Colloque SEF-AFEA – Les multiples contours de l’ethnologie – 26 mai 2023 – 8h30-17h30

L’AFEA s’est associée avec la Société d’ethnologie française (SEF) pour organiser un colloque qui ambitionne de faire le point sur les contours de la discipline, à partir de cas concrets.

Les multiples contours de l’ethnologie. Rencontres et dialogues autour de ses métiers, compétences et usages” se déroulera le vendredi 26 mai 2023 de 8h30 à 17h30 sur le Campus Condorcet, dans le Centre de colloques, situé Place du Front populaire à Aubervilliers (Métro 12).

Accès en ligne :  Rencontres Contours de l’ethnologie
ID Space : 909-433-380.

Par téléphone, les numéros sont accessibles ici : Accès telephone

Le programme est accessible ici en format pdf.

 

 


Programme de la journée

08h30 : Café, accueil des participants

09h09h30 : Introduction générale

-Mot d’introduction de Christelle VENTURA, anthropologue, directrice de la vie scientifique et des partenariats, Campus Condorcet, et cofondatrice du cabinet Humalis.
-Mot dintroduction de la présidente de la SEF, Anne MONJARET, et de la présidente de lAFEA, MariePierre JULIEN.


09h3011h Ethnologie dans la didactique scolaire


EGOUNLETI Ludivine (ingénieur pédagogique) : Le métier dingénieure pédagogique à lINALCO
MARINELLI Alessandro (enseignant école primaire) : La musique comme objet, lanthropologie comme méthode

PINOTEAU Sandrine (enseignante dans le secondaire) : Le Projet Ethno : initier à lethnologie en collège

11h0012h30 Ethnologue à la croisée des mondes professionnels

BOUTET Clara (Doctorante en anthropologie sociale, CIFRE), Contourner le cursus académique pour y revenir : détours pour la construction dune légitimité
DUNOYER Christiane (Centre détudes francoprovençales de SaintNicolas), Enquêtes télévisées et médias, quelques exemples de pratiques de l’ethnologie de proximité réalisées en Vallée d’Aoste

LECLERCQ Maya & PAULET Matiline (Sociotopie) : Recherche académique en sciences sociales et sciences sociales appliquées : dualité ou continuité


12h3014h00 Déjeuner

14h0016h30 Costructuration des métiers


-VAN EFENTERRE Marie (chercheuse en anthropologie, traductrice littéraire), Une affaire de langage ? De lanthropologie à la traduction, et
viceversa.

FERRÉ Marc (agent dassurance, formé en ethnologie) & VILLETTE Michel (professeur de sociologie émérite), Dialogue entre un universitaire et un assureur à propos de leurs pratiques respectives de lethnologie en entreprise.

TESSIER Stéphane (ancien médecin tropicaliste, Dr Sciences de léducation), Lanthropologie appliquée en santé : entre académisme et pragmatisme

DADOUR Stéphanie (MCF SHS), Que fait lethnographie à larchitecture ?

HUCTIN JeanMichel (MCF, ancien éducateur et enseignant), Résilience inuit : une ethnologie sensible du travail social avec les jeunes Inuit du Groenland


16h3016h45 Pause

16h4517h30 Atelier de clôture


-Commission métiers de lAnthropologie de lAFEA : autour des fiches métiers

-Comité dorganisation : échange avec les participants sur les actions à mener pour la suite


 
PARTICIPANTS (Résumés et biographies)

Clara BOUTET est doctorante en anthropologie sociale au Laboratoire interdisciplinaire en études culturelles (LinCS, UMR 7069) à l’université de Strasbourg. Elle bénéficie d’un financement Cifre au sein du GIE des Assurances du Crédit Mutuel.

Je propose de revenir sur les aspects de la construction du rôle de l’anthropologue au sein d’une équipe pluridisciplinaire dans le cadre d’une mission d’observation ethnographique devenue ensuite l’objet de ma thèse, alors même que je pensais me détourner du monde académique. Le cadre professionnel impose une contenance et interroge le sentiment de légitimité. Pour être crédible ici, il a fallu donner un prix à la tâche, s’armer d’assurance puis se différencier par les outils et les techniques de l’enquête ethnographique par observation participante. A quelles politiques l’enquête répond-elle dès lors que la participation fait l’objet d’une rémunération ? Comment se présenter au sein d’une équipe de travail, pour endosser quelles tâches et selon quelles compétences ? L’exigence du « temps long » et d’une distance par rapport à l’objet ont justifié une présence silencieuse, caractérisée par la prise de notes en réunion comme dans les moments informels.



