·       Pour la création massive de postes pérennes à la hauteur de la mission de service public que nous assurons ; contre la casse du statut de fonctionnaire (refus des CDI de chantier, des recrutements tenure track qui ouvrent la voie à la remise en cause des statuts de MCF et de CR) ; contre la dérégulation des carrières ; pour la revalorisation du point d’indice ; contre la modulation des services des enseignant·e·s chercheur·e·s, pour la répartition du temps de travail équitable de l’ensemble des personnels de l’ESR.

·       Contre l’imposition du modèle de l’entreprise privée à l’ESR par la généralisation du financement par projet, facteur d’une concurrence généralisée qui creuse les inégalités existantesaccentue la précarisation de tous les personnels et mine le principe de coopération au sein des communautés de la recherche entre laboratoires, entre institutions et entre pays.

·       Pour une véritable démocratie universitaire qui, à l’encontre du pouvoir gestionnaire des directions des universités et des établissements de recherche, réaffirme le rôle central des instances nationales d’évaluation par les pairs (CNU, Comité national de la recherche scientifique et CAP pour les personnels IT et ITRF).

La motion de l’UMR Chine, Corée, Japon relative au futur projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche

La motion de l’UMR Chine, Corée, Japon relative au futur projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche

 

Le laboratoire Chine, Corée, Japon (CCJ, UMR 8173) exprime son inquiétude face aux rapports préparatoires de la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche. L’élaboration de ce projet de loi contredit l’idée pourtant affichée de consultation et de concertation, et montre surtout la non-prise en compte des propositions des laboratoires, chercheur-e-s et enseignant-e-s-chercheur-e-s qui ont répondu aux demandes pressantes du CNRS lors de l’enquête préparatoire menée en avril 2019.
Le CCJ souligne que les rapports préparatoires et les propositions qu’ils contiennent ne répondent pas aux diagnostics, propositions et recommandations faits notamment par le Comité National de la Recherche Scientifique et le collectif des Sociétés savantes. constate en outre que les propositions émanant des rapports préparatoires, au lieu de pallier la crise de l’ESR en en traitant les causes profondes, ne peuvent, si elles sont appliquées, qu’aggraver le mal.

Conformément aux propositions qu’il avait transmises lors de la consultation d’avril, le CCJ est favorable :
– au rétablissement de budgets ambitieux pérennes pour les unités et équipes de recherche
– à la fin des évaluations quantitatives, managériales et bureaucratiques qui consomment du temps et de l’argent perdus pour la recherche
– à une politique réellement ambitieuse en SHS, qui, dans le respect de la liberté de pensée et de réflexion des chercheur-e-s, ne les soumettent pas aux contraintes appauvrissantes de « demandes sociales » définies par le haut
– à un bilan transparent et impartial sur l’octroi, l’usage et les retombées du CIR (crédit impôt recherche) pour l’ESR
– à la revalorisation et à la généralisation de l’attribution de bourses pour mettre fin à la précarité des étudiant-e-s
– à un financement élargi des doctorats en SHS à la hauteur des sciences dures
– à l’extension du statut de fonctionnaire pour celles et ceux qui travaillent dans l’enseignement et la recherche, y compris les personnels d’appui.

Motion de l’Assemblée générale de Mondes Américains

Dans l’attente de la présentation de la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) , les membres du laboratoire Mondes Américains, réunis en Assemblée générale le mercredi 29 janvier 2020, prennent acte de la gravité des menaces qui pèsent sur l’enseignement supérieur et la recherche et entendent réaffirmer leurs convictions sur les points suivants :

– Le lien nécessaire entre enseignement et recherche ;
– L’augmentation sensible des emplois statutaires au sein de l’enseignement supérieur et de la recherche afin de répondre aux besoins de formation et de permettre une intégration rapide et optimale des jeunes docteur.es ;
– Le principe du financement public et pérenne des équipes scientifiques, garantie de liberté académique, de qualité et d’ouverture de la recherche ;
– Le principe d’une évaluation par les pairs sur la base d’une appréciation qualitative des travaux ;
– L’attachement au principe collectif et coopératif de la recherche, ainsi qu’au principe de démocratie universitaire ;
– La revalorisation générale des carrières par une augmentation du point d’indice et non par le biais de primes.

