Revues en grève

Sommaire :

Revue Anthropologie & développement et bureau de l’APAD
Revue Emulations
Revue Mondes Communs
L’association française des anthropologues
CommuniquéComité de rédaction de Zilsel
Dix revues en grève illimitée (France culture)

 

Motion du Bureau de l’APAD et du Comité éditorial de la revue Anthropologie & développement

 

Association internationale rassemblant des chercheurs du « Nord » et des « Suds », l’association pour l’anthropologie du changement social et du développement (APAD) est particulièrement préoccupée par les premières orientations esquissées pour la future Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LLPR).

 

Les recherches menées par les membres de l’APAD sur l’action publique dans les pays soumis à l’ajustement structurel et aux réformes néolibérales attestent des effets désastreux de la course aux financements, de la précarisation systématique des contrats et de la compétition généralisée. Ces effets pèsent en particulier sur la qualité de l’enseignement et de la recherche menée dans les institutions du Sud.

 

En France, alors que l’enseignement supérieur et la recherche sont confrontés depuis de nombreuses années déjà à des restrictions budgétaires affectant leurs personnels et leurs conditions de travail, certaines dispositions de la LPPR poussent plus loin la logique inégalitaire et managériale qui sape déjà les principes d’une recherche libre et indépendante et d’une Université ouverte à toutes et tous.

 

Nous dénonçons ainsi collectivement les principes de base de la réforme en préparation, en solidarité avec nos collègues français, et nous appelons à une réforme de fond, renforçant une recherche publique indépendante et de qualité, respectueuse du travail de tous et toutes.

 

 

Statement by the APAD bureau and the editorial board of its journal Anthropologie & développement

As an international association bringing together researchers from the « North » and the « South », the Association for Anthropology of Social Change and Development (APAD) is particularly concerned with the proposed reform of the university sector in France, the Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LLPR).

Research conducted by APAD members on public policies in countries subjected to Structural Adjustment or neoliberal reforms, attests to the disastrous consequences of the race for funding, the systematic casualisation of contracts and generalised competition. These effects particularly affect the quality of teaching and research conducted in institutions in the South.

In France, while higher education and research have for many years now been confronted with budgetary restrictions affecting their staff and working conditions, aspects of the proposed LPPR push even further inegalitarian and managerial logics that already undermines the principles of free and independent research and a University open to all.

We, therefore, collectively denounce the principles underpinning the proposed reform in solidarity with our French colleagues and we call for a sound reform, strengthening independent and quality public research, respectful of the work of all.

LE JOURNAL DES ANTHROPOLOGUES EN GRÈVE – 2020

LE JOURNAL DES ANTHROPOLOGUES EN GRÈVE – 2020
Le Journal des anthropologues se joint au mouvement de  protestation en cours contre le projet de réforme des retraites et contre les réformes prévues pour l’Enseignement supérieur et la recherche. Le journal dénonce la remise en cause de notre système de protection sociale, la destruction de l’ensemble de nos services publics, la marchandisation de la connaissance et la précarisation des producteurs et productrices de savoir. Nous nous engageons et appelons à soutenir toutes les actions locales et manifestations nationales, à participer aux assemblées générales interprofessionnelles et  à celles du mouvement des « Facs et labos en lutte », à débattre de la future loi de programmation pluriannuelle de la recherche, à contribuer aux caisses de grève, pour intensifier et élargir la mobilisation, à travailler avec les camarades des autres revues (GenèsesSociétés contemporainesActes de la recherche en sciences sociales, Nouvelle revue du travailetc.)  en vue d’interventions communes.

 

 Journal des africanistes 
 
Le comité de rédaction du Journal des africanistes manifeste son profond désaccord avec la réforme des retraites et le projet de loi de programmation pluri-annuelle de la recherche (LPPR) qui témoigne d’une méconnaissance évidente des enjeux de la recherche publique.
 
Aussi, le comité soutient avec ferveur les différentes protestations des collègues, laboratoires, revues, institutions, etc, et s’y associe.
 