Stéphanie DADOUR Maîtresse de conférences en SHS à l’Ensa Paris-Malaquais, Stéphanie Dadour est affiliée à l’Institut Convergenes Migrations depuis 2019
L’architecture fréquente des champs de savoirs et des pratiques multiples. Dans l’histoire récente de la discipline, les années 1960 sont marquées par les approches pluri ou multidisciplinaires, tant dans la profession que dans les écoles d’architecture de l’après 68 où s’institutionnalise la recherche.

Aujourd’hui co-fondatrice de l’agence Dadour de Pous architecture, docteure en architecture, enseignante en SHS à l’ENSA Paris-Malaquais, chercheuse au laboratoire ACS UMR AUSser et à l’IC Migrations, je souhaiterai poser une réflexion sur les croisements entre architecture et regard ethnographique. Dans ces différentes pratiques -professionnelles, d’enseignement et de recherche-, que permet le croisement architecture-shs, quelles en sont les limites ? Quelles compétences et méthodes sont mobilisées ? Et surtout, dans les itérations entre enseignement, recherche et pratique professionnelle, quelles appropriations des shs pour faire de l’architecture. Quatre notions seront visitées à l’aune de ces croisements : la rencontre, le projet, les communs et la qualité spatiale.

 Parmi ses publications Des voix s’élèvent : les féministes s’expriment (Éditions de la Villette, 2022), Enseigner l’architecture à Grenoble. Une histoire, des acteurs, une formation (avec S.Le Vot, Éditions Recherches, 2022), The Housing Project. Discourses, ideals, models and politics in 20th century exhibitions, (avec G. Caramellino, Leuven University Press, 2020), et Le Pôle Molière aux Mureaux, (Archibooks, 2015).


Christiane DUNOYER est docteur en anthropologie. Spécialiste de l’aire alpine francoprovençale, elle dirige depuis 2015 le Centre d’études francoprovençales de Saint-Nicolas, Vallée d’Aoste (Italie) et réalise des documentaires ethnographiques.

Entre 2013 et 2020, une ethnologue travaillant dans la région italienne de la Vallée d’Aoste a conçu et réalisé une enquête télévisée avec la collaboration de la télévision italienne RAI : 56 émissions de 25 minutes chacune et environ 200 personnes interviewées. L’enquête consistait en un nombre précis de questions, sur les représentations de « la tradition » et la légitimité d’une « muséification de la tradition ».
Seront décrites les principales pratiques mises en place pendant l’enquête télévisée (en plaçant l’accent sur le triangle enquêteur – informateur – spectateur), ainsi que l’impact des médias sur la dimension scientifique de l’enquête dans une démarche d’étude de la proximité. L’exemple du Centre d’études francoprovençales permettra de souligner la relation des chercheurs vis-à-vis des communautés qui sont à la fois, ou à tour de rôle, leur objet de recherche et les destinataires des résultats.


Jean-Michel HUCTIN Maître de conférences en anthropologie au sein du laboratoire CEARC (Cultures, Environnements, Arctique, Représentations, Climat) à l’Observatoire (OVSQ) de l’Université de Versailles St-Quentin-en-Yvelines (UVSQ) / Paris-Saclay. Cofondateur de l’Uummannaq Polar Institute (UPI) au Groenland

Sujet tabou et complexe à étudier, la maltraitance des enfants (défaillances éducatives, violences physiques, psychologiques et sexuelles) a longtemps été négligée par les sciences sociales, surtout au sein de populations non-occidentales et alors qu’elle revêt une importance majeure pour leur bien-être et leur avenir. Au Groenland, où de nombreux récits historiques ont révélé que les familles élevaient leurs enfants avec la plus grande affection, elle est pourtant devenue l’un des symptômes transmissibles les plus graves de souffrances liées aux bouleversements sociaux qui remontent à l’époque coloniale et l’un des plus grands défis d’une population inuit qui aspire à l’indépendance politique. Comment étudier en contexte autochtone ce qui est sans doute l’un des pires problèmes sociaux et que certains spécialistes considèrent même comme « l’un des domaines les plus difficiles et problématiques de la recherche en sciences sociales » ? Travaillant depuis longtemps dans une maison d’enfants située dans une communauté inuit dont il parle la langue, l’auteur de cette étude, qui n’était pas anthropologue avant de la commencer, a transformé son expérience personnelle singulière en atout méthodologique : il a construit une « participation observante », au sens d’une relation ethnographique à la fois profondément impliquée et respectueuse, qui a rendu possible l’examen de l’intime sur un terrain sensible. Cette approche lui a notamment permis de mettre en lumière les facteurs de résilience des jeunes pensionnaires qu’il a accompagnés au cours de nombreuses activités socio-éducatives originales profondément adaptées à leur culture et ouvertes sur le monde.