Nous partageons les vives inquiétudes exprimées par nombre de laboratoires, sociétés savantes, organisations scientifiques (CPCN, CP-CNU…), revues, universités, grands établissements et organismes de recherche concernant la LPPR et nous nous associons à leurs recommandations visant à défendre le service public de l’enseignement supérieur et de la recherche. Nous invitons les membres de l’unité à faire entendre leur voix afin d’obtenir de la future loi les moyens nécessaires pour assurer nos missions d’enseignement et de recherche.

La motion a été votée à l’unanimité des présent.es.

 

Motion du Laboratoire Les Afriques dans le Monde (LAM) Bordeaux

Nous, membres du laboratoire Les Afriques dans le Monde, réunis en Assemblée générale extraordinaire le 23 janvier 2020 à Sciences Po Bordeaux, ne pouvons observer sans réagir la multiplication de projets de réformes qui viennent menacer l’avenir des services publics de l’enseignement supérieur et de la recherche, auxquels nous sommes toutes et tous profondément attachés. 

 

Année après année, nous constatons la précarisation et la dégradation des conditions de travail dans les universités et les laboratoires. Alors que les exigences administratives ne cessent de croître, les services dédiés au soutien ont connu des réductions d’effectifs drastiques. Titulaires et contractuelLEs assurent leurs missions dans des conditions détériorées. Un nombre croissant de collègues en contrat précaire assure les enseignements et les tâches administratives, face à la pénurie de postes titulaires. Les jeunes chercheurEs sont contraints d’alterner contrats ponctuels et périodes de chômage pour mener à bien leurs travaux, avec des rémunérations trop faibles au regard de leur spécialisation et de leur investissement dans nos projets collectifs, et dans une situation de profonde incertitude pour l’avenir. La baisse des embauches de titulaires affecte tout particulièrement la progression des carrières des personnels d’accompagnement à la recherche.

 

Les éléments mis en avant dans la préparation de la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) vont encore accélérer la dégradation des conditions d’exercice de nos métiers. Les solutions proposées parient sur la mise en concurrence généralisée entre les établissements, les disciplines, les équipes, les chercheurEs. Elles entendent, pour ce faire :

 

1/ poursuivre la réduction des postes titulaires au profit de postes contractuels institutionnalisant la précarité (création de tenure tracks et généralisation de CDI de chantier) ;

2/ accélérer le pilotage managérial de financements de la recherche sur projets, qui réduisent l’autonomie des chercheurEs et des doctorantEs dans la réalisation de recherches originales en les incitant plutôt à se concentrer sur les priorités fixées par quelques-uns ;

3/ permettre une modulation des rémunérations et des carrières, remettre en cause le statut des enseignantEs-chercheurEs avec la disparition de la référence aux 192h équivalent TD au motif qu’ainsi les « meilleurs » pourront se consacrer à leurs recherches, tandis que leurs collègues assureront les cours.

4/ dépouiller les instances représentatives – Conseil National des Universités et Comité national du CNRS – de leurs prérogatives. Un fonctionnement aujourd’hui davantage démocratique, collégial, organisé par les pairs, le cédera à un management explicitement inégalitaire, servant un nombre limité de chercheurs dotés d’un pouvoir inédit sur ‘leurs’ équipes.

 

En parallèle, l’actuel projet de réforme des retraites annonce la perspective d’une dégradation des conditions de rémunération offertes dans nos métiers, caractérisés par des parcours professionnels souvent très irréguliers.

