Archives de l’auteur : Céline Guilleux

Peuples Autochtones

Le RRT Peuples Autochtones a créé un blog afin d’échanger et de débattre autour des informations et des résultats de recherches anthropologiques qui participent à rendre visible les peuples autochtones, Indiens, indigènes, aborigènes ou tribaux, à partir de leurs processus organisationnels, leurs expressions politiques et culturelles, leurs conditions sociales et économiques, ainsi que les pratiques des acteurs accompagnant les expériences locales, régionales, nationales et transnationales.

• Au sein des activités de l’Afea, le RRT Peuples Autochtones s’intéresse aux nouveaux espaces qui s’offrent aux groupes autochtones, en tant que champs d’expression politique, sociale et culturelle. Il s’agit de favoriser une approche comparative des expériences de libre-détermination et d’autonomie dans leurs diverses acceptations et contextes géographiques. Le RRT vise à offrir un éventail de regards analytiques sur les expériences des peuples , depuis des perspectives socio-historiques qui mettent en valeur des luttes ethniques et identitaires parfois anciennes, en prenant en compte les cadres juridiques et légaux nationaux et internationaux, comme ceux qui encadrent l’adoption de la Déclaration des Droits des Peuples Autochtones par l’Assemblée Générale des Nations Unies en septembre 2007.

• Voir les objectifs spécifiques et les thématiques du réseau Peuples Autochtones sur le blog. La démarche du RRT va dans le sens d’une meilleure coordination des efforts de recherche qui convergent sur le thème des peuples autochtones dans le contexte contemporain de la globalisation. Il s’agit de nouer et de développer des liens de travail et de collaboration pour construire au sein de l’Afea un solide réseau national et international de chercheurs francophones engagés dans la poursuite de projets autour de l’autochtonie et des relations souvent conflictuelles qu’entretiennent les peuples avec les Etats, les entreprises et les organisations civiles et religieuses dans leurs territoires.

• Contact : ->bruno.baronnet@gmail.com] / [

Plus d’informations sur : http://AfeaReseauPeuplesAutochtones.wordpress.com

Journées d’étude de la SFE “Gilbert Rouget, héritage et perspectives”

“Suite à la disparition de Gilbert Rouget (1916-2017), la SFE rend hommage à cette figure fondatrice de l’ethnomusicologie française. Les Journées d’Etudes 2018 seront l’occasion de revenir sur son parcours exceptionnel, d’éclairer les différentes facettes de son travail, de souligner l’importance de son héritage scientifique au sein des recherches actuelles tout en revenant sur l’épistémologie et l’histoire des savoirs ethnomusicologiques. Ces réflexions se feront autour de trois axes principaux. Le premier porte sur son travail en Afrique de l’Ouest et en Afrique Centrale et sur ses apports à l’ethnomusicologie africaniste et l’ethnomusicologie générale, notamment autour des questions de rituel, d’initiation et de pouvoir. Le deuxième concerne une dimension essentielle de son approche méthodologique, à savoir le rôle clé des enregistrements sonores et audiovisuels dans l’étude des répertoires musicaux. Enfin, le troisième axe touche à sa réflexion anthropologique sur les relations entre musique et transe”. Pour plus de détails, voir l’argumentaire en pièce jointe. Date limite des propositions : 20 avril 2018

Appels signés et appel aux membres de l’AFEA

Chères et chers collègues, L’AFEA vient de prendre position en faveur de deux appels. D’une part, celui des universités de 7 pays européens qui ont lancé un appel qui comprend plusieurs recommandations, et notamment celle de dédier 10% du budget recherche aux SHS : https://www.ugent.be/en/research/position-papers/ssh-call.htm. La Commission Européenne répond en effet au lobbying ou à une demande formulée par un grand nombre d’acteurs. D’autre part, elle s’est associée à la démarche de l’association française de sociologie et de l’association internationale des sociologues de langue française qui soutiennent le sociologue Jean-Claude Kaufmann. Nous en reproduisons le communiqué ci-dessous et invitons nos membres à soutenir cette initiative, ainsi que l’appel des universités européennes : « Le Bureau de l’AISLF, en vertu des principes de liberté académique, d’une part, et de ceux d’intégrité scientifique et de probité intellectuelle, d’autre part, condamne fermement le poursuite pour diffamation dont est l’objet notre collègue et membre Jean-Claude Kaufmann, qui n’a fait que rappeler l’exigence de validation par les pairs de la science en dénonçant « l’arnaque » que constituaient des usages péremptoires de « vérités sociologiques » dans certaines émissions de téléréalités. L’AISLF s’associe à la pétition de l’Association française de sociologie (AFS) et invite tous ses membres à la signer, en rappelant les risques que la judiciarisation des controverses peut faire encourir à l’autonomie intellectuelle et professionnelle nécessaire à leur activité scientifique. » http://www.marchepourlessciences.fr/a-propos/soutien-a-jc-kaufmann/ https://www.nouveau-magazine-litteraire.com/idees/defendons-la-sociologie