 

Revue Emulations

Le comité de rédaction de la revue Émulations, revue de sciences sociales s’associe pleinement aux diverses luttes actuelles en France concernant la réforme des retraites, le projet de loi de programmation pluri-annuelle de la recherche (LPPR) et les réformes de l’éducation en cours de la maternelle à l’Université. Le comité de rédaction, composé pour certain.e.s de précaires français de l’ESR, dénonce avec fermeté l’aggravation de la situation que vont entraîner ces réformes.

 

Monde commun : des anthropologues dans la cité

https://mondecommun.hypotheses.org/

Défendre la société, reconstruire le commun !

Motion de l’Assemblée générale annuelle du Conseil de rédaction de la revue Monde commun : des anthropologues dans la cité

 

L’AG du Conseil de rédaction de la revue Monde commun : des anthropologues dans la cité  réunie le 22 janvier 2020 a décidé de rejoindre la lutte contre la réforme des retraites et contre le projet de Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR).

En rejoignant la quarantaine de revues de Sciences sociales déjà mobilisées, nous nous déclarons pour une retraite par répartition au nom du principe de solidarité, sociale et intergénérationnelle, contre le modèle individualiste imposé par les réformes néolibérales successives du gouvernement, et notamment celle de la retraite par points qui ouvre la porte à la retraite par capitalisation.

La loi sur la retraite comme la LPPR accélèrent un mouvement plus ancien de destruction des principes fondamentaux de notre système de protection sociale, du service public et de l’État social. Elles complètent et radicalisent les réformes précédentes sur l’université (LRU, loi Fioraso, loi ORE, Parcoursup), la Loi de transformation de la fonction publique (2019), et la réforme de l’assurance chômage avec pour but de réduire le « coût » du travail au nom de la compétitivité. Ces politiques augmentent les inégalités, la précarisation générale des jeunes, dont les jeunes chercheur-es. Elles détruisent le bien commun, la solidarité et l’idée même d’un Etat au service du public. L’abandon programmé d’une politique de recrutements pérennes entraîne de facto une fragilisation importante des carrières des personnels de la recherche, nuisible non seulement à leurs conditions d’existence mais aussi à la construction des compétences et à la production scientifique.

La recherche publique et indépendante est en danger et, au-delà, « la possibilité de décrire rationnellement le monde, face à la lente destruction des conditions de production du savoir et à sa marchandisation », comme l’ont écrit les membres de la revue Genèses, qui a initié ce mouvement des revues.

Le Conseil de rédaction de Monde commun, dans sa composition (doctorants, jeunes docteurs sans poste, post-docs précaires, enseignants-chercheurs statutaires) et dans son initiative elle-même, associative, se veut un moyen de résistance contre le démantèlement des collectifs de recherche et de leur capacité à faire dialoguer la recherche avec un large public. Dans ce sens, Monde commun soutient la mobilisation des personnels BIATSS (Ingénieurs, Administratifs, Techniques, Sanitaires et Sociaux, et des Bibliothèques) d’Open Edition.

Nous, Conseil de rédaction de Monde commun, nous opposons aux perspectives dessinées dans les rapports établis en vue de l’élaboration de la LPPR, rédigés en dépit des consultations antérieures de la communauté universitaire et scientifique. Nous exigeons une loi qui nous redonne les moyens d’une recherche et d’un enseignement stables, indépendants et de qualité. Nous nous mobilisons donc en faveur d’un autre projet, qui mette un terme aux logiques de concentration et réduction des moyens, de précarisation et de compétition qui sapent depuis trop d’années nos professions.

 

 

 

 

1Alors que nous achevions la septième livraison de Zilsel à paraître fin février, la France connaît un mouvement de contestation d’une rare ampleur, provoqué par plusieurs réformes menées tambour battant par le gouvernement du président Macron. Ces réformes visent notamment le système d’assurance-chômage, le mode de financement des retraites, les structures éducatives et les programmes scolaires, le système des hôpitaux publics, ou encore le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR).