 

Nous marquons notre opposition face à de telles orientations qui consacrent la mise en œuvre d’une université à deux vitesses (quelques grandes universités concentreront les activités de recherche, les autres seront cantonnées à l’enseignement). La recherche française a montré qu’elle participait directement aux grands enjeux sociétaux et aux débats qui animent les différents champs scientifiques sur la scène internationale. Son dynamisme se nourrit de travail d’équipe, de liberté académique, et de collaborations multiples, à différentes échelles (du très local jusqu’à l’espace européen et au-delà). Ce sont ces succès qui doivent inspirer les orientations pour l’avenir de l’université et de la recherche.

 

Enfin, nous appelons l’ensemble des enseignantEs-chercheurEs, ingénieurEs, technicienNEs, personnels de gestion-administration et étudiantEs à se mobiliser pour lutter contre la destruction du service public de l’enseignement et de la recherche. Nous serons à la manifestation du vendredi 24 janvier et appelons les collègues à nous rejoindre et à participer à partir de lundi à l’ensemble des actions locales et nationales en faveur du mouvement.

 

Votants : 16. Pour : 15. Abstention : 1. 

Motion des directrices et directeurs

des unités de la MSH Mondes

Nanterre, le 16 janvier 2020

Solidaires des nombreuses inquiétudes exprimées quotidiennement par la communauté universitaire et scientifique française, nous, directrices et directeurs de l’ensemble des unités de la MSH Mondes (anciennement Maison Archéologie et Ethnologie-René Ginouvès), exprimons notre opposition aux propositions formulées dans les trois rapports commandés par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation en prévision de l’élaboration d’une Loi de programmation pluriannuelle de la recherche. Nous n’adhérons pas aux solutions proposées car celles-ci ne reflètent aucunement les propositions élaborées collectivement au sein de nos laboratoires puis transmises lors de la phase préalable de consultation. Nous sommes convaincus que les intentions qui figurent dans ces rapports, relayées par diverses prises de position publiques, constitueraient, si elles devaient être reprises dans une loi, une étape cruciale dans la longue entreprise de démolition de notre système d’enseignement supérieur et de recherche et nous refusons de continuer à nous y soumettre en silence. Persuadés de la nécessité d’une recherche publique stable, de qualité et indépendante, nous nous opposons notamment à la perspective d’une destruction du statut des enseignants-chercheurs, à la généralisation de contrats précaires et à la mise sous tutelle de l’ensemble de notre communauté aux intérêts financiers et politiques. Nous pensons qu’une loi est nécessaire pour garantir et enrichir les forces du modèle français, mais nous serons particulièrement vigilants à son élaboration et défendrons les recommandations du Conseil scientifique du CNRS du 22 juillet 2019, la motion de la Conférence des présidents du Comité national de la recherche scientifique du 8 novembre 2019 ainsi que le contenu de la lettre signée conjointement par la présidente du Conseil scientifique du CNRS, les présidentes et présidents des Conseils scientifiques des Instituts du CNRS et des sections du Comité national de la recherche scientifique du 12 décembre 2019. Une loi est nécessaire pour garantir et enrichir les forces du modèle français, mais nous sommes déterminés à recourir à divers moyens d’action pour exprimer notre désaccord si cette future loi devait aller dans le sens de l’accroissement des logiques de mise en concurrence, de précarisation et de bureaucratisation de nos activités contre lesquelles, justement, nous nous élevons.

Claire Alix et Nicolas Goepfert, Archéologie des Amériques [ArchAm, UMR 8096].
Pierre Allard, Préhistoire et Technologie [PréTech, UMR 7055].
Baptiste Buob et Monica Heintz, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative [Lesc, UMR 7186].
Philippe Gervais-Lambony et Isabelle Sidera, MSH Mondes [USR 3225].
Olivier Le Noé et Sarah Gensburger, Institut des Sciences sociales du Politique [ISP, UMR 7220].
Jean-Fabien Steck, Jodelle Zetlaoui-Léger et Jérôme Boissonade, Laboratoire architecture, ville, urbanisme, environnement [Lavue, UMR 7218].
François Villeneuve, Brigitte Boissavit-Camus et Anne-Violaine Szabados, Archéologies et sciences de l’antiquité [ArScAn, UMR 7041].
Olivier Weller, Laurent Aubry et Lamys Hachem, Trajectoires. De la sédentarisation à l’État [UMR 8215].