sans-titre-300x213.jpg

Réunion de bureau – 9 janvier 2018 – Grasse

Le bureau de l’Afea s’est tenu à Grasse, sur invitation du Musée international de la parfumerie @MIPGrasse Un lieu magnifique et une belle rencontre ! sans-titre-300x213.jpg mip-e1516097295198-225x300.jpg

Actes du congrès “La Démesure”

Chers tous, Nous avons le plaisir de vous annoncer que les actes du congrès de l’AFEA, qui nous a réunis à Toulouse, autour de la thématique de la Démesure, sont en ligne.  Vous pouvez en prendre connaissance et télécharger des versions .PDF sur le lien suivant : https://demesure.sciencesconf.org/browse/speaker   Il y a plus de 50 articles et de 250 résumés. Merci à tous pour votre participation ! Le prochain congrès aura lieu en 2019, à Aix-en-Provence, préparez-vous : nous fêterons les 10 ans de notre association ! De superbes rencontres et une surprise à venir !! Rejoignez-nous ! Bien confraternellement, Le bureau de l’AFEA

Urgent – “Ethnologues en herbe” recrute des intervenants

L’association “Ethnologues en herbe”, basée à Paris, cherche des intervenants pour animer des ateliers d’ethnologie dans les classes à partir du 1er septembre 2017. Les ateliers se déroulent sur cinq arrondissements à Paris et nécessitent un engagement minimal de 1h30 par semaine sur toute l’année scolaire, le mardi et/ou le vendredi entre 15h et 16h30. Les réunions des équipes pour la formation aux protocoles d’animation auront lieu fin août. D’autres actions de l’association, mises en place à la rentrée, essentiellement à Paris et dans la Région Ile de France, nécessiteront d’autres recrutements. Le niveau requis est la troisième année de licence ou master d’ethnologie ou d’anthropologie. Pour toute information complémentaire, contacter : info@ethnoclic.net

Livre “Aux bords de l’irréversible” – Josquin Debaz et Francis Chateauraynaud

Le livre “Aux bords de l’irréversible”, issu des travaux menés par Josquin Debaz et Francis Chateauraynaud au sein du GSPR depuis plus de 8 ans est désormais disponible. La richesse des échanges en séminaires, la densité des enquêtes de terrain et le caractère extrêmement touffu des dossiers étudiés expliquent en partie la taille un peu déraisonnable de l’ouvrage- 648 pages – surtout à l’ère de Twitter, où tout peut s’énoncer clairement en 140 caractères et de la présentation de thèse en 180 secondes. Nous avons malgré tout fait un effort de synthèse, la preuve : le chapitre 11, sans doute le plus nouveau dans la série de nos travaux, intitulé Six sociologies en quête d’acteurs, ne fait que 25 pages ! Cela confirme bien que nous pouvions faire beaucoup plus court. A vrai dire, outre la graphomanie, la tentation était grande de reprendre ou prolonger mille et une discussions que nous avons eues ces dernières années et de marquer la distance parcourue depuis la balistique sociologique qui a inauguré la collection Pragmatismes chez Pétra. Voici un lien vers le flyer à faire circuler https://www.gspr-ehess.com/documents/annonces/Flyer%20ABDI.pdf

Dossier « Décloisonner l’environnement », revue Socio-Logos

Le dernier numéro de Socio-Logos « Décloisonner l’environnement » est disponible à l’adresse suivante : http://socio-logos.revues.org/3115 Sommaire : Anahita Grisoni et Sophie Némoz Les mouvements socio-écologistes, un objet pour la sociologie [Texte intégral] The socio-environmental movements, a subject for sociology Fabrice Flipo Qu’est-ce que l’écologisme ? [Texte intégral] Florence Rudolf La sociologie de l’environnement ou le naturalisme revisité [Texte intégral] Philippe Boudes Changement social et écologie : où en est la modernisation écologique ? [Texte intégral] Anahita Grisoni et Sophie Némoz Les mouvements sociaux écologistes : entre réforme de soi et rapports de classe, entre histoires nationales et circulations européennes [Texte intégral] Christophe Baticle Relire le conflit environnemental à travers une grille de lecture spatiale [Texte intégral] Le cas de la capture des turdidés, par le moyen des tendelles, sur les Grands Causses de Lozère et d’Aveyron