2 En tant que revue de sciences humaines et sociales (SHS), Zilsel est directement concernée par le projet de réforme de l’organisation de l’ESR que le gouvernement souhaite intensifier à travers une « Loi de programmation pluriannuelle de la recherche » (LPPR). Son équipe de rédaction s’inquiète tout particulièrement des tendances que cette loi promet d’aggraver dans un avenir très proche : précarisation accrue des personnels, dépossession des instances de décision et d’orientation, mise en concurrence déraisonnée des équipes et des individus, appuyée sur des modes d’évaluation primaires. Si ces orientations sont promues par la présidence du CNRS à travers une référence aussi inquiétante qu’erronée au « darwinisme », il est au contraire certain qu’elles visent à aligner l’ESR français sur les modalités déjà en place au pays de Darwin et dans la majorité des systèmes de recherche à l’échelon mondial [1][1]Voir le numéro spécial de Social Anthropology : « Politics of….

3 Face à cette offensive, les chercheur·ses, enseignant·e·s et technicien·ne·s de l’ESR se sont massivement mobilisé·e·s et ont multiplié les formes d’action (lors des manifestations nationales, bien sûr, mais aussi en interrompant leurs activités d’enseignement et de recherche).

4 À l’instar de la revue Genèses, dont le comité éditorial s’est déclaré en grève le 6 janvier, de nombreuses revues de SHS ont nourri ce mouvement de contestation, en cessant leurs activités ou bien en déclarant consacrer l’essentiel de leurs ressources à la critique et à la lutte politiques. Les discussions menées au sein de l’équipe de rédaction de Zilsel ont rapidement permis d’acter sa participation à ce mouvement. L’organisation collective de la revue en prend acte à partir d’aujourd’hui, en conformité avec les orientations et principes décidés par son comité de rédaction, et ce pendant toute la durée de la lutte contre les projets actuels du gouvernement, tous secteurs confondus.

5 Si nous achevons le numéro 7 et poursuivons la préparation des prochains numéros en assumant un ralentissement et un report de leur publication, pour que chaque membre de la rédaction puisse se mobiliser, nous avons décidé de compléter cet engagement par une interruption de la commercialisation des numéros parus sur la plateforme Cairn.info. Ce n’est donc pas au niveau de l’édition scientifique que nous bloquons, mais à celui, stratégique, de la diffusion. Nous souhaitons ainsi prolonger l’action menée par les collègues d’OpenEdition, qui ont suspendu durant une journée l’accès aux contenus de la plateforme et continuent de se mobiliser pour faire valoir leurs droits. Cette action aura permis de souligner le travail injustement invisibilisé des travailleur·ses du numérique et de mettre l’accent sur le caractère non automatique du maintien de nos infrastructures éditoriales [2][2]https://blogs.mediapart.fr/community-managers-en-greve/blog/1501…, qui sont aussi des espaces d’autonomie savante (enfin, qui peuvent l’être). En lieu et place des articles proposés par notre revue, nous plaçons ici ce texte court d’explication, auquel s’ajoute une sélection d’articles en accès libre, regroupés dans un numéro « en grève ». Ces textes nous paraissent utiles à la réflexion dans les circonstances que nous subissons, tant dans l’appréhension des menaces pesant sur l’autonomie de nos milieux, que dans la défense et l’illustration d’une autre façon de faire vivre les communautés scientifiques.

Notes

  • [1]
    Voir le numéro spécial de Social Anthropology : « Politics of precarity: Neoliberal academia under austerity measures and authoritarian threat », vol. 57, n° 2, 2019, https://onlinelibrary.wiley.com/loi/14698676/year/2019.
  • [2]
    https://blogs.mediapart.fr/community-managers-en-greve/blog/150120/travailleuses-et-travailleurs-du-numerique-bloquez-et-occupez-vos-plateformes).

