Communiqués des sociétés savantes

Association française d’ethnologie et d’anthropologie :

L’ESR n’est pas en solde

(texte mis à jour régulièrement suivant les propositions et les signataires)

L’ESR n’est pas en solde 

L’Association Française d’Ethnologie et d’Anthropologie (AFEA), qui regroupe un ensemble d’associations professionnelles et d’acteurs de ces disciplines, après avoir pris connaissance des rapports de préparations du projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), s’y déclare fermement opposée pour plusieurs raisons.

1) Nous dénonçons une concentration de l’ensemble des moyens alloués aux SHS à un nombre restreint de « défis sociétaux » décidés par l’exécutif, l’ANR et les Régions devant aligner leur programmation et leurs financements sur ces « défis sociétaux ».

2) Nous dénonçons le renforcement de la gestion managériale des financements sur projet dont tant les chercheur-e-s indépendant-e-s que les enseignant-e-s chercheur-e-s connaissent trop bien les effets négatifs : temps consacré à la recherche de financements au détriment de la réalisation des projets, standardisation de l’activité de recherche, sujets de recherche prédéfinis par les autorités publiques, assignation à un rôle restreint à la validation des projets pluridisciplinaires, à réaliser sur des temps de plus en plus courts…

3) Nous dénonçons le recours de plus en plus fréquent aux CDD qui ne sont pas adaptés aux temporalités de la recherche. Nous demandons que le budget alloué à l’impôt-recherche soit redistribué dans la recherche publique, pour le financement de nouveaux postes d’E-C et de contrat d’allocation doctorale.

4) Nous nous élevons contre l’augmentation des frais d’inscription universitaire pour compenser la baisse du budget alloué par l’Etat à l’ESR.

5) Nous dénonçons le nouveau rôle assigné aux enseignant-e-s chercheur-e-s qui consiste davantage à valider des compétences répondant à des standards entrepreneuriaux plutôt que de transmettre un regard scientifique aux étudiant-e-s. Ils et elles sont d’ailleurs nombreux.ses à ne plus accéder à la formation de leur choix. En effet, l’algorithme « Parcoursup » gère désormais les projets des étudiant-e-s « au mieux » pour l’enseignement supérieur et non pour l’individu qui veut se former. En outre, nous ne souhaitons pas participer à une modalité de sélection qui tend à renforcer les inégalités sociales d’accès à l’enseignement supérieur.

7) Nous nous opposons à une université à plusieurs vitesses tant à travers la reconnaissance des Equipes d’Accueil laissée à la responsabilité des seules universités qu’à la configuration annoncée de pôles « d’excellence » avec des masters du même nom et des licences gérant des flux d’étudiant-e-s bacheliers.

8) Nous dénonçons les attaques répétées du statut d’enseignant-chercheur au service de cette gestion par flux.

Pour cela, nous appelons tous nos membres, quelle que soit la forme d’exercice de nos professions, à rejoindre le mouvement qui prend forme dans les institutions d’enseignement et de recherche et à mettre en œuvre des actions de résistance en attendant l’ouverture de discussions prenant en compte nos demandes.


Le CA de l’AFEA. Paris le 14 janvier 2020.

Marie-Pierre Julien, Céline Rosselin, Laure Carbonnel, Antoine Guillain, Charlotte Tourenq,  Frédérique Fogel, Marc Ferré, Gwendoline Torterat,  Cédric Baylocq, Eric Perea,


Signataires : (merci de nous contacter à asso.afea@gmail.com pour ajouter votre signature)

Gilles Raveneau (Maitre de conférence, Habilité à dirigé les recherches)
Chantal Deltenre (ancienne directrice de l’association ethnologues en herbe)
Christophe Baticle (Vacataire d’enseignement)
Yazid Ben Hounet (Chargé de recherche au CNRS)
Sarah Carton de Grammont (Chargé de recherche au CNRS)
Cécile Leguy (Professeur d’anthropologie)
Beatrice David (Maitresse de conférence)
Elise Capredon (Mondes Américains, CRBC)
Ghali Beniza (Docteur en anthropologie)
Anis Fariji (chercheur post-doctoral au CéSor/EHESS)
Durand Séverine (docteur en sociologie)
Claudine Karlin (archéologue)
Association Mood Machine
Elisabeth Rossé (docteur en anthropologie)
Sarah Carton de Grammont (Chargée de recherche au CNRS)


Vieux ! Au 21ème siècle, mieux vaut toujours être riches et en bonne santé que pauvres et malades

L’Association Française d’Ethnologie et d’Anthropologie (AFEA), qui regroupe un ensemble d’associations professionnelles et d’acteurs dans ces disciplines, se déclare extrêmement inquiète du projet de réforme des retraites actuellement en cours.

Ce qui veut être généralisé, beaucoup d’entre nous l’avons déjà expérimenté au cours des 20 dernières années : longue période de CDD (10, 15 voire 20 ans) à partir du doctorat, de moins en moins d’entre nous arrivant à être statutaires dans la recherche ou l’enseignement. Durant ces périodes de salaires bas, par rapport à notre niveau d’étude et au regard intellectuel exigé, nous avons eu beau travailler 60h par semaine pour construire des CV qui répondent à des critères toujours plus exigeants, nous constatons n’avoir pu mettre de l’argent de côté pour la retraite. Aussi, nous devrons toutes et tous travailler de plus en plus longtemps pour ne pas faire partie des 20% de retraités pauvres, si notre santé nous le permet (cf. le dossier de la DARES https://dares.travail-emploi.gouv.fr/dares-etudes-et-statistiques/).

Ces expériences vécues récemment par les membres de notre profession nous amènent à demander le retrait de la réforme des retraites dites « à points » afin que les générations futures bénéficient d’une retraite qui leur permette de vivre décemment. 

———————————-

Société d’ethnologie française

contre la loi de Programmation Pluriannuelle de la recherche 

17 janvier 2020

La Société d’ethnologie française (SEF) exprime sa vive inquiétude et son refus face au projet de Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR) qui contribue à la dégradation, continue depuis les lois ORE et LRU, de l’exercice de nos métiers de chercheur.e.s et enseignant.e.s chercheur.e.s.

La SEF demande que de véritables moyens, durables et équitables, soient attribués à la recherche et à l’enseignement supérieur et que des mesures concrètes soient mises en place face au déficit des postes de chercheur.e.s et enseignant.e.s chercheur.e.s, ceci de manière criante dans certaines disciplines dont l’ethnologie et l’anthropologie.

La SEF demande que soit résorbée la précarité des docteur.e.s et elle demande des financements accrus à destination des doctorant.e.s afin qu’ils et elles puissent bénéficier de conditions de recherche décentes.

En outre la SEF demande :

– la fin d’une gestion managériale, privée ou non-scientifique de la science mettant en concurrence les différents projets et chercheur.e.s, entravant une véritable liberté de la recherche et coûteuse en temps et en argent parfois jusqu’à l’absurde;

– la fin des attaques contre les statuts des chercheur.e.s, enseignant.e.s chercheur.e.s et métiers d’appui à l’enseignement et à la recherche;

– la révision du mode d’attribution et la transparence sur les effets du crédit impôt recherche (CIR).

Enfin la SEF demande à ce que les recommandations faites par le collectif des sociétés savantes et le CNRS soient prises en compte dans la Loi. Consulter à ce propos: https://societes-savantes.fr/wp-content/uploads/2019/09/Propositions-pour-la-Loi-de-programmation-pour-la-recherche.pdf
 

Le conseil de la SEF en lutte contre le projet de loi LPPR

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.