Marche pour la science, 22 avril 2017

http://www.marchepourlessciences.fr/participer/les-marches-en-france/ https://www.facebook.com/ScienceMarchFR/ A J-3, la mobilisation s’amplifie autour de la Marche pour les Sciences, un mouvement non partisan et sans lien avec aucun parti politique. Vous suivez de plus en plus la Marche sur les réseaux sociaux et vous avez été plus de 10000 à consulter le site web ces dernières 24 heures. L’afflux de soutiens de tout types continue. Cette semaine, nous ont par exemple rejoint l’Académie des Sciences, France Nature Environnement, Tara Expéditions, des unions de professeurs du secondaire et de prépas, le CNES, et l’intersyndicale de l’ESR pour ne citer que quelques uns des nouveaux soutiens. Les conférences de presse ont été bien suivies, de bons articles sortent dans les journaux nationaux et régionaux et le mouvement est couvert par les radios et télés. Samedi, ce sera à VOUS de faire entendre votre voix dans au moins 24 villes, grandes et petites, en métropole mais aussi à Saint Denis de la Réunion et Nouméa. Alors, parce que votre mobilisation fera la différence, on en remet une couche sous forme d’un petit Q&A, et ON COMPTE SUR VOUS! Pourquoi marcher? Pour défendre la place dans notre société de la démarche scientifique fondée sur la collecte et l’analyse critique de faits! Pour demander que les sciences – toutes les sciences – soient mieux comprises, partagées et débattues avec les citoyens! Quelle est l’ambition de la Marche? Refonder les relations entre scientifiques, citoyens et politiques, actuellement marquées par de profondes incompréhensions mutuelles. Il faut rapprocher ces mondes, et reconnaître les efforts en ce sens dans les carrières des scientifiques de tous statuts et niveaux. Ce but ambitieux explique que nos plus de 200 soutiens viennent de tous les domaines de la société: associations citoyennes et de défense de l’environnement, grands établissements de recherche et d’enseignement supérieur, associations de médiation scientifiques, associations de professeurs de sciences, sociétés savantes, syndicats et associations de défense de l’ESR…. Chacun a sa place et son rôle. Le mouvement s’arrêtera-t-il le 22 avril au soir? Non! La marche n’est qu’un début et c’est pour donner du poids aux prochaines étapes qu’il nous faut être très nombreux le samedi 22, jour de la Terre et veille du premier tour. La prochaine étape est la rédaction au cours des prochains mois, avec l’ensemble des soutiens, d’un recueil d’une trentaine de propositions sur les 4 grands buts de la Marche. Une consultation populaire sera alors lancée sur la base de ces propositions. Nous voulons montrer qu’il existe un vaste consensus de tous les acteurs autour des buts de la Marche, et que les politiques de tous bords ne peuvent l’ignorer. Est-ce que cela va améliorer la situation dans les laboratoires? La Marche propose de rompre avec l’image trop répandue que les sciences valent surtout par leurs applications immédiates et par l’innovation. Leur rejet par Trump met en lumière le rôle démocratique de lanceurs d’alerte des scientifiques, à condition que leur travail soit indépendant de l’influence des lobbies et leurs recherches libres et tournée vers la compréhension du monde qui nous entoure. Pour cela, il faut que les organismes de recherche et les universités aient les moyens de conduire une politique scientifique indépendante et ambitieuse. Cet investissement a un coût qui doit être acceptée par la société… Des propositions iront dans ce sens, et aussi dans le sens de la réforme des procédures de désignation des présidents d’établissements, mais aussi des conseillers et responsables scientifiques au sein des ministères et agences. Est-ce que cela va améliorer la situation des jeunes scientifiques? Les dernières années ont vu un accroissement inquiétant de la précarité dans les laboratoires publics. Au point que le nombre d’inscriptions en doctorat chute alors même que le nombre d’étudiants augmente. Or le XXIème siècle a besoin de scientifiques! La Marche proposera des mesures pour améliorer les perspectives d’emploi des jeunes à la fois dans le monde académique (l’augmentation durable du nombre d’étudiants ne peut se faire à effectifs titulaires constants…), et hors de ce monde via une meilleure reconnaissance du doctorat. Les étudiant-e-s des premiers cycles doivent-ils/elles se sentir concerné-e-s? Oui! l’augmentation du nombre d’étudiants ne peut se faire sans une réflexion profonde sur le mode de financement des universités. La Marche pour les Sciences initiera cette réflexion, en se penchant notamment sur les inégalités de traitement et de chances de réusste en fonction du type d’établissement considéré. C’est tout? Non, les propositions de la Marche couvriront aussi la médiation scientifique et les sciences participatives, l’enseignement des sciences du primaire au lycée, et les moyens d’améliorer la culture scientifique des élus en particulier au Parlement. N’est ce pas trop ambitieux? Non! car de nombreux textes et documents existent déjà mais manquent de visibilité du fait de leur dispersion. Ces documents serviront de base pour les propositions établies en partenariat avec les soutiens de la Marche. Nous ne développeront de textes nouveaux que pour les thèmes non précédemment couverts. Pourquoi la Marche pour les Sciences sera-t-elle entendue? Parce que vous serez nombreux, scientifiques et citoyen-ne-s, à descendre dans les rues pour le grand rendez vous du 22 avril. Parce que le niveau de soutien institutionnel et associatif à la Marche pour les Sciences est historique par le nombre, le prestige et la diversité des soutiens. Parce que les propositions seront soumises à une consultation populaire à l’automne. Mais pour que tout cela soit possible, ne ratons pas la première étape: SAMEDI 22 AVRIL, JOUR DE LA TERRE, DANS TOUTE LA FRANCE, MARCHONS. Retrouvez l’info sur toutes les marches organisées: http://www.marchepourlessciences.fr/participer/les-marches-en-france/ Et puis si vous voulez regarder (et partager) une petite vidéo bien faite sur la Marche pour les sciences, regardez donc celle d’Alice aux pays des étoiles: https://www.youtube.com/watch?v=FXLa-UZuGhY