L’Urmis en lutte

 Motion de l’Assemblée générale des membres de l’Urmis 

(UMR 8245 CNRS, UMR 205 IRD, Universités de Paris et Côte d’Azur)

20 janvier 2020

Les membres de l’Urmis réuni.es en Assemblée Générale et représenté.es déclarons notre opposition au projet de réforme des retraites et de la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) qui contribue à la destruction du service public de la recherche et accroît encore la marchandisation de la connaissance et la précarisation des personnels, titulaires ou non, de l’Enseignement supérieur et de la recherche (ESR).

Nous appelons tous les collègues, personnels, précaires ou titulaires et étudiant.es à se mobiliser selon toutes les modalités possibles:  

  • pratiquer la grève de la recherche: suspendre les activités scientifiques (colloques et journées d’étude, séminaires), suspendre le travail d’expertise et d’évaluation, refuser de siéger dans les différentes instances de l’ESR, refuser d’effectuer un quelconque travail pour les agences de financement, etc.;
  • se joindre à ou relayer, à l’échelle des départements pédagogiques, la mobilisation sous la forme de différentes actions (report des examens, réunions d’information auprès des étudiant.e.s, rétention des notes, université populaire ou ouverte, etc.);
  • soutenir les actions et mouvements des vacataires et non-titulaires et s’engager à ne pas assurer les heures complémentaires d’enseignement par solidarité.

Au sein des universités, nous appelons à soutenir l’action pour organiser la mobilisation inter-laboratoires.

Nous appelons au renforcement des actions interprofessionnelles et à la participation aux différentes caisses de grève.

Les membres de l’Urmis représentés en AG ont voté à l’unanimité moins trois abstentions

Motion du Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (LESC)

Souffrant de la dégradation continue de nos conditions de travail engendrée par une politique de l’« excellence » néfaste, rétrograde et contre-productive, nous – ingénieur.e.s, chercheur.se.s, enseignant.e.s-chercheur.se.s, doctorant.e.s et jeunes docteur.e.s du Lesc et du département d’anthropologie – nous opposons aux perspectives qui se dessinent dans les rapports établis en vue de l’élaboration d’une loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR). Nous défendons une loi qui redonne à la communauté universitaire et scientifique les moyens d’une recherche et d’un enseignement stables, indépendants et de qualité. Nous nous mobilisons donc en faveur  d’un autre projet, qui mette un terme aux logiques de précarisation et de compétition qui sapent depuis trop d’années nos professions. (Motion votée le 21 janvier 2020).

Motion de l’équipe HABITER LE MONDE UR UPJV4287

Université de Picardie Jules Verne

Les membres de l’équipe UR UPJV 4287 Habiter le Monde de
l’Université de Picardie Jules Verne, réunis le 17 janvier 2020,
s’inscrivent dans le mouvement social en cours pour la défense des
services publics et de la solidarité intergénérationnelle.
Ils s’alarment en particulier des éléments contenus dans le projet de Loi
de Programmation Pluri-annuelle de la Recherche (LPPR) : la remise en
cause du statut des enseignant.e.s-chercheur.e.s et de la référence aux
192 h équivalent TD, ainsi que l’aggravation du processus de
contractualisation de l’enseignement supérieur et de la recherche. Le
projet remet également en cause les fonctions du CNU et l’évaluation
des carrières par les pairs. Ces propositions n’apportent aucune solution
à la dégradation préoccupante de nos conditions de travail, à la
précarisation des personnels BIATS et ITA et des jeunes chercheur.e.s
déjà affecté.e.s par la réforme récente de l’assurance chômage. Enfin,
les projets de développement de nouveaux contrats précaires mettent en
danger le statut des personnels de l’enseignement supérieur et de la
recherche et menacent leur capacité à assurer leurs missions de service
public. Ces menaces sont d’autant plus pressantes dans des
établissements sous-dotés en moyens financiers et humains tels que
l’Université de Picardie Jules Verne
Les membres de l’équipe d’Habiter le Monde mettent leurs savoirs de
chercheur.e.s à disposition de la réflexion sur les effets de ces projets de
loi. Et en vue de constituer une coordination nationale des universités
dans les prochaines semaines, nous rappelons la tenue d’assemblées
générales organisées dans les établissements.

Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales et des départements de sociologie de Metz et Nancy,

Non à la LPPR, oui à une recherche publique financée à la hauteur de ses besoins !

 

Nous, enseignant.e.s-chercheur.e.s, post-doctorants, doctorants et personnels BIATOSS du Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales et des départements de sociologie de Metz et Nancy, exprimons notre plus ferme opposition au projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), conçu sans que ne soient consultées nos instances de représentation nationale (lien hypertexte vers la motion de la CP-CNU du 7 janvier 2020). Si elles devaient obtenir force de loi, les dispositions prévues auraient des effets dévastateurs sur les conditions de travail des enseignants-chercheurs, les conditions d’étude que notre société se donne les moyens d’offrir aux jeunes générations, mais aussi, la recherche scientifique.

 

La suppression du gouvernement national et collégial des conditions de travail et des carrières des EC

 Les rapports préparatoires (liens hypertexte) délitent, en effet, l’encadrement national des conditions de travail et des carrières des enseignant.e.s-chercheur.e.s à travers :

 –          la suppression d’une procédure de qualification collégiale nationale (rapport 2, p. 26 et p. 40) qui garantit un haut niveau de compétences scientifiques et pédagogiques et l’égalité de traitement de tous les collègues, quels que soient leur établissement et leur laboratoire,

 –          la suppression de la référence aux 192hTD, la modulation de services obligatoire en fonction des besoins de chaque UFR, la fin du paiement des heures complémentaires ou encore la création de nouveaux contrats précaires (CDI de mission scientifique ou contrat de post-doctorat jeune chercheur, rapport 2., p. 8)

 Le renforcement et l’extension de la logique de financement sur projet

 Les rapports préconisent, par ailleurs, le renforcement de la logique de financement sur projet (soutien à un dispositif ANR conduisant à distribuer 80 % du financement à 20 % des unités des universités, repérage d’universités à recherche intensive rapport 1 p. 25, création de bonus performance, rapport 1, p. 24 et 29). La communauté universitaire en connait déjà les effets délétères : temps consacré à la recherche de financements au détriment de la réalisation des projets, standardisation d’activités de recherche calibrées, non pas en regard des dynamiques scientifiques, mais des cadres des appels à projet…. Pourtant, les rapports proposent d’en étendre la logique à la structuration des équipes de recherche en tant que telles – notamment avec la création de CDI de projet de 6 ans maximum ou l’extension de dispositions d’exception permettent le recrutement de « vedettes internationales » coexistant avec un collectif de recherche de plus en plus précarisé (tenure track et chaires d’excellence junior/senior, rapport 2 p. 30 et 37).

Articulées à la suppression des équipes d’accueil survenue le 1er janvier 2020 (lien hypertexte vers décret), ces propositions risquent de contribuer à la déstructuration de tout un tissu scientifique (réseaux de chercheur.e.s construits sur la durée et permettant l’accumulation des connaissances, affinement progressif d’hypothèses de recherche dans des collectifs de travail pérennes), sans lequel aucune innovation ni aucun rayonnement international n’est possible.

 Non, la recherche n’est pas le fait de quelques figures d’excellence isolées !