Alessandro MARINELLI est docteur en sociologie et anthropologie, diplômé de l’Université Lumière Lyon2 (Lyon) et rattaché au laboratoire EVS (Environnement, Ville, Société). Il est aussi pianiste, diplômé de conservatoire et enseignant contractuel de piano et de formation musicale.

La présente communication est centrée sur les voies d’enseignement-apprentissage musical au croisement
entre contenus de pédagogie musicale et manières anthropologiques de les apprendre. Le cœur du sujet et
du débat porte sur le milieu d’une école primaire de la campagne lyonnaise où l’enseignement pianistique
et de la formation musicale (décliné en forme de cours particuliers et collectifs d’« éveil musical ») est calé sur les temps périscolaires de la part de je soussigné, en qualité d’enseignant contractuel. En s’inscrivant dans les mouvances contemporaines de renouvellement éducatif de la transmission musicale, cette contribution explore les possibilités liées au rapport étroit entre transmission et (ré)production créative de connaissances relatives au patrimoine vivant de musiques classiques et populaires. Plus précisément, en prenant comme modèle empirique les situations de quelques cours individuels et collectifs comparés par le biais de la participation observante (et restituées à l’aide, entre autres de traces enregistrées qui seront montrées au public), sont exposées les réactions des élèves témoignant d’une appropriation pédagogique ‘réussie’– ou pas, selon les cas – au vu des objectifs initiaux du professeur. Ceci, afin de mieux saisir en retour la qualité des échanges intellectuels et émotionnels entre professeur et élève au gré de la compréhension pointue de l’altérité, mot clé commun à l’art et à l’anthropologie, ainsi qu’à leurs respectives éducations et possibles acquisitions.


Sandrine PINOTEAU est professeure certifiée de français en collège depuis 28 ans et diplômée en ethnologie et anthropologie de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales.
L’enseignement de l’ethnologie est habituellement réservé à l’université. Pourtant Sandrine Pinoteau, professeure de français formée à cette discipline, initie ses élèves de collège à celle-ci depuis de nombreuses années : ateliers en classe, enquêtes de terrain, sorties pédagogiques en musée, visites à l’école d’anthropologues et de personnalités autochtones… Pourquoi et comment intégrer l’ethnologie dans le secondaire ? Cette expérimentation pédagogique, aujourd’hui menée dans un collège membre du Réseau des Écoles Associées de l’UNESCO, a été reconnue comme innovante par l’Éducation nationale.


SOCIOTOPIE

A travers notre expérience au sein de Sociotopie, coopérative de Sciences humaines et sociales appliquées, nous explorerons les différences, points communs et pistes de collaboration entre l’exercice du métier de socio-anthropologue « dans » et « hors » milieu académique. Si le cœur de notre métier est commun avec l’exercice de nos disciples à l’université, il existe néanmoins quelques tendances différenciantes. La recherche appliquée garde une portée opérationnelle, elle a vocation à produire et accompagner l’action (publique dans notre cas), ce qui n’est pas (toujours) le cas de la recherche fondamentale.

C’est notamment à ce titre (produire des connaissances vs « fournir des solutions ») que les deux approches peuvent être complémentaires (Ghorra-Gobin 2000). Malgré un cœur de métier similaire, et de nombreux intérêts à travailler conjointement, il existe pourtant encore une coupure assez nette entre activités de recherche et expertise, à laquelle de nombreux chercheurs et experts appellent à mettre fin (Bacqué 2015; Barbier et al. 2013; Bouju 2011).


Stéphane TESSIER Médecin. Biographie résumée en quatre étapes-décennies : 1980 médecin tropicaliste en Afrique Australe et dans l’humanitaire ; 1990 Centre International de l’Enfance : Protection maternelle et infantile et enfants des rues ; 2000 CRESIF : éducation pour la santé et populations en grande précarité ; 2010 santé publique en municipalité et enseignant chercheur à l’université. 2020, retraité : formations et recherches dans le domaine de l’interculturalité.
Fondateur de l’Association REGARDS (Repenser et Gérer l’Altérité pour Refonder la Démocratie et les Solidarités).