Journées d’étude : « La mode comme dialogue entre les cultures ? » – 21 et 22 Mars 2017 – Paris

Journées d’étude : « La mode comme dialogue entre les cultures ? » Objet, Média, Interaction et Société La Société d’ethnologie française est partenaire de deux journées d’études franco-japonaises autour de la mode à Paris les 21 et 22 mars 2017 à Paris. Ces journées sont co-organisées avec la Bunka Gakuen Univeristy de Tokyo. Pour le programme et plus de renseignements consultez le site de la SEF : https://sef.hypotheses.org/492

Appel à communication – Colloque de la SEF – Ethnographies plurielles n°7 : « Ethnographies et Engagement » – 9 et 10 novembre 2017 – Rouen

La Société d’ethnologie française organise son septième colloque de la série Ethnographies plurielles qui aura lieu à Rouen les 9 et 10 novembre 2017. Cette 7e édition a pour thème Ethnographies et Engagements. 3 axes sont proposés : Axe 1 : L’engagement au regard des disciplines Axe 2 : Les engagements dans la pratique ethnographique Axe 3 : Les terrains privilégiés de l’engagement L’appel à communication est ouvert jusqu’au 30 mai 2017. La proposition de communication doit se composer d’un titre, d’un résumé de 3 000 signes maximum (bibliographie incluse) et de mots-clés. Retrouvez l’appel à communication à l’adresse suivante : https://afea.hypotheses.org/75 Ce colloque sera précédé le 8 novembre d’un séminaire doctoral ayant pour thème la Réflexivité et la pratique ethnographique. Pour plus de renseignements, visitez le carnet de la SEF : sef.hypotheses.org

MCF section 19-20 UNIVERSITE PARIS 7 (DENIS DIDEROT)

Questions sociales et mouvements sociaux. Applicants are expected to have a strong practical and theoretical research background in social issues. (S)he will join a research team which aims to build a new multidisciplinary approach. Interest in Sociology related to people’s practices and movements will be an asset. anthropologie ; conflits ; mouvements sociaux ; sociologie critique ; émancipation EA_7335 (201420721S) – Laboratoire de Changement Social et Politique A. DUDEK / B. OLIVEIRA ( BUREAU DES CONCOURS ) 0157275864 / 0157275632 drhconcours@univ-paris-diderot.fr

MCF section 20 – UNIVERSITE TOULOUSE 2

Anthropologie générale The department of Anthropology (within UFR HAA) of the University of Toulouse Jean Jaures invites applications for a regular position of associate professor ( maitre de conferences ) in anthropology. The department is particularly interested in candidates who work on extra-European fields. UMR5193 (200311864M) – Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Territoires CATHERINE GIRAUD (RESPONSABLE DU POLE ENSEIGNANTS) 05 61 50 44 93 / 05 61 50 44 24 michele.madeleinat@univ-tlse2.fr