 Les rapports et discussion préparatoires à la LPPR véhiculent une vision naïve et erronée de la recherche.

Non, les avancées scientifiques majeures ne sont pas le fait de quelques figures d’excellence, situées au sommet de la hiérarchie des équipes de recherche, qui auraient bénéficié de la concentration des moyens nationaux et qui auraient su « s’adapter » à l’environnement scientifique international (lien tribune de Petit). Dans toutes les disciplines, nombreux sont les exemples montrant le caractère collectif, le temps long et la prise de risque au principe de toute avancée scientifique ! Les rapports préparatoires à la LPPR évoquent pourtant une stratégie de concentration des moyens de la recherche sur quelques grandes équipes nationales, dont l’activité serait cadrée par des défis sociétaux définis en dehors des espaces scientifiques.

–          La création d’un conseil stratégique de la recherche et de l’innovation rattaché au Premier Ministre (rapport 1, p. 3 et 19) : il viendrait remplacer le Conseil Supérieur de la Recherche mis en place en 2013, et peut-être se substituer aux institutions ayant pour mission d’informer le pouvoir comme l’Académie des sciences, l’Académie de médecine, l’OPECST, la CP-CNU….

 –          La mise en place d’une cellule stratégique sous la responsabilité du Premier Ministre dont le rôle serait d’élaborer la stratégie d’innovation de la France. Constitué de hauts-responsables de l’ESR installés dans des fonctions de représentation les tenant éloignés des réalités de terrain, cette équipe « de taille très restreinte » (rapport 3, p. 19) devra ainsi « définir les 5-7 transformations sociétales pour lesquelles la France dispose d’avantages comparatifs pour développer des leaderships de portée mondiale » (rapport 3, p. 14).

 –          Une concentration de l’ensemble des moyens alloués sur un nombre restreint de défis sociétaux : l’ANR, en charge de l’ensemble des appels à projets de recherche nationaux, et les Régions devront aligner leurs programmations de la recherche et leurs financements sur ces « défis sociétaux » (rapport 1, p 22). Augmentées, les dotations globales de fonctionnement des équipes de recherche seront enfin organisées sous la forme de « crédits compétitifs » qui bénéficieront aux universités au prorata de leur « performance » scientifique.

 –          Un renforcement de la logique d’ingénierie scientifique : à côté de cette concentration nationale des moyens sur un petit nombre d’équipes conformées aux défis sociétaux, c’est une transformation profonde du type d’activités scientifiques qui est encouragée. Les défis sociétaux seront ainsi définis au regard des « avantages comparatifs dont la France bénéficie par rapport aux autres pays » à un instant T. L’aide financière dépendra des thématiques des projets, et notamment des transferts ou applications technologiques possibles (Technology Readiness Level, rapport 1 p. 39). Augmentation du nombre de thèses régies par une convention industrielle de formation par la recherche (CIFRE), du nombre de chaires industrielles de l’ANR, des crédits des projets collaboratifs entre grandes entreprises, PME et laboratoires, encouragement des liens avec les entreprises sous forme de partenariats public-privé (via la formule des Instituts Carnot p. 39) : la logique de valorisation économique et de transfert technologique ne se situe plus en aval mais en amont des activités de recherche, avec tous les écueils que les EC connaissent déjà (des projets de recherche construits en regard des technologies ou des brevets qu’elles pourront générer…)  

 

–          La promotion de quelques figures de proue au détriment de l’activité collective nécessaire au renouvellement scientifique : voir par exemple les tenure track permettant le recrutement en dehors des cadres de rémunération collectivement stabilisés, pour augmenter le classement de la France dans les classements internationaux, la poursuite d’une évaluation bibliométrique dont on sait les effets pervers (standardisation des publications, autoplagiat et plagiat, sélection des objets, des résultats et des méthodologies de recherche permettant d’accéder aux revues académiques les mieux indexées) (liens hypertexte).

