Évolution inquiétante concernant l’attribution des bourses de recherche au musée du quai Branly

Chères et chers collègues,
Nous souhaitons vous informer de notre inquiétude concernant l’évolution récente, au musée du quai Branly-Jacques Chirac, des procédures d’attribution des différents financements destinés aux étudiants et post-doc (bourses de master, de doctorat, post-doctorat et prix de thèse). 
Alors que la période d’évaluation était déjà en cours, les membres du Comité d’évaluation scientifique du musée ont appris qu’une recomposition radicale de ce comité avait été effectuée, sans concertation, réduisant considérablement le rôle des spécialistes dans la sélection des lauréats et conduisant à une opacification préoccupante des critères et des modalités de sélection. Suite à cela, la quasi totalité des membres externes du comité a démissionné, en s’en expliquant dans la lettre copiée ci-dessous; démission dont le directeur de la recherche a simplement pris acte.
De son côté, le comité de rapporteurs de la Fondation Martine Aublet (dont le processus d’attribution des bourses est coordonné par le département de la recherche et de l’enseignement du musée) a découvert des changements dans sa composition, tout aussi inquiétants quant au rôle attribué aux experts. Il s’est aussi alarmé de l’absence de considération portée au critère de la parité dans cette nouvelle configuration. Après plusieurs courriers (annexés ci-dessous), et suite à la démission du comité d’évaluation scientifique, le comité de rapporteurs de la Fondation Martine Aublet a enfin obtenu un rendez-vous avec le responsable du département de la recherche pour la fin juin, en présence du président de la Fondation.
Il nous semble important que la communauté scientifique reste attentive à l’évolution de la situation au musée. Alors même que la moitié de son budget lui est allouée par le ministère de la recherche, les mesures récentes semblent en effet fragiliser cette dernière au sein de cet établissement, qui est depuis sa création un soutien primordial pour les études en sciences humaines et sociales portant sur les sociétés extra-occidentales.
Les membres démissionnaires du Comité d’évaluation scientifique et les membres du Comité des rapporteurs de la Fondation Martine Aublet signataires des lettres
—-
Lettre du Comité d’évaluation scientifique 
Le 24 mai 2019


Monsieur le Président du Musée du quai Branly-Jacques Chirac,

Monsieur le Directeur du département de l’enseignement et de la recherche,

Chères et chers collègues,
Nous avons découvert avec surprise, dans un courriel qui nous a été adressé le 2 mai dernier par le Département de la Recherche et de l’Enseignement, les modifications apportées au comité d’évaluation scientifique du Musée du quai Branly et à son fonctionnement. Ces modifications nous ont été communiquées sans qu’ait eu lieu la moindre concertation ou rencontre avec l’ensemble de ses membres, et sans que la direction du Musée ou le Département de la Recherche et de l’Enseignement aient jugé bon de nous en prévenir avant de nous confier l’examen de nouveaux dossiers.
Le Département de l’enseignement et de la recherche a été créé au sein du musée du quai Branly de façon à assurer la présence d’une recherche de qualité internationale, à la hauteur du financement important que l’établissement reçoit du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, qui ne porte pas exclusivement sur les collections du musée, mais qui aborde plus généralement l’ensemble des thèmes qui intéressent un musée comme celui du Quai Branly.
Le comité d’évaluation scientifique avait toujours disposé jusqu’alors d’une importante marge d’autonomie par rapport au musée, tout en incluant des membres de celui-ci et en travaillant en bonne intelligence avec sa direction. C’est  ce qui a permis, au cours des années,  d’apporter tout à la fois l’ouverture nécessaire  à son fonctionnement et les garanties de qualité scientifique et d’indépendance indispensables au bon déroulement   des processus de sélection dont il avait la responsabilité. La composition du comité  a permis ainsi jusqu’alors de disposer d’une liberté de décision véritable. Tout en tenant compte des priorités du musée et du  Département de la Recherche et de l’Enseignement, nous avons toujours eu à cœur de choisir celles et ceux qui nous semblaient les meilleurs candidats du point de vue des critères scientifiques. 
De fait, le Département de la Recherche et de l’Enseignement est parvenu à occuper une position respectée dans le monde international de la recherche en anthropologie, ainsi que dans les autres domaines qui peuvent intéresser le Musée du quai Branly.  Il a contribué à ce qu’un nombre important de boursiers poursuivent leur carrière avec succès, ce au niveau national comme au niveau international. Nous sommes fiers d’avoir pu contribuer collectivement, par notre participation au comité, à cette reconnaissance de la communauté scientifique. Comme plusieurs autres de ses membres, nous avons montré notre attachement aux missions du département de l’enseignement et de la recherche en réalisant de nombreuses évaluations, mais aussi en participant régulièrement aux réunions de sélection des candidats aux bourses de post-doctorat et de prix de thèse ainsi qu’à leur audition, ou aux séminaires organisés autour des travaux des boursiers.
Les nouvelles règles de fonctionnement du comité d’évaluation scientifique, adoptées par le conseil d’orientation, diluent et opacifient les responsabilités du comité ; elles multiplient le nombre de ses membres tout en attribuant la responsabilité du choix des boursiers doctorants et post-doctorants à un « comité restreint » de huit personnes, qui n’est pas l’émanation du comité. La mission des membres du comité d’évaluation scientifique se trouve ainsi réduite, de fait, à celle de simples experts rédigeant des avis sur les dossiers, sans processus authentique de délibération collective, comme c’était toujours le cas auparavant, et sans voix véritable au processus de décision dans sa totalité. Au-delà d’une question de procédure, c’est la place et le statut de la recherche au musée du quai Branly qui nous semblent remis en cause. 
Dans ces conditions, notre appartenance à ce comité d’évaluation scientifique perd largement son sens et sa raison d’être. 
Nous nous voyons donc au regret de devoir démissionner du comité d’évaluation scientifique. 
Nous vous prions de recevoir nos salutations distinguées.

