Conduire une thèse Cifre en anthropologie, rencontre avec Clara Ruestchmann

Clara Ruestchmann est en thèse de doctorat à l’EHESS sous le régime CIFRE (convention industrielle de formation par la recherche). À ce titre, elle est membre de l’Association des doctorant·es et docteur·es Cifre en SHS (ADCIFRE SHS) qui organise des évènements en ligne et en présentiel tout au long de l’année.
Vous pouvez consulter leur site ici : https://adcifreshs.wixsite.com/adcifreshs

Ta thèse Cifre, c’est avec quelle structure et tu y fais quoi ?

Je réalise ma thèse Cifre (convention industrielle de formation par la recherche) au sein d’une agence d’architecture parisienne. J’ai la double casquette de doctorante et de responsable de projets artistiques et culturels ; je suis notamment chargée d’accompagner les architectes dans leurs collaborations avec des artistes plasticien·nes (pour la réalisation d’œuvres d’art pérennes), de réaliser des expositions et de suivre des projets éditoriaux. Ce n’est pas le cas de toutes les Cifre, mais une partie de mon terrain s’effectue au sein de l’entreprise d’accueil. C’est-à-dire que les missions que je mène, les projets que je suis, les réunions auxquelles j’assiste et, plus largement, la vie quotidienne au sein de l’agence d’architecture, font donc partie intégrante de mon terrain ethnographique.

Si nous t’écoutons bien, nous pourrions dire que tu as trois métiers en plus de celui de chercheuse ! Est-ce que tu mobilises des façons de faire, des démarches que nous pourrions penser spécifiques aux anthropologues pour ces différentes casquettes ?

Tout cela fait en effet beaucoup, mais il me semble que la démarche d’anthropologue aiguille considérablement ces missions opérationnelles. J’ai ainsi réorienté certaines manières de concevoir les expositions dont j’ai la charge à la lumière de mon approche de terrain, en réfléchissant davantage au lieu d’exposition et à ce que cela signifie de réaliser un accrochage au sein-même d’un lieu de travail. Mes observations ethnographiques, portant entre autres sur la façon dont les architectes s’emparent (ou non) de l’exposition installée au sein de leurs locaux, ont contribué à modifier la manière dont j’ai pensé les expositions suivantes. Dans mon cas, les multiples casquettes professionnelles induites par la position en Cifre ont toutes été transformées par la posture d’ethnographe et m’ont amenée à imaginer autrement certaines de ces missions opérationnelles. Et inversement, ces missions sont, à mon sens, utiles à l’apprentissage du métier d’anthropologue. À titre d’exemple, le travail d’édition que j’ai mené, qui se trouve au croisement de ces différents univers, représente un apprentissage certain pour le monde de la recherche.

Comment as-tu monté ta Cifre ?

Il existe plusieurs cas de figure pour monter une Cifre. Il est possible de répondre à un appel à candidature à l’initiative d’une structure mais, pour ma part, j’ai monté moi-même mon projet. J’ai tout d’abord cherché une direction de thèse pour m’accompagner et c’est finalement avec le soutien d’Anne Monjaret (qui avait déjà dirigé des thèses de doctorantes en Cifre) que j’ai poursuivi. J’ai ensuite contacté des structures pour leur soumettre un préprojet de thèse et une agence d’architecture m’a confirmé son intérêt pour mon projet. Sur les six mois qui ont suivi, j’ai réécrit et développé ce dernier, de manière à mieux correspondre à certains des intérêts de l’agence, puis je l’ai transmis à l’ANRT (Association Nationale Recherche Technologie) dont le processus d’expertise et de validation des projets prend plusieurs mois. J’ai officiellement commencé mon contrat en janvier 2022, quelques mois après mon inscription à l’EHESS et environ un an après le début des démarches.

Le contrat a une durée de trois ans et j’ai un statut de doctorante-salariée en CDD. La structure touche, quant à elle, une subvention de l’ANRT (14 000€ annuels) ainsi que des CIR (crédits impôts recherche). Je suis à mi-temps physiquement dans leurs locaux et le reste du temps sur mes autres terrains et au sein du laboratoire. Cependant, la démarche anthropologique et la place prépondérante du terrain dans les premières années m’ont finalement conduite à adopter un temps de présence dans l’agence qui tend à être plutôt dégressif – plus de temps au sein de la structure la première année et moins la dernière pour laisser du temps à la rédaction de la thèse.

