Groupe de Travail “Patrimoine”

Groupe de Travail “Patrimoine” Née dans les musées, l’anthropologie a migré après-guerre à l’université. De ce mouvement est restée une fracture d’autant plus profonde que l’origine muséale servait de repoussoir à certains discours “progressistes”. Nous avons hérité de cette fracture sans la critiquer, instaurant un clivage durable entre les métiers du patrimoine et ceux de la recherche universitaire. La discipline a-t-elle besoin de ses musées? La sphère patrimoniale peut-elle être reconnue par les chercheurs comme porteuse de propositions innovantes, dans le domaine de la culture matérielle comme dans celui du patrimoine immatériel ? Prenant acte de la faiblesse du soutien académique lors de la destruction des principaux musées nationaux comme de la discrétion des métiers du patrimoine lors des Assises[[Voir le site des Assises de l’ethnologie et de l’anthropologie en France]], il s’agit de rétablir une confiance. Face aux questionnements de l’anthropologie quant à une redéfinition de son rôle et sa fonction, il est temps qu’un nouvel horizon se dégage autour d’une relation constructive entre ces deux versants de la discipline. Coordination : Frédéric Maguet


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search