Romain Bertrand, directeur de recherche, Sciences Po, CERI 
Michèle Cros, professeur, à l’Université Lyon 2, Ladec
Jessica De Largy Healy, chargée de recherche au CNRS, Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
Philippe Erikson, professeur des universités, Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative, Université Paris-Nanterre,
Benoît Fliche, chargé de recherche au CNRS, Directeur de l’Institut d’Ethnologie Méditerranéenne et Comparative  (CNRS-AMU-MMSH)
Gilles Havard, directeur de recherche au CNRS, Directeur du Centre d’études Nord-Américaines, École des hautes études en sciences sociales
Sophie Houdart, directrice de recherche au CNRS, Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative, Université Paris Nanterre
Benoît de L’Estoile, directeur de recherche au CNRS, Centre Maurice Halbwachs, professeur à l’Ecole normale supérieure, Université Paris Sciences et Lettres 
Katell Morand, maître de conférence à l’Université Paris-Nanterre, Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
Dominique Poulot, professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, HICSA.
Sandra Revolon, Maître de Conférence, Aix-Marseille Université, CREDO,
Denis Vidal, directeur de recherche à l’Institut de Recherches sur le Développement, Université de Paris, URMIS
—-
Lettres du Comité des rapporteurs de la Fondation Martine Aublet à Philippe Charlier
Lettre du 21 mars 2019
Cher collègue, 
Nous venons de recevoir un courrier nous invitant à donner nos disponibilités de dates pour la session d’évaluation des bourses de la Fondation Martine Aublet. La liste des destinataires nous a permis de découvrir des changements dans la composition du comité d’évaluation, avec un départ volontaire et quatre nouveaux collègues nommés. 
Nous nous permettons de vous écrire pour exprimer notre étonnement face à certains choix. Il est explicitement dit dans l’appel que les bourses doctorales ou de master sont  destinées à financer exclusivement « des recherches de terrain en Afrique, en Asie, en Océanie, au Moyen-Orient, dans l’Océan Indien et les Amériques amérindienne, latine et caribéenne ». Par ailleurs, « Les disciplines concernées sont l’anthropologie, l’ethnomusicologie, l’ethnolinguistique, l’histoire de l’art, l’histoire, l’archéologie, la sociologie et les sciences politiques. » 
Or, d’une part, les nouveaux membres sont, pour leur majorité, spécialistes de l’Europe alors que cette région d’étude n’est pas éligible en terme de candidatures pour les bourses que le comité doit évaluer. Par ailleurs, plusieurs sont de disciplines n’étant pas concernées par la bourse, ou spécialistes des sociétés passés, alors que c’est un domaine où jusqu’à présent il y avait un nombre très bas de candidats, au point que le représentant de l’archéologie se voyait parfois confié des dossiers sur des périodes contemporaines. 
Enfin, nous tenions à signaler que, si la disparité homme/femme était déjà très nette dans l’ancien comité, elle se voit accrue par cette nouvelle composition (11 H/ 2 F), ce qui va à l’encontre des politiques publiques dans ce domaine. 
En somme, la nouvelle composition du comité nous paraît en décalage avec les principes et la philosophie qui avaient présidé à sa formation : spécialiste dans son domaine et dans une aire culturelle (extra-européenne) de compétence du musée, plutôt jeune chercheur n’ayant pas encore trop de responsabilités administratives ou institutionnelles, afin d’éviter tout conflit d’intérêt et permettre un investissement sans réserve dans les dossiers. Il nous étonne du reste que des personnalités aussi éminentes aient été pressenties pour l’humble travail d’évaluation et de classement de la centaine de dossiers que la Fondation reçoit chaque année. 
Loin de nous l’idée de refuser une ouverture de ce comité, qui doit rester résolument pluraliste, tant sur le plan disciplinaire que sur le plan des institutions qui y sont représentées. Cependant, les modifications intervenues dans la composition du comité nous semblent traduire un changement de politique scientifique en matière de soutien à la recherche, et nous souhaiterions être informés des raisons de cette réorientation si elle devait se confirmer.
 Cordialement,