 

Pour une loi soutenant enfin les collectifs de travail sans lesquels aucune recherche ni aucun enseignement de qualité n’est possible !

 

La politique dont la recherche a besoin est au contraire fondée sur la confiance dans le professionnalisme des chercheur.e.s et sur le soutien à des collectifs de travail qui ont su montrer leur capacité de résistance, en préservant un haut-niveau de production scientifique et de formation en dépit des coupes budgétaires massives opérées ces dernières années et de la multiplication des charges administratives qui leur ont été échues.

La qualité de l’université et de la recherche française passe par l’encouragement des dynamiques collectives et des réseaux de chercheurs, par la préservation de synergies entre les quelques équipes CNRS restantes et le grand nombre d’équipes d’accueil sur lesquelles des pans entiers de la recherche reposent, par le financement d’une recherche fondamentale à qui on donne le temps de chercher pour produire des connaissances dont l’utilité sociale et économique n’est souvent même pas encore envisagée. 

 

Pour cela, nous appelons à rejoindre le mouvement en train de se lever partout en France. Parce que nous sommes, comme chacun.e des EC, des acteurs fondamentaux de la recherche, nous exigeons :

 

–          la réaffectation des six milliards annuels du Crédit Impôt Recherche à la recherche publique

 –          l’ouverture de réelles discussions autour du contenu de la LPPR

 –          la concertation avec nos instances représentatives – notamment la CP-CNU tenue à l’écart des discussions préalables

 –          la prise de position de nos Présidents d’Université qui ne sont pas seulement des relais des politiques gouvernementales mais des représentants des collectifs d’enseignement et de recherche locaux et des collègues, chercheurs et enseignants eux-aussi. Messieurs les Présidents d’université, Monsieur Mutzenhardt, rejoignez-vos collègues dans la lutte ! Ne soyez pas spectateurs de ce moment qui, pour la première fois, voit plusieurs revues scientifiques de premier rang se mettre en grève !

 

Fait à Nancy et à Metz, le 13 janvier 2020

 

Les enseignant.e.s chercheur.e.s, post-doctorants,

doctorants et personnels BIATOSS du 2L2S

et des départements de sociologie

de l’Université de Lorraine- sites de Nancy et de Metz.

 

 Appel à signature des Directions de laboratoire de recherche

Pour un moratoire sur la LPPR et

pour la tenue d’Etats généraux de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur 

17 janvier 2020

Une seule signature par laboratoire (Directeur ou Directrice de l’unité).
https://framaforms.org/moratoire-lppr-1579126603

Madame la Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Mesdames et Messieurs les président.es d’université, Mesdames et Messieurs les président.es, directeurs et directrices d’EPST, Mesdames et Messieurs les président.es de sections et commissions interdisciplinaires du CNRS, Mesdames et Messieurs les président.es de sections du CNU, Mesdames et Messieurs les directeurs et directrices de laboratoires de recherche publique,

Chers et chères collègues,

Le projet de loi de programmation pluriannuelle pour la recherche (LPPR), actuellement en cours d’élaboration, devrait être rendu public mi-février. Le calendrier du ministère prévoit son adoption avant l’été.

Depuis quinze ans, les réformes successives de l’enseignement supérieur et de la recherche n’ont pas su faire face à un besoin d’investissement massif dans le savoir, n’ont pas su apaiser les inquiétudes relatives à l’affaiblissement de l’effort national et en particulier de l’engagement public en matière scientifique et d’enseignement supérieur.

La préparation de cette nouvelle loi devrait être l’occasion de rattraper un retard évident en matière de financement et de renforcer la qualité des formations à la recherche ainsi que la place de la connaissance scientifique et de l’expertise des chercheur.es et enseignant.es-chercheur.es dans le débat public, dans l’aide à la décision politique et dans l’action collective. Or ce processus soulève depuis plusieurs semaines un grand émoi au sein de la communauté
scientifique.