Dans la filiation de la « santé communautaire », puis de l’anthropologie médicale appliquée à la médecine et à la santé (AMADES) de Jean Benoist, mon parcours m’a progressivement amené à analyser les souffrances des professionnels des institutions (justice, éducation, social, et santé) dans leurs interactions avec un public diversifié dans toutes ses dimensions : classes sociales, générations, religions, pays d’origine, etc., dont ils ne comprennent pas les réactions, ou, pire, regrettent leur absence de compliance. Dans une démarche pluridisciplinaire menée avec le regretté Etienne Le Roy, anthropologue du droit, nous avons suivi depuis les années 90 un certain nombre d’actions depuis l’intermédiation culturelle en milieu judiciaire, jusqu’à la pédagogie de la diversité culturelle en milieu hospitalier. Cette démarche nous a permis de définir un certain nombre d’enjeux fondamentaux des métiers de première ligne, identifiant les obstacles à soigneusement éviter : le plus sournois est la culpabilité coloniale refoulée qui paralyse le professionnel ou explose en cas de conflit, et le plus périlleux (surtout pour les ultra-culturalistes) est l’assignation identitaire qui entre en résonance avec la généralisation des process professionnels de protocolisation systématique et de quantification des actes. Après un bref rappel de mon parcours et de ses spécificités socio-historiques, l’intervention se concentrera sur les expériences les plus récentes et éclairantes en matière de pédagogie de l’interculturalité.


Comité d’organisation
Pour la SEF
Cédric Baylocq S. (Institut Français d’Islamologie, Campus Condorcet)
Marc Ferré
Audrey Higelin-Cruz (Sophiapol, Université Paris Nanterre)
Pour l’AFEA
Laure Carbonnel(MIASA, LACITO)
Antoine Marsac (Université Gustave Eiffel, laboratoire ACP)
Pierre Peraldi-Mittelette (IC Migrations, Université de Lorraine)
 
Comité Scientifique
Nicolas Adell (Professeur des universités, Université de Toulouse – Jean Jaurès, LISST – Centre d’anthropologie sociale)
Delphine Burguet (Imaf, EHESS, Mutualité sociale agricole MSA, Institut national de médecine agricole INMA, AFEA)
Flavia Carraro (Centre Norbert Elias UMR 8562 – chercheuse associée, AFEA)
Saskia Cousin (PR, Sophiapol, Université Paris Nanterre, SEF)
Aurélien Djakouane (MCF, Université Paris Nanterre, chercheur en délégation au CNRS, CEPEL, UMR 5112, SEF)
Frédérique Fogel (DR, LESC, Université Paris Nanterre, AFEA)
Céline Geffroy (Cheffe de projet anthropologie Groupe SEB, AFEA)
Aurélie Gualdo (LAP, UMR 8177, CNRS -EHESS, SEF)
Cyril Isnart (Chargé de recherche CNRS – IDEMEC – Aix Marseille Université-CNRS)
Marie-Pierre Julien (MCF de sociologie et d’anthropologie, Université de Lorraine, 2L2S, AFEA)
Marine Loisy (MCF, LISE, UMR 3320 CNAM-CNRS, SEF)
Virginie Milliot (MCF, Université Paris Nanterre, LESC UMR 7186)
Anne Monjaret (DR, IIAC, CNRS-EHESS, SEF)
Thomas Mouzard (chargé de mission Ethnologie – PCI, département de la Recherche, de la Valorisation et du PCI, délégation à l’inspection, la recherche et l’innovation (DIRI), direction générale des Patrimoines et de l’Architecture, ministère de la Culture)
Céline Rosselin-Bareille (MCF HDR Université d’Orléans – CETCOPRA – Université Paris 1, AFEA)
Emmanuelle Savignac (MCF HDR, CERLIS, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, SEF)
Anne-Sophie Sayeux (MCF, Université Clermont Auvergne, Laboratoire UPR 3625 – I3SP, AFEA)
Olivier Wathelet (Users Matter / Making Tomorrow)


Citer ce billet
peraldimpierre (2023, 19 mai). Colloque SEF-AFEA – Les multiples contours de l’ethnologie – 26 mai 2023 – 8h30-17h30. AFEA - Association française d'ethnologie et d'anthropologie. Consulté le 14 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/anmb

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search