Faire tâche d’huile et œuvre utile chez les chercheurs : dix revues en grève illimitée (France Culture)

https://www.franceculture.fr/societe/faire-tache-dhuile-et-oeuvre-utile-chez-les-chercheurs-dix-revues-en-greve-illimitee

10/01/2020 (mis à jour à 16:51)
 

En trois jours, plus de dix comités de rédaction de revues académiques importantes dans le monde de la recherche en sciences humaines et sociales ont annoncé qu’ils se mettaient en grève pour rejoindre, soutenir et amplifier le mouvement social. Mais que signifie une revue en grève ?

Dix revues SHS en grève illimitée pour faire entendre le mouvement contre la réforme des retraites et la loi pour l'enseignement supérieur
Dix revues SHS en grève illimitée pour faire entendre le mouvement contre la réforme des retraites et la loi pour l’enseignement supérieur Crédits : Walter Sanders / LIFEGetty

C’est Genèses qui a tiré en premier. Le 6 janvier, la revue interdisciplinaire de sciences humaines et sociales annonçait qu’elle était “en grève”. Dans ce message de son comité de rédaction, la publication trimestrielle créée en 1990 par des chercheurs comme Gérard Noiriel ou Michel Offerlé détaillait :

Le 6 janvier 2020, le mouvement social en France entame son 33e jour de grève. Contrairement à ce que veut faire croire le gouvernement, ce mouvement ne concerne pas la seule conservation de régimes spéciaux ou de privilèges corporatistes spécifiques. Il s’agit de défendre non seulement un système de protection sociale, mais aussi des valeurs telles que la solidarité, l’idée de service public, l’indépendance de la recherche (et, au-delà, la possibilité de décrire rationnellement le monde), face à la lente destruction des conditions de production du savoir et à sa marchandisation qui menace l’accès de tou.tes aux connaissances. En soutien et en participation aux luttes en cours, le comité de rédaction de Genèses a décidé de se mettre en grève : à partir de maintenant et jusqu’à nouvel ordre, le comité n’examinera aucun article et aucune proposition de dossier.

Depuis, ce sont au moins neuf autres revues de sciences humaines et sociales qui, de même, on fait savoir qu’elles étaient elles aussi en grève (mais peut-être davantage, n’hésitez pas nous écrire : depuis la publication de cet article, c’est par exemple la revue Cultures et conflits qui a annoncé leur emboîter le pas) :

La plupart de ces titres ne vous sont peut-être pas familiers. Il ne s’agit pas de fanzines gauchistes produits sur un coin de table, mais de publications reconnues, légitimes et parfois centrales parmi la production académique, et ce depuis près d’un demi-siècle pour certaines : la création de « Actes” remonte à 1975, sous la houlette du sociologue Pierre Bourdieu et avec le soutien de la Maison des sciences de l’homme qui densifiait alors sa vocation de structuration de la recherche.

Une revue universitaire en grève paraît incongru ? Les temporalités de ces revues semblent a priori bien loin du tempo d’une mobilisation sociale : la plupart voient souvent s’écouler plusieurs trimestres entre une proposition d’article ou l’idée d’un dossier thématique, la réception des papiers, plusieurs passes et repasses en comité de lecture (de plus en plus, sous le sceau de l’anonymat), des allers-retours avec leurs auteurs, pour enfin partir à l’impression et, finalement, rejoindre les bibliothèques universitaires ou voyager via le portail numérique Cairn. C’est notamment, couplé à la place qui se fait rare, ce qui explique que bien des recensions académiques d’ouvrages se retrouvent finalement publiées très à distance de la sortie d’un livre – et de son calendrier médiatique.

Huile de coude et caisses de grève

Et puis, une revue a certes un comité éditorial (une grosse quinzaine de personnes souvent, parfois un peu plus) et des financements pour continuer à paraître dans un contexte de plus en plus tendu pour la recherche, mais personne n’est strictement payé en tant que salarié de Genèses ou Politix, parmi ceux qui ont rédigé l’annonce de la grève. Quelques mauvais esprits pourraient même siffler qu’annoncer qu’on est en grève en tant que membre d’une revue alors qu’on ne se déclare pas forcément, ou pas toujours ni tout le temps, gréviste sur son lieu de travail, n’est pas sans quelque bénéfice secondaire : la vertu de l’affichage politique sans qu’il en coûte un prix personnel trop faramineux. 