Dans cet esprit :

Considérant que la LPPR devrait avoir pour mission première de garantir le principe de liberté et de pluralité des activités académiques et scientifiques, garante de l’efficacité de la recherche fondamentale,

Considérant qu’une politique des sciences fondée essentiellement sur les seuls instruments de sélection par appels à projets et mise en concurrence systématique des laboratoires et des personnes n’est pas de nature à renforcer une approche coopérative de la production de la
connaissance et des relations scientifiques pourtant essentielle dans la production de connaissance,

Considérant que l’abandon programmé d’une politique de recrutements pérennes entraîne de facto une fragilisation importante des carrières des personnels de la recherche, nuisible non seulement à leur qualité de vie mais aussi à la construction des compétences et à la production
scientifique,

Considérant que plusieurs éléments actuellement proposés dans les avant-projets de cette loi sont de nature à porter un préjudice irréversible au fonctionnement des activités de la recherche publique,

Considérant que ces avant-projets ne reflètent que de manière incomplète les ressentis et les propositions émises par les laboratoires,

Considérant les très nombreuses voix qui se sont élevées au sein de la communauté scientifique et des instances sur les risques que présentent les orientations de ce projet de loi (tribune des présidents de sociétés savantes, tribunes et éditoriaux signées par des personnalités du monde scientifique, nombreuses motions des laboratoires et des personnels des départements de formation universitaire etc.),

Considérant qu’il y a la une déconstruction de l’Enseignement supérieur et de la recherche selon des critères qui ne sont pas partagés.

Les laboratoires (UPR, UMR, EA, LU, etc.) que nous représentons donc ici en nos qualités de directeurs et directrices, demandent la mise en place d’un moratoire sur la préparation de cette loi et demandons que le ministère s’engage dans un véritable processus d’élaboration
démocratique et qu’il s’engage à organiser des états généraux de la recherche et de l’enseignement supérieur avec les acteurs concernés afin de fixer l’esprit d’une future loi. En ce sens, et en vos qualités respectives de garants et garantes des institutions du monde académique, nous vous interpellons pour appuyer cette demande auprès du Ministère de
la Recherche et de l’Enseignement Supérieur et de notre ministre Mme
Frédérique Vidal.

Premiers Laboratoires signataires

LADYSS UMR 7533 CNRS
Laboratoire de Géographie Physique – UMR8591
Espaces et Sociétés UMR 6590 CNRS
ReSoDiv GDR 2034
Pacte, Laboratoire de Sciences Sociales -UMR 5194
UMR ART-Dev
Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative UMR 7186
UMR Géographie-cités
Trajectoires – UMR 8215
CEPN UMR 7234 CNRS
IDHE.S UMR 8533
LCSP EA 7335
UMR 7219 SPHERE
UMR LEGS 8238
Iiac
FR 2007 CIST (Collège International des Sciences Territoriales)
Autres laboratoires :

 

CESSMA (UMR 245) EN LUTTE !

Motion de l’Assemblée extraordinaire

Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques

 (Université de Paris/IRD/INALCO)

17 janvier 2020

 

Les membres du Cessma (UMR 245) réuni.es en Assemblée Générale déclarons notre opposition au projet de réforme des retraites et de la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR)

Nous appelons les collègues et étudiant.es à se mobiliser selon toutes les modalités possibles (grève, démission administrative, refus des évaluations, suspension des travaux scientifiques et des réunions, actions de visibilisation, séminaires mobilisés, participation aux AG, et à l’université Populaire Paris Diderot, etc.) depuis les revues, les centres de recherches, les universités et les espaces publics.

Au sein de l’université, nous appelons à soutenir l’action pour organiser la mobilisation inter-laboratoires et encourager le blocage administratif afin de peser dans le conflit en cours. 

Nous appelons au renforcement des actions interprofessionnelles et à la participation aux différentes caisses de grève.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.