Pourquoi le choix de la thèse Cifre, quels sont ses plus ?

Il était important pour moi de réaliser une thèse qui me permette d’être intégrée au sein d’une structure et de trouver un équilibre entre des tâches de recherche et des tâches de mise en œuvre de projets – ici des projets de commissariat d’exposition et des projets d’œuvres pérennes. Mais, outre cette envie personnelle, je me suis assez rapidement rendu compte de ce que me permettait la Cifre en termes d’accès au terrain. En effet, ma thèse porte sur les œuvres d’art conçues en contexte architectural dans le Grand Paris, plus particulièrement sur leur conception, leur fabrication ainsi que leur installation au sein des chantiers du BTP. Or, l’accès aux zones de chantier reste particulièrement complexe et contraint – notamment pour des chantiers comme ceux des Jeux olympiques et paralympiques que j’ai eu l’occasion de suivre. Le fait d’être « introduite » par les architectes sur les chantiers et de disposer d’une casquette de professionnelle participante « ayant une raison d’être là » dans la réunion a considérablement facilité mon accès à ces espaces. Le fait également que certain·es de mes interlocuteur·ices s’adressent à moi comme à une collègue a contribué à mon intégration, aussi bien au sein de l’agence d’architecture que sur les chantiers.

Travailler pour une agence, un laboratoire, une école doctorale… ça fait, là encore, beaucoup. Comment tout cela dialogue-t-il ?

Je dirais qu’il s’agit en effet d’un des défis de la Cifre : celle de composer avec des attentes très différentes et parfois peu compatibles. Le temps de la recherche n’est pas celui de l’entreprise qui attend qu’on produise des « résultats » et ce qu’elle qualifie de « livrables », ayant une portée productive. À l’inverse, le milieu académique des SHS demande parfois de produire des thèses qui sont d’une durée très éloignée des trois ans de la Cifre, et du contrat de travail qui nous engage théoriquement à remettre nos thèses sous ces trois ans. Il faut donc arriver à composer avec ces attentes, à trouver un équilibre et à négocier avec sa structure, son laboratoire et ses terrains.

Et en termes de contraintes liées à ton contrat Cifre, dois-tu faire des compromis ?

En tant que doctorante-salariée, je suis en effet partie prenante de mon terrain et je dois répondre à une hiérarchie au sein de la structure d’accueil. Cette position n’est pas toujours évidente et interroge notamment sur la posture critique qu’on peut adopter, en tant que chercheur·euse. Comment construire un propos analytique critique, propre à la recherche, sur l’entreprise qui nous embauche ? Dans mon cas, il a été clairement établi dans le contrat de collaboration (entre l’entreprise et le laboratoire) que le suivi scientifique était opéré par ma direction de thèse et mon laboratoire et jamais par l’entreprise, afin de me garantir une liberté de recherche et d’analyse. La structure a toutefois un droit de regard sur l’usage de ses données internes (documentation, images, discours), au même titre que dans toute autre enquête.

Aussi, afin de me ménager une certaine distance critique et d’éviter d’avoir à censurer mes publications, j’ai entrepris de mener en parallèle de mon terrain au sein de l’agence d’autres ethnographies dans le Grand Paris (notamment sur les chantiers du Village des athlètes et des gares du Grand Paris Express auxquels ne contribuait pas l’agence), de manière à disposer de données pouvant me permettre de monter en généralité. C’est la position en Cifre qui m’a assez rapidement amenée à me poser cette question de la multiplicité des terrains et des lieux d’observations pour anticiper les contraintes, liées aux publications notamment, qui pouvaient émerger plus tard dans la thèse.

Être anthropologue en Cifre, qu’est-ce que ça implique par rapport à tes interlocuteur·ices, en termes d’éthique notamment ?

