Colloque : S’associer une pratique fondatrice des sociétés. Vendredi 14 & samedi 15 juin 2019 MONTPELLIER

COLLOQUE EUROPÉEN DE L’ASSOCIATION FRANÇAISE DES ANTHROPOLOGUES & DU BISTROT DES ETHNOLOGUES.

À L’UNIVERSITÉ DE MONTPELLIER, SITE SAINT-CHARLES
ACCÈS LIBRE 71 RUE DU PROFESSEUR HENRI SERRE – ARRÊT DE TRAM « PLACE ALBERT 1ER » www.ethnobistro.fr

À l’occasion des 40 ans de l’Association Française des Anthropologues et des 25 ans du Bistrot des ethnologues, dans un contexte social et politique tendu associé à une supposée
« crise des solidarités » et à de nouvelles formes de lutte, il nous paraît nécessaire de s’interroger sur les racines des engagements, leurs causes et les multiples manières de se
fédérer aujourd’hui, à la fois complexes et inédites.
Un double constat se donne à notre réflexion. Nous vivons dans des sociétés où les inégalités socio-économiques, dénoncées avec force dans le récent mouvement des gilets jaunes, font
partie des nouvelles dynamiques historiques, même si la pauvreté tend à globaliser les forces vives de l’immigration et mobilisent aujourd’hui autour de l’agency – tout en empruntant
certains modes d’affichage et des logiques propres aux formes d’organisation traditionnelle (affinité culturelle ou élective, ritualisation des pratiques, pactisation…).
Ce colloque est un appel à l’analyse et à la discussion autour de différentes expériences associatives locales, nationales, et européennes.

Il n’a pas pour objet principal les formes associatives dans leur dimension historique, vise à interroger leurs dimensions contemporaines :la professionnalisation des associations, l’impact du numérique, les fonctions du bénévolat et son utilité sociale, les expérimentations de la démocratie participative et les solidarités nouvelles des femmes et des hommes qui la vivent.
Les formes actuelles de l’engagement liées à l’exercice de la réflexivité des acteurs (signe à la fois de leur autonomie et de leur vulnérabilité) invitent les anthropologues à une réflexion
singulière. Plus encore, que signifie une implication associative en lien avec la recherche en sciences sociales ou issue de celle-ci ? Une approche réflexive vis-à-vis de nos propres
manières de nous associer, de la multiplicité des usages et rapports à nos disciplines et des liens construits et à construire avec d’autres groupes et collectifs et leurs combats est
également valorisée.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.