Les membres du comité de rapporteurs de la Fondation Martine Aublet (par ordre alphabétique):
Laurent Berger, Stéphane Gros, Yazid Ben Hounet, Nicolas Jaoul, Guillaume Lachenal, Philippe Nondédéo, Joël Noret, Anne-Christine-Trémon, Valentina Vapnarsky.

Laurent Berger, maître de conférence à l’EHESS, Laboratoire d’Anthropologie Sociale
Stéphane Gros, chargé de recherche CNRS, Centre d’études himalayennes
Yazid Ben Hounet, chargé de recherche CNRS, Laboratoire d’Anthropologie Sociale
Nicolas Jaoul, chargé de recherche CNRS, Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux 
Guillaume Lachenal, Maître de conférences en histoire des sciences à l’Université Paris Diderot, laboratoire Sciences, Philosophie, Histoire
Philippe Nondédéo, chargé de recherche CNRS, Archéologie des Amériques
Joël Noret, professeur assistant à l’Université Libre de Bruxelles, directeur du Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporains
Anne-Christine-Trémon, Maître d’enseignement et de recherche, Université de Lausanne, Laboratoire d’anthropologie culturelle et sociale
Valentina Vapnarsky, directrice de recherche CNRS, Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
Lettre du 4 avril 2019 
Cher collègue, 
Nous vous remercions pour votre réponse et les informations que vous nous apportez. Cependant, plusieurs points que nous avions soulevés nous semblent rester sans réponse.
Avant tout, votre message ne fait aucunement référence à la question de la parité sur laquelle nous pensions avoir attiré votre attention. Permettez-nous de rappeler ici que l’égalité entre les femmes et les hommes a été consacrée « Grande cause nationale » par le Président de la République, et que l’accord du 30 novembre 2018 relatif à l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans la fonction publique inclut comme axe 2 « Créer les conditions d’un égal accès aux métiers et aux responsabilités professionnelles ». Or, alors que de nombreuses femmes ont les compétences requises pour couvrir les champs concernés par la bourse, les nouveaux membres proposés sont tous des hommes, ce qui aboutit à un nouveau comité marqué par une disparité nettement accentuée : 12 hommes et seulement 2 femmes. Nous soulignons par ailleurs que le conseil scientifique est, lui, entièrement masculin.
Concernant la taille du comité et les disciplines représentées, il nous semble important de clarifier qu’au fil des années où nous avons siégé au sein de ce comité, nous avons observé une érosion du nombre des candidatures (178 en 2014 à 98 en 2018), ce qui entraîne mécaniquement une baisse du nombre de dossiers à évaluer : ainsi, si nous en avions une vingtaine par rapporteur en 2013, en 2018 leur nombre était tombé à une dizaine. Les disciplines les plus affectées ont été l’histoire de l’art et l’archéologie. Cela a conduit notre collègue rapporteur en histoire de l’art à démissionner après les évaluations de 2014, faute de dossiers suffisants et/ou pertinents dans sa discipline. En effet, ces candidatures comme celles de certaines autres disciplines connexes aux sciences sociales, sont souvent écartées car elles ne satisfont pas l’un des critères fondamentaux d’attribution des bourses, à savoir des recherches empiriques menées sur le terrain à l’étranger durant une période d’au moins six mois, et généralement plus. Quant au spécialiste d’archéologie, il a été amené à évaluer des dossiers ne relevant pas de sa discipline.
Dans ce contexte, nous avons peine à comprendre l’intégration de nouveaux évaluateurs venant, soit d’une discipline hors du champ des bourses (la géographie), soit d’autres (histoire de l’art et, dans une moindre mesure, l’archéologie) où les candidatures sont inexistantes ou peu nombreuses. Par ailleurs il faut que vous sachiez que, depuis leur instauration, les candidatures aux bourses de la Fondation Martine Aublet peuvent être présentées en anglais, et ces dernières ont toujours été évaluées chaque année au même titre que les autres. Le nombre de candidatures n’est donc pas bridé par la langue.