Pour autant, même sans piquet de grève ou retenues sur salaires, la grève des revues se veut un geste fort aussi dans la mesure où il entend faire parler de la mobilisation contre le gouvernement, et lui donner quelques balles neuves. Ainsi, elle vise également à rendre plus visible l’étendue d’un mouvement social dont ces observateurs de la société qualifiés estiment qu’il est en partie négligé, minimisé

Ainsi, comme les avocats, les hôpitaux, le port de Marseille ou encore 70% des écoles maternelles et élémentaires en Ile-de-France le 9 janvier, certains départements universitaires se sont mis en grève générale et reconductible sans trouver grand écho (c’est le cas de laboratoires, ou par exemple du département de science politique à Paris 1 Sorbonne depuis une AG du 7 janvier). Idem pour des séminaires de recherche qui déprogramment leurs séances depuis décembre, ou même de cohortes d’étudiants qui votent à la majorité la fin des cours et des examens, et font valoir auprès de leurs directions des études qu’ils veulent pouvoir participer au mouvement social sans pour autant être pénalisés. Le tout s’inscrit dans le cadre d’une motion votée le 14 décembre 2019 par la « coordination nationale des facs et labos en luttes », et articule souvent une action « solidaire de la grève et de la mobilisation nationale contre les réforme des retraites et de l’assurance-chômage » à « la défense du service public de l’enseignement et de la recherche (menacé par la prochaine « Loi de programmation pluriannuelle de la recherche »). »

Au-delà de la profession de foi qui compte, et de l’effet de loupe sur le mouvement, l’engagement n’est pas cosmétique : 

  • certains appels listent des caisses de grève en ligne que les chercheurs  s’engagent à abonder en tant que membre du comité de rédaction 
  • l’arrêt de l’activité éditoriale est bien réel car, de fait, les papiers ne seront plus examinés (une revue en reçoit beaucoup plus qu’elle n’en publie), et des chercheurs ne seront pas publiés comme prévu (mais plus tard).

Toutefois, comme souvent en grève, cela ne signifie pas que tous ces chercheurs cessent de travailler tout court, ou qu’ils désertent leur lieu de travail. Plutôt qu’ils entendent faire nombre en se déclarant grévistes, et que le tout puisse féconder autre chose. D’ailleurs, Genèses annonce la préparation d’un numéro spécial “En grève”, qui doit remplacer celui prévu pour ce début d’année 2020, et Politix précise dans son annonce : “Nous nous engageons et appelons à soutenir toutes les actions locales et manifestations nationales, à participer aux assemblées générales interprofessionnelles et à celles du mouvement des « Facs et labos en lutte », à contribuer aux caisses de grève, pour intensifier et élargir la mobilisation, à travailler avec les camarades des autres revues (Genèses, Sociétés contemporaines, Actes de la recherche en sciences sociales, etc.) en vue d’interventions communes.” Quant à Actes de la recherche en sciences sociales, la revue annonçait explicitement « se mettre au service de la grève » à compter du 8 janvier.

Sur une liste de diffusion dans le monde académique, un chercheur a pris au mot son comité de rédaction. Alors que publier dans la prestigieuse revue de sociologie reste un Graal (et un sésame) pour bien des chercheurs en quête de reconnaissance, il leur a dit « Chiche ! » – ou en substance : « Et si vous alliez plus loin et laissiez plutôt faire le sommaire du prochain numéro aux précaires de la recherche et autres chercheurs sans poste ?” Aujourd’hui, l’entrée d’un chercheur dans la carrière académique, puis ensuite sa trajectoire, sont crucialement liées au nombre de ses publications. Et notamment dans ces revues à comité de lecture.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.