Congrès Afea 2015. Derniers appels à communications dans les ateliers acceptés.

Congrès Afea. Toulouse du 29 juin au 2 juillet 2015. Vous trouverez en suivant les textes des deux ateliers, ainsi que les personnes à contacter. L’héritage de Prométhée. De la démesure en science et technique La mythologie dit qu’en procurant le feu et les techniques aux hommes, Prométhée a agi en leur faveur. Or, si l’on examine aujourd’hui les technologies mises au point et utilisées, on constate que l’Homme a pris le pouvoir sur la matière, en dépit des conséquences parfois malheureuses de ses actes sur son environnement tant humain que physique. Cette démesure, alliant contrôle, volonté de maîtrise, oubli de l’humain, est la contrepartie d’une amélioration certaine de conditions de travail et de vie. Les enjeux de cette transformation du monde sont multiples et peuvent être appréhendés sous différents angles. Celui des rapports que nous entretenons avec les technologies – de la vision techniciste à l’idéologie de la décroissance -, celui des limites que nous établissons entre amélioration et dégradation, celui de la place dévolue à l’Homme dans un univers qu’il transforme, ou celui de l’accès pour chacun aux débats sur les choix scientifiques et techniques, etc. Les discours à l’égard des sciences et techniques – et les conceptions du monde qu’ils révèlent – varient grandement en fonction des groupes considérés – du lanceur d’alerte au prix Nobel de physique – et des champs des possibles dont ils disposent. A l’heure où l’innovation devient une injonction, nous prendrons le temps, dans cet atelier, de nous intéresser aux prises de position à l’égard de la démesure technique. A partir de situations variées – du nucléaire à l’agriculture mesurée – nous aborderons les questions posées autour de ce thème. Pour faire une communication dans cet atelier, merci de remplir le fichier joint et le faire parvenir avant le 2 janvier 2015 à : Françoise Lafaye : Lafaye@entpe.fr Anne-Sophie Sayeux : sayeux.annesophie@gmail.com La démesure au prisme de l’écologie humaine : entre biologie et culture, environnement et société Considérant que « l’objectif d’une écologie scientifique humaine (…) est de mesurer ensemble le social et le biologique » (J.Robin, 1991), cet atelier proposé par la Société d’Ecologie Humaine discutera l’idée de «démesure » selon deux significations qui croisent les domaines du biologique et du social de manière à la fois quantitative et qualitative : 1- ce qui ébranle les systèmes de mesure existants et engage un processus de dé-construction (dé-mesure)/ re-construction de la mesure. Ainsi, de nouveaux outils et techniques, notamment en neurosciences, conduisent à modifier les normes et l’éthique (ex : handicap), les catégories (ex : population/épidémiologie), les limites (ex : humanité/animalité), etc. 2- ce qui, par sa nature mal connue ou son ampleur, dépasse nos capacités à mesurer : changement climatique (capacité d’adaptation à des situations extrêmes, avenir de l’espèce humaine) ; biodiversité ; mobilité des populations (modification des modalités d’accès aux ressources, intensification des échanges de gènes et de virus, déstabilisation des circuits de production et de consommation, etc.) A partir de ces approches complexes des phénomènes biologiques, écologiques et sociétaux, la discussion s’articulera autour de quelques points non exhaustifs : comment transformer le démesuré en mesurable (exemple des dispositifs de recherche, des APR) ? Pourquoi mesure-t-on pour qui, qui dé-mesure (ex : interprétations politiques) ? Peut-on décider sans mesures, sans chiffres ? Pour faire une communication dans cet atelier, merci de remplir le fichier joint et de le faire parvenir avant le 2 janvier 2015 à : Morgane Gibert : morgane.gibert@univ-tlse3.fr Marie-Dominique Ribereau-Gayon : mdribereau-gayon@wanadoo.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.