Cifre ou pas Cifre, le rapport qu’entretient l’anthropologue avec ses interlocuteur·ices doit bien entendu toujours être interrogé. Le fait d’être présente de manière prolongée dans la structure, et surtout de revêtir la casquette de « collègue », m’a ainsi à plusieurs reprises posé question éthiquement. Si mes interlocuteur·ices sont systématiques informé·es de ma posture d’ethnographe, le fait de se côtoyer sur le temps long a pu conduire à faire oublier cette position, notamment lors de moments informels « d’afterwork ». Trouver un équilibre entre s’intégrer, et ainsi avoir accès à des sphères plus intimes, et rappeler le cadre de l’enquête, est passé dans mon cas par plusieurs stratégies : discuter de manière informelle de ma recherche au fil de l’enquête, présenter une petite exposition de photos de terrain dans l’agence, proposer un temps de restitution et de discussion, solliciter les architectes sur des relectures ponctuelles (notamment de schémas ou de parties relatives à leurs méthodes de travail). Savoir comment engager ses interlocuteur·ices dans la recherche n’est pas toujours évident et cette question méthodologique se trouve aujourd’hui au cœur de mes interrogations.

Qu’est-ce qui, à ton avis, a pu être déterminant pour que tu sois recrutée dans une agence d’architecture ? Qu’est-ce que les personnes attendaient d’un travail ethnographique ?

N’étant pas moi-même formée en architecture, je pense que le regard extérieur que je pouvais porter sur le travail des architectes a intéressé la structure. Ses directeurs y ont vu, à mon sens, une manière de disposer d’un regard critique ainsi que d’un retour réflexif sur leurs pratiques. Très tôt, ils m’ont demandé de proposer des méthodes de travail pour « structurer les processus », dans une optique de meilleure circulation des informations et de définition des responsabilités. La visée productiviste qui m’était assignée m’a interrogée et ainsi encouragée à mieux expliquer à l’agence la posture de l’anthropologue, notamment pour transmettre une compréhension de la distinction entre un travail de recherche et un travail « d’audit ». Avec l’avancée de la thèse, je remarque de nouvelles attentes de la structure en termes de communication et de diffusion des connaissances, dont une demande de publication d’articles (scientifique ou de presse) et d’interventions dans des évènements (universitaires ou non).

Finalement, j’ai noté au cours de ma Cifre de fortes attentes en termes de lien social, c’est-à-dire avec l’idée que l’anthropologue pourrait permettre d’ouvrir des espaces d’échange, avec l’organisation d’évènements ponctuels principalement (vernissages, visites d’expositions, discussions) pour impliquer les employé·es. Si ces attentes ont parfois pu être difficiles à satisfaire, elles m’ont globalement permis de mieux comprendre la « culture » revendiquée par cette entreprise et d’observer en quoi les expectatives reposant sur l’anthropologue pouvaient être représentatives des dynamiques internes à la structure et de ses ambitions.

Comment transmets-tu à la structure d’accueil le travail que tu as effectué au cours de ta thèse ?

Cette question de comment partager ce que j’ai mené comme recherche m’interroge à plusieurs égards. Il me semble important tout d’abord de ne pas promettre à la structure des « solutions » pensées comme une valorisation dite productive du temps de recherche, mais plutôt de réfléchir à ce qu’on peut laisser comme pistes de réflexion dont la structure et ses employé·es peuvent s’emparer, ou non. Il me semble également qu’il peut être utile, voire nécessaire, de réfléchir à ce qu’on laisse de manière différenciée aux divers interlocuteur·ices qui nous ont accordé du temps : la direction qui m’a embauchée attend quelque chose qui n’est pas ce qu’attendent les architectes et qui n’est pas non plus ce que peuvent attendre les artistes et les autres professionnel·les avec lesquels j’ai été amenée à échanger. L’ensemble des documents mis en forme et des supports de travail que j’ai produits au cours de ma thèse reviendront à l’entreprise, les photographies de terrain que j’ai prises seront remises aux artistes et aux architectes concerné·es et d’autres formes de partage restent encore à imaginer.

AFEA, Commission « métiers de l’anthropologie », mars 2024

 



Citer ce billet
Roxane Jupin (2024, 11 mars). Conduire une thèse Cifre en anthropologie, rencontre avec Clara Ruestchmann. AFEA - Association française d'ethnologie et d'anthropologie. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vzyw

Roxane Jupin

Chargée de valorisation de la recherche en appui aux politiques publiques chez INRAE

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search