Enfin, nous nous permettons de revenir sur la spécificité des bourses de master et de doctorat qu’attribue la fondation Martine Aublet, qui sont vouées à financer des recherches de terrain. Le comité des rapporteurs porte une attention méticuleuse à évaluer, outre l’originalité et la qualité théorique des projets, les méthodologies d’enquêtes de terrain et leur faisabilité, en se fondant sur les connaissances approfondies des contextes socioculturel, linguistique, historique et politique qu’ont les experts régionaux dudit comité. Selon les critères habituels, être expert ou « spécialiste » d’une aire culturelle extra-occidentale implique la maîtrise orale et écrite d’une langue aréale en conséquence des années passées sur le terrain ; la publication d’articles de revues rankées et d’ouvrages universitaires focalisés sur cette aire ; et la capacité à dresser sur la zone un état des lieux des recherches récentes et en cours, matérialisée par un positionnement institutionnel à l’interface des réseaux internationaux animant ces dernières. Par ailleurs, au vu des dossiers de candidatures présentés chaque année, il nous semble que le renouvellement du comité des évaluateurs bénéficierait grandement de l’arrivée de spécialistes de la Mélanésie, de la Micronésie, de la Polynésie, de l’Asie centrale et sibérienne, de l’Asie du sud-est, de l’Australie aborigène, des Caraïbes ou du continent amérindien. Ce type d’expertise approfondie nous paraît en effet indispensable à une sélection des dossiers en adéquation avec les ambitions de la Fondation Martine Aublet, telle qu’elle s’est exprimée jusqu’à présent, et avec les critères de scientificité des disciplines concernées 
Au vu des statuts des nouveaux membres qui ont été ajoutés au comité des rapporteurs, nous nous demandons finalement s’il n’y a pas une confusion sur l’instance où ceux-ci auraient pu/dû se retrouver puisque leurs titres les placeraient plus naturellement au sein du conseil scientifique. Dans le modèle antérieur du comité des évaluateurs, approuvé par la Fondation et le musée, ce sont des chercheurs jeunes mais confirmés à qui il était demandé de s’impliquer dans ce premier niveau d’évaluation des candidatures, étalé sur plusieurs jours. Les nominations effectuées remettent sérieusement en cause le modèle qui a bien fonctionné jusque-là. 
Nous tenons également à exprimer que les pratiques de nomination d’un tiers de nouveaux membres, sans consultation des membres de la commission scientifique, ne respectent pas l’esprit collégial de notre travail qui jusque-là a fait ses preuves, ni les normes du métier de chercheur tel que nous le pratiquons. 
Ainsi, les modifications intervenues dans la composition du comité nous semblent traduire un changement de politique scientifique en matière de soutien à la recherche, et nous souhaiterions être informés des raisons de cette réorientation si elle devait se confirmer. Nous serions bien sûr disponibles pour vous rencontrer et échanger de vive voix à ce sujet.
Bien cordialement, 
Les membres du comité de rapporteurs de la Fondation Martine Aublet
Laurent Berger, Stéphane Gros, Yazid Ben Hounet, Nicolas Jaoul, Philippe Nondédéo, Anne-Christine-Trémon, Valentina Vapnarsky.
Laurent Berger, maître de conférence à l’EHESS, Laboratoire d’Anthropologie Sociale
Stéphane Gros, chargé de recherche CNRS, Centre d’études himalayennes
Yazid Ben Hounet, chargé de recherche CNRS, Laboratoire d’Anthropologie Sociale
Nicolas Jaoul, chargé de recherche CNRS, Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux 
Philippe Nondédéo, chargé de recherche CNRS, Archéologie des Amériques
Anne-Christine Trémon, Maître d’enseignement et de recherche, Université de Lausanne, Laboratoire d’anthropologie culturelle et sociale
Valentina Vapnarsky, directrice de recherche CNRS, Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative

Lettre du 27 mai 2019
Cher collègue,

Nous nous étonnons de ne pas avoir eu un retour de votre part au sujet des interrogations et des inquiétudes qui vous ont été exprimées par une grande partie de notre commission, dans un message qui vous a été adressé le 4 avril dernier (et que nous vous remettons ci-dessous). 
Nous souhaiterions pouvoir vous rencontrer rapidement afin de dissiper certains doutes et obtenir des garanties quant au principe de collégialité dans les prises de décisions de notre commission, principe qui nous a toujours animés dans notre fonctionnement.
Le processus d’évaluation des candidatures débutant le mois prochain, il est fondamental pour les chercheurs et évaluateurs que nous sommes, d’avoir des réponses claires aux préoccupations soulevées, et ce, avant le début dudit processus d’évaluation.
Bien cordialement,
Les membres du comité de rapporteurs de la Fondation Martine Aublet
Laurent Berger, Stéphane Gros, Yazid Ben Hounet, Nicolas Jaoul, Philippe Nondédéo, Anne-Christine-Trémon, Valentina Vapnarsky.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.